LETTRE OUVERTE A JEAN CLAUDE PEREZ

Vous trouverez ci-après le contenu intégral de la lettre que j’ai adressée à Jean-Claude PEREZ suite aux violentes attaques dont j’ai été l’objet au cours de ces derniers jours rapportées dans les colonnes de « La dépêche du midi » et de « L’Indépendant »

Lettre ouverte à Monsieur le candidat Socialiste sur la première circonscription de l’Aude

Monsieur,

Nous sommes tous deux ,depuis de longs mois, en campagne électorale. Par expérience, je sais que c’est une épreuve rude, mais la difficulté ne m’a jamais effrayée. Ma volonté de vaincre est intacte, ma détermination totale, et mon engagement absolu.

Je combats vos idées politiques, parce que je les trouve néfastes pour nos concitoyens et pour la France. Je combats votre dogmatisme politique immuable, parce qu’il est dépassé, dangereux et inefficace. Je combats votre sectarisme politique, par ce qu’il est liberticide et intolérant . Je combats votre clientélisme politique qui protège ceux qui vous sont soumis et exclut tous les autres. Je vous combats pour tout ce que vous incarnez politiquement et qui est aux antipodes de mes valeurs républicaines, la liberté, la tolérance, la justice, l’égalité.

Je vous combats avec ardeur, persévérance, sans répit, mais je vous respecte en tant que personne. A vrai dire, j’avais espéré que cette joute politique se situerait au niveau des idées, des propositions, des programmes. Je constate qu’il n’en est rien.

J’ai dû récemment dénoncer les basses manoeuvres de votre parti, le Parti Socialiste, consistant à manipuler l’opinion et le libre choix des électeurs par la distribution de tracts faussement signés par un maire de votre comité de soutien, et je prends maintenant connaissance, par voie de presse, qu’un de vos amis, M.Tarlier, m’accuse de xénophobie et dénigre le nom que j’ai l’honneur et la fierté de porter. Vous étiez présent lors de cette déclaration, et votre silence sur ces propos vaut approbation.

Ce silence m’en rappelle un autre que les électeurs n’ont certainement pas oublié. Lorsque G.Frêches a traité les Harkis de « sous hommes », propos xénophobes s’il en fût et pour lesquels il a été lourdement condamné par la Justice; il s’est écoulé des semaines avant que le Parti Socialiste prenne la décision de l’exclure ( et du bout des lèvres!). Quant à vous et à vos amis, Monsieur, je ne me souviens que de votre silence assourdissant!

Vous ne manquez jamais une occasion de me jeter au visage le souvenir de mon Père, qui comme le vôtre, Monsieur Pérez, tenait ses origines de « de l’autre coté de la frontière »; J’aimerai, s’il vous plait, dorénavant, que de votre coté on cesse de salir l’affection que je lui porte.

Nous devions, Monsieur le Candidat, dans l’hypothèse où les suffrages des électeurs nous qualifieraient pour le second tour des Législatives, avoir un débat radiodiffusé. J’avais donné mon accord, car je tenais à ce que les électeurs de notre circonscription puissent juger le programme politique que je porte et que je défends, et mesurer tout ce qui nous sépare.

Mais devant la bassesse ignominieuse de vos attaques touchant ma personne et ma famille, je ne saurais, en aucun cas, être le faire valoir de quelqu’un qui a choisi de rabaisser la confrontation politique à un niveau inacceptable. Pour cette raison, et parce que le mot honneur a encore, pour moi, un sens, j’informe les électeurs que je décline l’invitation qui m’avait été faite. Je continue ma campagne, comme je l’ai toujours menée, avec dignité et respect envers tous, vous laissant à vous Monsieur, et à vos amis le champ libre de la diffamation et de l’invective dans lesquelles vous semblez tant vous complaire.

Isabelle CHESA

2 réponses sur “LETTRE OUVERTE A JEAN CLAUDE PEREZ”

Les commentaires sont fermés.