PIERRE JOULIA EN REUNION PUBLIQUE A CONQUES

Vendredi soir Pierre JOULIA a tenue la première des deux réunions publiques qu’il organisera pour la campagne des cantonales. La seconde rencontre avec les électeurs aura lieu Jeudi soir prochain à 20h15 à Villemoustaussou;

Isabelle CHESA en sa qualité de Présidente départementale est venue le soutenir.

Au cour se son exposé, elle a brillamment démontré l’incurie des responsables Audois dans la Gestion du département, et affirmé ses positions sur le choix de LASSAC comme lieu du CET de l’ouest Audois.

Vous trouverez à la suite de ce préambule l’intégralité de l’intervention du candidat Pierre JOULIA

Mesdames, messieurs,

Vous allez les 9 et 16 mars prochains vous exprimer à l’occasion des élections cantonales, élections qui vous permettront de dire si vous souhaitez laisser en place sur ce département une équipe qui brille par le manque de transparence dans sa gestion, son absence totale de démocratie et son arrogance dans nombre de ces décisions.

Ceux là même qui lors des élections législatives appelaient à cor et à cri les français à enrayer la vague bleue et à élire une opposition forte, comment peuvent ils aujourd’hui envisager de réduire à néant toute opposition dans ce département? Est-ce cela la démocratie ?

Bien sur cela entre dans leur système de fonctionnement, pas ou peu d’opposition, cela permet d’imposer de gré ou de force leurs décisions.

Ce que je vous propose sur ce canton, c’est de tourner la page. Ce canton a besoin d’un Conseiller Général qui ne soit pas inféodé à cette majorité départementale qui sclérose toute initiative qui n’irait pas dans le sens désiré par le parti socialiste. Il est temps de voir les élus prendre des positions dans l’intérêt de la population qui ne l’oublions pas s’exprime lors des scrutins électoraux.

N’oubliez pas, Mesdames, messieurs, que c’est à l’occasion des élections que vous pouvez sanctionner tel ou tel élu. Ne vous privez surtout pas de ce droit, car il est beaucoup plus efficace de sanctionner le jour du vote que d’aller manifester contre une mauvaise décision.

Ce département qui est un département pauvre est malheureusement et cela est déplorable l’un des plus mauvais en France pour sa gestion financière. Il est classé 91ème sur 95 départements et cela selon 5 critères qui sont : la dette Le stock de la dette les réalisations effectives par rapport aux prévisions la fiscalité Alors il est temps que les donneurs de leçons qui sont au pouvoir dans ce département depuis des décennies fassent preuve de plus d’humilité.

Nous avons abordé à l’occasion du 2ème tract les finances du Conseil Général. Que n’avons-nous fait là ? Est il possible que la vérité soit si difficile à accepter pour un élu socialiste ? Que n’ai-je entendu lors d’une certaine visite à un maire de ce canton ? Il faut dire qu’il n’a surtout pas apprécié ma prise de position sur LASSAC, lui qui est vice président du SYDOM 11.

Ils ont une façon de mettre en application la démocratie, ils décident en petit comité et ils imposent leurs décisions par des menaces et des pressions. Il est temps que cela cesse, tout comme il est temps de stopper leur propension à créer pour un oui ou pour un non des structures voraces en subventions qui ne servent qu’aux amis.

Le sieur RAINAUD, le président du Conseil Général, celui qui a accepté le poste de sénateur suite au décès de COURRIERE pour l’intérim, eh bien il n’est pas prêt de lâcher le morceau, lui le pourfendeur de la droite capitaliste et bourgeoise, le donneur de leçon le défenseur des pauvres et des défavorisés que ne ferait il pas pour gagner plus, n’avait il pas été un défenseur acharné du non cumul des mandats ? Alors Mr RAINAUD il est temps de montrer l’exemple. J’en ai assez d’entendre régulièrement le pt du C G nous rabacher le compte n’y est pas tout est de la faute des gouvernements de droite. Il est trop facile de se répandre en critiques systématiques alors que l’on n’est pas capable d’assumer ses responsabilités. Effectivement le compte n’y est pas. Il nous cache la réalité, car ce déséquilibre qui provient des transferts de compétences d’ailleurs voulus par la gauche n’est imputable qu’au seul Conseil Général, déséquilibre dû au statut particulièrement avantageux des fonctionnaires du département qui entraîne des embauches supplémentaires pour effectuer les mêmes travaux. Alors c’est vrai, il n’est pas bon de parler de choses qui fâchent, oublieraient ils que ceux qui payent c’est vous, c’est nous les contribuables.

Un pan très important de notre économie locale est confronté à une importante crise, il s’agit de la viticulture. Le C G bien que ne pouvant se substituer aux professionnels à des responsabilités à assurer. Il doit mettre en place avec l’aide des professionnels une politique de défense active des produits et d’autre part diminuer les pressions fiscales et sociales auprès des viticulteurs qui veulent continuer à exploiter et produire. Il doit cibler ces actions pour essayer de sauver les exploitations et les structures qui ont une réelle volonté de s’adapter et de s’en sortir. Il est temps de mettre autour de la même table tous les acteurs de la filière viticole afin d’obtenir un accord sur la conduite d’une politique concertée sur le devenir de la profession.

Notre département est un département touristique. Nous possédons des atouts incomparables, nombreux et très diversifiés. S’il est un secteur porteur économiquement parlant, c’est bien le tourisme. Que fait le C G ? Il communique et agit peu. On nous livre à toutes les sauces la marque « pays cathare ». Pourquoi ne se sert on pas de ce label, qui paraît il fait des envieux en Europe, pour créer une véritable infrastructure capable de drainer une population à la recherche de circuits touristique tout au long de l’année ? je pense par exemple au 3ème âge. Cela marche ailleurs pourquoi pas chez nous ? Encore faut il en avoir la volonté. Créons cette infrastructure nécessaire et nous créerons des emplois qui seront des emplois pérennes et qui nous permettrons ainsi de réduire le nombre de Rmiste et par conséquent de réduire la ligne budgétaire solidarité et action sociale qui représente 36% du budget nous permettant ainsi d’augmenter la ligne budgétaire développement économique et touristique qui elle ne représente que 1% du budget.

Il est temps également de ne plus dilapider les fonds publics pour des réalisations éphémères, je veux parler ici de la ferme éolienne. Peut on accepter de voir une réalisation que l’on nous présentait comme un fleuron laissée en ruine ? cela est inacceptable.

Ce canton qui fut par le passé un territoire industrialisé et victime d’une pollution liée à son passé industriel, se trouve confronté à un nouveau problème. Je ne vous apprendrais pas qu’il s’agit du CET LASSAC. Qu’en est il ? Le C G fidèle à sa doctrine décide sans aucune concertation après l’échec de LIGNAIROLLES de jeter son dévolu sur LASSAC. Je n’entrerais pas dans les détails techniques, d’abord je ne suis pas un spécialiste et puis d’autres le font mieux que moi. Que de choses ont été dites. Pourquoi n’avoir jamais mis en place une concertation ou un débat entre les partisans et les opposants du CET LASSAC ; c’est-à-dire CG, SMED, SYDOM11, maires du canton et des communes concernées et les associations. Serait-ce que nos élus ont peur de dialoguer avec les responsables d’association ? Il est dans ce dossier des aberrations. Autant je pourrais me satisfaire d’une des positions du SYDOM11, à savoir : -maîtrise des impacts liés aux transports, idéalement situé près de Carcassonne principal pôle de production, Autant je ne peux me satisfaire du manque de transparence de la décision ayant amené ce dossier sur le site de LASSAC. Je me suis connecté comme chacun d’entre vous peut le faire sur le site du SYDOM 11, et là n’existe qu’une seule information : LASSAC Infos de Juillet 2005. Faut il croire que celui-ci veut cacher ses archives ? Ils est dit sur ce Lassac info de juillet 2005 que 23 zones ont été identifiées puis 48 sites intéressants, ensuite 6 sites particulièrement appropriés, en juillet 2004, le SMED ne retient plus que 4 sites pertinents et enfin nous apprenons que le site de LASSAC est retenu. Aucune explication plausible sur ce cheminement, aucune étude comparative n’est donnée pour justifier ce choix. Il est temps de devenir sérieux, car sans entrer dans les détails techniques qui sont défavorables à une telle implantation, l’évolution financière de cette opération est purement ahurissante. Actuellement 5 fois l’évaluation initiale (de 8 millions d’euros nous en sommes aujourd’hui à 40 millions d’euros), et il ne s’agit que d’une évaluation. Dans ce dossier, il faut que la raison l’emporte, c’est pourquoi il est primordial dans l’intérêt général que soient rapidement connues les raisons objectives du cheminement ayant amené ce dossier sur ce site de LASSAC à condition qu’il en existe et que l’on nous explique pourquoi aucune étude sérieuse n’a été réalisée sur un autre site. Quoiqu’il en soit les décideurs du site de LASSAC seront comptables de leur décision auprès des habitants de ce territoire.

Je prends ici l’engagement dans le cadre du mandat que vous me confierez d’engager immédiatement une concertation entre les acteurs concernés par ce dossier : élus des 10 communes du canton et des autres communes concernées avec les responsables des associations engagées dans celui-ci afin d’obtenir une position commune permettant d’imposer aux porteurs de ce dossier un débat de fond qui nécessairement aboutira à l’abandon de ce site. Nous devons agir pour sauver ce site archéologique, et faire prendre conscience aux porteurs de ce projet qu’il est primordial de conserver et valoriser cette mémoire. J’impulserais les consultations nécessaires afin de faire classer ce site archéologique en collaboration avec tous ceux qui militent dans ce sens.

J’entends rester mobilisé sur ce dossier afin de ne rien négliger des possibilités pouvant se faire jour tant au niveau local que national. Je soutiendrais la nécessité d’une étude comparative sur 2 voir 3 sites afin de prendre une décision d’implantation qui ne souffrira d’aucune contestation, puisque prise sur les critères d’impact les plus favorables.

Dans le cadre du mandat que me confieront les électeurs au soir des 9 et 16 mars prochain, ma priorité sera la concertation permanente avec les acteurs politiques, économiques et associatifs de ce canton sans aucune exclusive qui permettra d’éviter des situations telles que celle que nous connaissons dans le cas du CET LASSAC.

Ma seule ligne de conduite sera l’écoute, le dialogue et l’humilité avant toute décision, le pragmatisme et la transparence pour toute décision.