LA REPUBLIQUE QUI MARCHE… SUR LA TÊTE

 

Quelle plus belle expression de démocratie que l’élection municipale, la seule où, bien au delà des partis politiques et de leurs clivages, le citoyen s’exprime en fonction de la personnalité, de la proximité, de la compétence de celui qu’il souhaite élire.

Es-ce pour cela que dans le cercle gouvernemental on parle déjà d’éliminer les communes au profit des communautés d’agglo pour simplifier « le millefeuille administratif » et supprimer ces élus locaux qui « coutent si chers » car on doit faire des économies.

En matière de rapport qualité prix , ce sont à coup sur les élus locaux qui ont le meilleur ratio, ceux qui font le plus gros boulot, qui sont les plus proches de leurs administrés et qui rendent le plus grand service à la Nation. Ce sont aussi ceux qui sont les plus sollicités, ceux qui au quotidien acceptent de porter la détresse et la misère humaine, ceux qui sont les plus exposés en terme de responsabilité, ceux qui prennent le plus de risques puisque directement et peux-t-on dire physiquement soumis aux exigences de leurs électeurs.

La meilleure façon de ne pas voir la misère et les détresses humaines c’est de ne pas les regarder.

Pourtant, il faut se rendre à l’évidence, elles sont présentes au quotidien et il faut bien que quelqu’un les assume.

Qui le fera si le maire et les adjoints disparaissent?

Certainement pas les communautés d’agglo, déjà trop vastes pour assurer la proximité, et trop empêtrées dans la tourmente de leurs attributions et de leurs soucis financiers.

Les conseillers départementaux ? je ne vois pas comment, pas plus le député qui plane au dessus de toutes ces contingences puisque préoccupé par la fonction législative comme son collègue  sénateur.

Ce constat effectué, personne à mon avis ne peut le contredire, sauf Macron qui prend des mesures qui vont conduire inéluctablement à empêcher les élus locaux et les maires de gérer leurs communes.

La suppression des emplois aidés va conduire inéluctablement des milliers de personnes vers les Assedics, et va en même temps briser l’espoir de ceux qui avaient retrouvé une dignité par le travail ;

Cette mesure mettra un terme à l’action de centaines d’associations caritatives humanitaires sportives , actions qui suppléent depuis des décennies aux insuffisances institutionnelles

S’ajoute à cela la suppression de la taxe d’habitation, que l’état promet de compenser, et qui va rendre les communes dépendantes des dotations publiques;

On demande maintenant aux communes de faire des économies drastiques (13 Milliards d’Euros) alors que celles ci sur les 3 dernières années ont réalisé 34 % d’économie à l’échelle de toutes les dépenses nationales alors que 80% de la dette est de la responsabilité de l’Etat.

Devant l’inquiétude et la colère des maires et des élus locaux qui ne savent en rien ou l’exécutif veut les conduire, que propose l’Etat :

Pour les emplois aidés rien  si ce n’est de les avoir considéré comme des emplois clientélistes démontrant à quel point l’élite Macroniste est coupée des réalités ; aucune solution n’est envisagée :

Pour la taxe d’habitation, devant la pression des maires, le ministre des Comptes publics Gérard Darmanin a déclaré : » c’est une baisse d’impôt qui correspond à la promesse du président de la République et qui pour 80% des Français verra une baisse de 10 milliards des impôts sur trois ans ; Nous compenserons l’intégralité et pas un maire ne perdra un euro et enfin , nous allons réfléchir à la fiscalité de demain avec les élus »;

Monsieur le Ministre quand le président allume l’incendie, il faut bien que quelqu’un l’éteigne va t on entrer dans une énième réforme fiscale , ou va t on remplacer un impôt par un autre? cela ne me semble pas très crédible comme réponse

Il faut espérer que devant le congres de l’AMF le président sera plus loquace et moins Flou et qu’il saura rassurer;

Pour ne rien vous cacher je reste septique sur des annonces claires précises et structurées qu’il serait censé faire. Cela n’a jamais été le point fort du Président ni de ses ministres d’ailleurs (voir le dernier interview de Madame le  Ministre de la culture sur le Patrimoine.)

Quel sera l’effet  de cette invitation à huit clos  lancée à 1500 maires,   mais en grande pompe à l’Elysée  Mercredi. Champagne et petits fours auront-ils raison de la colère des élus locaux, en tous cas la méthode et le procédé est assez bizarre et pour le moins choquant voir humiliant.

Il est vrai que depuis quelques jours on voit Emmanuel Macron prendre régulièrement par la main ses invités; les maires feront ils la ronde en dansant  » la capucine » dans les jardins du faubourg St Honoré   , Cela suffira t-il pour que tout  aille mieux par la suite dans le meilleur des mondes?

On peut aussi légitimement se poser la question de savoir si  au delà du prétexte de faire des économies ou d’avoir fait des promesses électorales il n’y aurait pas chez Macron des motivations plus sordides.

Il est évident que les élus locaux ne lui ont pas fait un pont d’or , les sénatoriales en ont été l’illustration,

Pour les éliminer à petit feu, quoi de plus facile que de les rendre dépendants de les affaiblir et de contrarier leurs projets locaux. L’argent étant le nerf de la guerre, en priver les communes est un bon moyen de les éliminer

Ces élus disposent en plus d’un ancrage solide dans la population de ce pays et en particulier en milieu rural dans lequel la République en Marche n’est pas en pointe.

Pourtant localement tout et tous s’agitent dans le cercle Macronien pour être présent pour les futures municipales ou les scrutins locaux, les rumeurs vont bon train et l’on mariera certainement comme cela a déjà été fait sans que personne s’en émeuve, la carpe et le lapin

Autant de raison pour Macron de faire dans le machiavélisme car il est révélé aujourd’hui que cet homme n’aime pas qu’on lui résiste et qu’on le contredise, prêt à tout pour qu’il soit le seul à avoir raison: Il tient un peu dans ces attitudes et ces méthodes du camarade Vladimir;

N’est il pas en fait , lui qui se glorifie de les avoir éliminé, en train de constituer son propre parti politique ou l’on vote déjà à main levée pour prendre les décisions, car il n’est pas pensable qu’il y ait quelques dissidences. Un parti certes mais a condition qu’il soit unique.

Je n’évoquerai ici que pour mémoire, les misères infligées aux bailleurs sociaux et  le matraquage fiscal imposés aux français moyens ,par le biais de la hausse de la CSG;

Tout cela pour quoi ? pour un mieux , ou pour tout changer pour que rien ne change ?

En fait on ne sait rien de cette république qui se dit en marche dont on ne sait pas ou elle souhaite nous mener , simplement peut être, car elle même ne sait pas ou elle va…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *