OBSERVATOIRE POLITIQUE DEPARTEMENTAL DE L’UMP PREMIERE CONFERENCE DE PRESSE

Au terme de la campagne des cantonales et des municipales en mars 2008 Isabelle CHESA Présidente Départementale de l’UMP avait émis le souhait de constituer une « opposition permanente » afin de rompre avec la mauvaise habitude de se faire entendre uniquement en période électorale.

Voila ce qu’elle écrivait aux militants dans sa profession de foi pour les élections internes fin 2008:

« Dans les trois ans qui viennent se profilent des échéances importantes qu’il faut d’ores et déjà préparer, à savoir les Européennes en 2009, les Régionales en 2010, les Cantonales en 2011.

Il faut bâtir une véritable opposition départementale qui ne s’exprime pas seulement dans les courts moments d’une campagne électorale ; Nous créerons au sein de l’UMP, une commission technique qui aura comme objectif permanent d’analyser les débats et décisions du Conseil Général, afin de mettre en exergue les inepties de la gestion socialiste, les critiquer certes, mais faire aussi des contre propositions.

De même cette instance devra analyser les débats parlementaires pour mesurer l’implication de nos sénateurs et de nos députés, mettre en lumière leurs carences sur les dossiers locaux et faire des propositions alternatives. Je souhaite enfin, dans le respect des statuts, offrir aux militants, une expression démocratique élargie. »

Voila qui est fait une première réunion de travail s’est tenue il y à Huit jours.

Ce samedi, Isabelle CHESA entourée du secrétaire Départemental Michel PY et des trois délégués de circonscription a planté les premières banderilles en dénonçant les derniers évènements concernant trois dossiers :

Les Finances du Conseil Général,

Le Projet de golf de la Royale

Le Centre d’enfouissement technique de LASSAC

En cliquant sur lire la suite vous trouverez le contenu de cette conférence de presse.

Isabelle CHESA

En Mars 2008 pour les élections cantonales qui n’ont hélas pas passionnés les foules pour causes de concomitance avec les élections municipales, nous avions dénoncés et condamnés, les carences et la démagogie financières dans la gestion départementale du conseil général.

En politique plus encore, on a toujours tort d’avoir raison trop tôt. Et toute vérité est hérétique.

Mais cette fois, les faits confirment l’incurie et l’incompétence puisqu’un mouvement social de grande ampleur agite le conseil général.

Comment pouvait-il en être autrement.

  • En 2008 nous argumentions sur les 40% d’augmentation des dépenses de fonctionnement
  • Sur la dette par habitant de 558 euros dans l’Aude contre 200 pour la moyenne des conseils généraux Français,
  • sur l’absence de contrôle des Rmistes
  • sur les surcouts démentiels engendrés par le transfert des TOS +(625000€) du personnel DDE (+ 500000€) et l’obligation d’embauche supplémentaire (+450000€) conséquence d’un temps de travail des personnels irréaliste (181 Jours / an)
  • sur une pression fiscale en progression de 33 % et qualifiée de critique par les experts financiers et nous concluions par la 91ème place sur 95 du département pour sa gestion.

A l’époque on s‘est presque moqué de nous bien que ses éléments aient été extraits du rapport ERNST et YOUNG commandé par l’assemblée départementale.

Lors de la préparation du budget, en janvier 2009, le grand argentier départemental y est allé de sa déclaration en disant : « Nous avons été généreux mais nous assumons »

Baratin, on n’assume rien du tout… le département est dans le mur; le personnel n’est pas content on le comprend car en quelque sorte on lui a menti; on ne peut en l’occurrence rien reprocher à une gestion passée puisque la gauche est aux commandes depuis des générations, et devant les conclusions du cabinet KPMG encore plus alarmistes et réalistes, le président Raynaud se tourne vers l’Etat en disant « le compte n’y est pas »

Faux, monsieur le Président. Le compte y est. C’est vous qui ne savez pas compter et sur ce sujet Emmanuel BRESSON Gilles ICHER et Michel PY vont vous expliquer Pourquoi….

Après quoi je reprendrai la parole pour vous entretenir de deux dossiers qui nous tiennent à cœur, ceux de VILLARDONNEL et de LASSAC.

Emmanuel BRESSON :

Comment expliquer que des départements comparables au notre, en nombre d’habitants, gérés aussi par des exécutifs de gauche aient des couts largement plus réduits.

Budget global


Aude(11) 512 Millions d’Euros

Loir et Cher (41) 352 Millions d’Euros

Deux Sèvres(79) 362 Millions d’Euros

Budget du personnel :

dept11 : 92 M d’€ = 2363 Agents dont 2283 à temps plein

dept41 : 41 M d’€ = 1451 Agents dont 1167 à temps plein


dept 79 :57 M d’€ = 1438 Agents dont 1374 à temps plein

Agents Intégrés (origine DDE et TOS éducation nationale)

dept 11 : 569

dept 41 : 411

dept 79 : 460

Ces chiffres sont éloquents d’un clientélisme et d’une inconscience notoire, quand de plus les nouveaux agents intégrés l’ont été sous le régime indemnitaire spécifique et généreux du CG de l’Aude qui fait qu’aujourd’hui, 11 millions d’euros manquent pour boucler le budget.

La seule alternative qui vaille c’est précisément ce qui manque aux élus de ce département, à savoir une véritable culture de l’économique, porteuse de projet et de développement.

Gilles ICHER :

On comprend pourquoi les élus du département mettent tant d’ardeur à fustiger les réformes qui concernent les collectivités territoriales et la taxe professionnelle réformes engagées conformément au programme du candidat SARKOZY élu Président de la République avec 53% des suffrages

Pour les collectivités territoriales ils craignent simplement pour leur mandat car il est évident que cette réforme et le mode de scrutin qui en découlera permettront dans bien des cas d’assurer l’alternance et dans l’Aude en particulier bon nombre de potentats socialistes locaux perdront leur mandat.

L’opposition de droite pourra enfin participer plus efficacement aux décisions intéressants chacune et chacun des citoyens Audois.

Pour ce qui concerne la taxe professionnelle impôt qualifié « d‘imbécile » par François Mitterrand lui-même, sa réforme est une nécessité vitale, et le discours lancinant de la compensation financière par l’état en faveur des collectivités territoriales est une façon d’alarmer et de désinformer les Français.

Le Conseil général de l’Aude ferait mieux de se préoccuper de gérer sainement et en bon père de famille que de s’alarmer pour une ressource fiscale qui pourrait selon lui faire défaut.

Cette politique irresponsable conduit le conseil général à pénaliser les associations et donc leurs bénévoles puisque les subventions qui leur étaient dévolues se réduisent comme peau de chagrin.

Michel PY :

C’est une évidence que ce mode de gestion qui dure depuis des lustres a atteint ses limites puisque le CG n’est pas capable de boucler son Budget. Ils n’ont jamais tenu compte d’aucun signal d’alarme.

De plus le conseil général de l’Aude ne porte aucun projet ambitieux dans les compétences qui lui reviennent, et ne mène aucune politique d’investissements. Nous nous battrons pour mériter la confiance des Audois car on peut réformer courageusement notre département.

Isabelle CHESA

Pour ce qui concerne Villardonnel , le Psychodrame se poursuit en feuilleton pathétique et nous nous contenterons de poser les questions que doivent se poser aussi les habitants de la commune , ceux du canton et évidemment ceux du département tout entier.

Qu’es ce qui fait courir le Conseiller général du coin pour :

« Installer confortablement le siège de la société privée dans les locaux de la communauté de commune ?

« Écrire au président de la commission d’appel d’offre pour appuyer la candidature de la société LBC au détriment des autres postulants ?

« Cautionner un faux en écriture qui appose parait-il, la signature falsifiée du Président du conseil Général lui-même sur une seconde lettre de recommandation, condamnant par la même un proche collaborateur du Président, et mettant le Président lui-même dans une position très inconfortable,

« Comment faire confiance à un opérateur qui aurait du depuis fort longtemps s’acquitter de ses cautions bancaires et qui malgré plusieurs lettres recommandées n’a pas répondu à une obligation légale…

« Opérateur qui hier dépose plainte en diffamation contre le Maire de Villardonnel et contre un journal de La Presse Locale

De plainte en plainte, de tribunal en tribunal, quelle vérité sortira de cet imbroglio juridico politico financier ?

Ou se situe l’intérêt général ?

Le Conseil Général lui-même a financé la voirie du futur complexe et ne s’est-il pas engagé à prendre à sa charge son alimentation et sa consommation d’eau, ce qui par les temps qui courent (déficit hydrologique et consommation exorbitante) semble hasardeux voire irresponsable,

Comment ignorer ostensiblement les habitants de la commune de Villardonnel qui par leur vote ont exprimés clairement leur désaccord avec le projet, et qu’allez vous répondre Monsieur le Président à son Maire et à son Conseil Municipal qui, et, c’est une évidence ne pourront assumer dans leur budget, les couts induits par cette réalisation ?

Sachant en outre qu’il y a un autre projet de construction d’un golf à Fonties, cette région deviendra la région Française qui compte le plus de trou de golf au mètre carré…

Comment expliquer enfin que ce que d’aucun présente comme un magnifique projet touristique va se situer à 6 kilomètres à vol d’oiseau de la plus grosse déchèterie du département, entendez le Centre d’Enfouissement technique de LASSAC.

LASSAC, Résultat de la fâcheuse pratique d’un pouvoir devenu absolu, et illustration d’une féodalité installée.

Erreur Géologique, Economique, Archéologique, Environnementale, reconnue par le bureau d’étude chargé du dossier dont le site était positionné très loin dans la liste des possibles et qui par un tour de passepasse et quelques pressions exercées, s’est retrouvé en pole position.

Le CET va condamner une région déjà éprouvée économiquement et sur le plan de l’environnement, par les péripéties de la mine de Salsigne. Aucun sentiment à l’égard des populations concernées,

Près d’un million et demi d’euros déjà consacrés par le CG en communication plaquettes explications pour en arriver aujourd’hui à avoir choisi une entreprise pour traiter les déchets (SECHET ENVIRONNEMENT), mais a ne plus avoir de terrain pour les déposer, puisque leur vente au sidom de l’ouest audois a été annulée par la justice.

Voila un dossier ficelé…

10 ans ont été perdu sur le projet de LINAIROLLES, combien d’argent et de temps va-t-on perdre sur le CET de Lassac, sachant de toute façon que ce n’est pas à ce jour la meilleure façon d’éliminer les déchets.

En attendant on transporte nos ordures sur le centre de LAMBERT dans le Narbonnais, et on n’hésite pas à confier l’autre moitié à l’incinérateur de Toulouse…

Dans tout cela mesdames et messieurs, ou est la cohérence des projets, ou est la transparence des procédures, quelle est la fiabilité des institutions départementales qui nous gouvernent, ou est la pertinence des hommes qui ont en charge les responsabilités, y a-t-il un pilote dans le bateau du conseil général, ou celui-ci est il seulement occupé à colmater les brèches.

Constat, Consternant affligeant inquiétant pour l’avenir des Audoises et des Audois.

Le 25 novembre prochain les viticulteurs du département et du Languedoc Roussillon manifesteront à Montpellier, Je tiens à dire que nous sommes solidaires du monde viticole partie intégrante de notre culture de notre patrimoine et de notre identité.

2 réponses sur “OBSERVATOIRE POLITIQUE DEPARTEMENTAL DE L’UMP PREMIERE CONFERENCE DE PRESSE”

  1. Il est vrai que les instances dirigeantes de l’Aude qui détiennent tous les pouvoirs gèrent mal l’économie de notre département et n’ont malheureusement aucun projet crédible d’avenir pour notre population audoise. Mais force est de constater que se sont tout de même les audois qui mettent les bulletins dans l’urne élections après élections. La population de notre département est une population vieillissante qui par tradition vote à gauche sans savoir pourquoi, elle manque surtout de matière grise, car comme partout nous avons nous aussi des gens intelligents en terre d’aude mais à quoi bon rester dans nos terres puisqu’on ne peut rien en changer, alors on part ailleurs vers d’autres départements ou pays plus ouverts, moins bornés, moins sectaires pour faire carrière pour exister. On revient plus tard à l’âge de la retraite, car la seule chose qu’il nous reste dans l’aude c’est la qualité de vie et un environnement qui n’est pas encore pollué heureusement c’est encore gratuit. Mais n’y aurait-il pas aussi à remettre de l’ordre dans l’opposition dans l’UMP départementale, car excusez-moi mais nous devrions d’abord commencer par nous mettre en bon ordre de bataille et parler d’une même voix en présentant des projets et des solutions aux électeurs, peut-être alors nous écouteraient-ils plus attentivement de manière plus crédible. Pour l’instant nous reçevons encore des mails de représentants de l’UMP de conseillers régionaux tel celui de Mr Jean Gimmenez qui fustige critique et salit Mr Emmanuel Bresson.
    Je pense que l’urgence à l’heure actuelle est de soigner et de vacciner nos propres troupes contre ce virus la "LARRATITE" qui contamine nos militants. Il est temps d’isoler les porteurs de ce virus. Car à part de dénoncer la dérive du CG à laquelle nous ne pourrons pas grand chose, utilisons nos forces pour construire et rénover notre mouvement départemental. Docteur Isabelle, secouez-moi tout ça et guérissez d’abord notre mal intérieur, les militants attendent mais si l’attente est trop longue vous risquez de ne plus les revoir.

Les commentaires sont fermés.