Santé

  • Un Centre Hospitalier Général modernisé, adapté aux besoins de nos territoires.
  • Un partenariat privé/public.
  • Des maisons de retraite adaptées aux besoins.
  • Un réseau de professionnels de santé dans le milieu rural.

L’environnement

Se positionner sur le Plan Départemental de traitement et d’élimination des déchets.

S’interroger sur le choix du site de LASSAC qui ne correspond pas aux nécessités du territoire. Donner la parole et écouter les associations et collectifs de la Vallée de l’Orbiel. Sauvegarder et valoriser nos paysages.

Communiqué : Bol de riz au sirop d’Érable pour Ségolène

Littéralement pliée de rire en apprenant la dernière recette à la mode socialiste : le bol de riz au sirop d’érable. C’est la recette (diplomatique) « Royal » qui réussit à faire grimacer toutes celles et ceux qui l’entendent. En effet, tel Don Quichotte, Ségolène court à travers le monde pour construire sa « stature internationale », ne lésinant pas sur les phrases choc aux effets ravageurs. Avant Hier il s’agissait de nous citer en exemple le sens du travail qui s’épanouit en Chine, ce paradis des droits de l’homme et de l’environnement, comme chacun sait (merci Amnesty). Jusqu’à considérer qu’on devrait en France suivre ce modèle idéal avec assignation à résidence à côté des usines et travail obligatoire 14h par jour pour un repas quotidien (diététique oblige)… Finies les négociations salariales et autres revendications. Finie la grogne des enseignants qui boudent sa géniale proposition de passer aux 35H effectives. Enfin un monde idéal en harmonie avec les objectifs de production où l’on confiera les délinquants et récalcitrants à l’armée (elle en a déjà parlé, mais personne n’écoute, voyons !). Hier Ségolène a chaussé les bottes du Général pour plagier un certain « Vive le Québec libre ». Seulement voilà, le contexte a changé et ce qu’à pu se permettre, il y a quelques décennies, le Grand Homme qu’était le Général de Gaulle n’a plus vraiment cours aujourd’hui. Le monde a changé, le Canada aussi, et il est vraiment malvenu de venir chez eux rouvrir de vieilles blessures. Chacun sait bien que la véritable Diplomatie consiste au contraire à s’efforcer d’éviter (au moins devant les caméras) les sujets qui fâchent… Et Demain ? Que va encore dire ou faire l’atypique candidate ? Voilà la question angoissée que doivent se poser bien des socialistes, soutiens résignés au nom de la discipline du Parti… Avouez que tout cela ne fait pas très sérieux pour la France. Je préfère de loin la formule de Nicolas Sarkozy qui veut encourager le travail et permettre, à celles et ceux qui veulent travailler plus, de gagner plus. Et vous ?

Communiqué : Des baffes et des punitions

Décidément, les socialistes savent y faire pour animer de façon originale une campagne, fut-elle pour les élections Présidentielles : il sorte leur carnet de … punition !! Et voila le turbulent Arnaud (dit Montebourg) punit pour avoir essayé un trait d’humour qui ne manquait pas de saveur. Haro sur le vilain qui a osé dénigrer le compagnon de la candidate et premier sectaire (pardon, secrétaire) du PS. Mais pas trop quand même car la démission d’Arnaud aurait bien mis en peine une Ségolène qui a tant besoin de lui et de ses idées. Les médias parlent de trou d’air… Il faut dire que face à la puissance sereine d’un Sarkozy et de son équipe, la campagne d’image de Ségolène aurait bien besoin de quelques idées sérieuses et réalistes pour éviter l’essoufflement. Il parait que les idées se sont les militants qui vont les lui donner. Moi, je peux lui en souffler une : au lieu de s’offusquer et punir, ce qui fait rire toute la France qui pense, elle aurait pu relever l’humour de Montebourg et se sentir honorée de voir affleurer ainsi les marques d’une rivalité bien masculine entre deux camarades qui lui sont très proches… Remarquez, au PS Audois, personne n’a ri. Figurez-vous qu’ils pensaient à la baffe qu’une vieille militante a infligée quelques semaines auparavant à un conseiller général un peu grossier. La sanction fut, vous le devinez, un mois d’exclusion pour la méritante… Mais il parait qu’il ne faut pas en parler. C’est vrai les Audois pourraient en rire, question d’animer les campagnes.

Me rencontrer

Voici comment me contacter ou bien me rencontrer :

  • Par téléphone au 06 15 77 05 35
  • Sur ce même site internet. Je reçois et prête attention à tous les messages au cas par cas.
  • Par email : isabelle.chesa@neuf.fr
  • A mon domicile : 96 rue Trivalle 11000 CARCASSONNE