VISITE EN MINERVOIS : LE CHATEAU VILLERAMBERT-JULIEN

Perché sur un magnifique décor de garrigues au cœur du Minervois le château du vignoble Villerambert- Julien, veille sur les 74 hectares de vignes qui l’entourent jalousement

En 2009 80 hectares seront exploités

Michel Julien parle de son métier avec passion, et en chef d’entreprise.

Un chef d’entreprise un peu particulier car il travaille en autonomie totale, ce qui implique prise de risque et complète responsabilité dans les choix et dans la réussite de son entreprise.

De l’analyse du terroir, au choix du porte-greffe ,à la conduite du végétal, à la récolte au travail d’œnologie, jusqu’à la mise en marché, toutes ces étapes doivent être parfaitement maîtrisées et accompagnées pour garantir le succès et récompenser le travail.

La récolte sera cette année un peu moins importante que les années passées.

Pour les blancs elle est identique, pour les rouges la baisse est de 15 %.

« Cette situation est sans conséquence pour nous, affirme Michel Julien, nous connaissons des rendements à l’hectare, conditionnés seulement par les caprices de la nature, nous ne faisons pas « pisser » le raisin ce qui fait que les écarts d’une année sur l’autre ne nous mettent pas en difficulté.

La production du Château Villerambert-Julien est de 2600 à 2800 hl par an.

Cette production est pour près de 80 % vendue à l’exportation sur les marchés Canadien et québécois en particulier, expédiée vers les Pays Bas, le Japon, l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Etats Unis

Si la consommation française est en baisse, la consommation mondiale progresse, mais on trouve sur le marché mondial de plus en plus de pays concurrents qui obligent à mettre en œuvre une véritable machine de guerre pour être présent sur tous les fronts.

Nous avons constitué autour de 6 vignobles (Cabardès, Corbières, Minervois, Faugères, Côtes de Thongue et Pic Saint Loup) la « marque » Abbayes et Châteaux en Languedoc, qui nous permet certes de mettre à disposition de nos clients un seul interlocuteur et une offre variée et complémentaire, mais qui nous a permis aussi de mutualiser nos actions et notre force de vente nationale.

Un V.I.E a été recruté et est basé à Bruxelles au cœur du marché européen ; il coordonne nos réseaux de vendeurs situés dans les différents pays déjà cités et il complète notre dispositif national constitué lui de plus de 20 agents commerciaux ou v r p sillonnant le territoire français.

Sans compter les forces de ventes, nous employons aujourd’hui 10 salariés au sein de l’exploitation.

Nous avons fait aussi des efforts considérables d’investissements, pour accueillir dans de bonnes conditions notre clientèle au château, et, élément clé facilitant nos contacts, mes collaborateurs et moi-même parlons l’anglais couramment.

C’est à ce prix que nous pouvons exister et espérer continuer le métier