LA CAVAYERE LE 26 JUIN MES REMERCIEMENTS AUX SYMPATHISANTS ET AUX MILITANTS

Au cours de ces deux élections près de 400 bénévoles ont pendant plus de 6 mois réalisé un travail remarquable en participant activements à toutes les tâches d’une campagne électorale.

La moindre des choses était de les remercier.

J’ai tenu à les réunir à la cavayère, pour leur faire part de mon attachement. Vous trouverez ci-après le contenu de mon intervention, mais également celle de Jean Paul Gourmandin mon directeur de campagne a qui j’ai demandé de s’exprimer.

Mesdames messieurs,

Merci à vous Isabelle de me laisser m’exprimer après de long mois de travail sur ces deux campagnes que nous avons intensément vécue.

Vous avez initié dans le département la tenue de comités de circonscriptions, dont le nôtre, celui de la première, se déroulera demain et au cours duquel nous aurons largement l’occasion d’évoquer en détail les péripéties de ces élections.

Ce soir, devant vous je souhaiterais ne retenir que la formidable aventure humaine que nous venons de vivre.

Au mois d’octobre quand nous avons débuté notre première réunion, qui aurait pu croire qu’en quelques semaines nous réussirions à impliquer autant de militants et de sympathisants pour arriver à faire trembler la gauche sur ces bases.

S’il y a une leçon à tirer à cela, c’est de constater que partout, des gens sont disposés à se mobiliser pour nos idées pour notre cause et qu’il suffit d’avoir la volonté d’organiser et de structurer autour d’un projet, pour qu’ils répondent présent.

J’ai eu pendant 9 mois le redoutable privilège sous l’autorité d’Isabelle de piloter et d’animer une campagne, que nous avons voulue dense, réaliste, constructive et surtout proche des gens.

Nous avons voulu faire du travail sérieux et propre, je crois que nous y avons réussi.

Nous avons fait preuve d’innovation puisqu’ Isabelle a été la première à ouvrir un site Internet sur lequel nous continuons d’ailleurs à recevoir message et encouragement, (a ce jour nous sommes depuis le 25 janvier date de son ouverture à plus de 8000 visiteurs.)


Sur son adresse Email Isabelle à reçu en moyenne 10 messages par jour (1500 pour la période) et reçue sur son portable 5 appels quotidiens.

Il a fallu gérer, répondre, donner une suite chaque fois que cela était nécessaire.

Il a fallu aussi gérer l’immédiat, l’impondérable et l’ensemble de l’organisation, meeting, réunions, rendez-vous, conférence de presse, articles de presse, radios, porte à porte, tract chaque événement engendrant surprises et temps de préparations importants.

Il a fallu penser, concevoir les documents, les rédiger, les amender les discuter, les mettre en pages les faire imprimer, les distribuer etc.

Ce fut avant tout un travail d’équipe, d’échange, de confrontation parfois sur des idées sur des concepts, toujours intelligemment arbitré , fructueux et riches d’enseignements.

Nous avons aussi vécu de grands moments doutes, de grands moments d’espoir, de grand moment d’excitation, de grand moment de découragements mais nous avons chaque fois pu rebondir parce que nous étions en équipe, et parce que la solidarité qui est née entre nous a fait que chacun a pu puiser chez l’autre, l’énergie nécessaire pour aller jusqu’au bout.

Quand la loyauté, le désintéressement, constituent le fil conducteur de l’action et de l’engagement il n’est pas difficile d’avancer.

Je tiens à vous remercier à tous de m’avoir aider dans ma tâche, de m’avoir stimulé, de m’avoir conseillé, de m’avoir supporté, vous la petite équipe de la première heure, vous le comité de pilotage, vous les responsables de canton, vous les « jeunes filles » de la permanence, vous les spécialistes du marathon et des boites à lettre, vous les professionnels du pinceau et de l’affiche, vous les jeunes, vous tous qui n’avez pas eu besoin d’invitation pour répondre spontanément aux multiples sollicitations dont vous avez fait l’objet.

Le travail que vous avez fourni a été considérable. Le travail que vous avez réalisé a été formidable.

Jamais le mouvement n’a connu une telle mobilisation, et nous ne devons retenir de cet épisode que la victoire de Nicolas Sarkozy et le score sans appel d’Isabelle.

J’aurais aimé vous conduire vers la victoire Isabelle ;qu’a–t-on fait ? que n’a-t-on pas fait ? qu’aurait-il fallu ?, faire questions qui vont encore pour un bout de temps hanter mes jours et mes nuits Ma difficulté aujourd’hui s’est d’accepter le verdict des urnes que je trouve injuste à votre égard.

J’ai eu la chance de partager avec vous des moments difficiles et des moments formidables, et il n’est pas possible que le travail que vous avez réalisé ne trouve pas une récompense.

Votre énergie, votre charisme, votre autorité ne peuvent être contestée, et personne ne peut remettre en cause votre capacité d’écoute, d’analyse, votre sens politique, et la pertinence de vos décisions. En c’est instant, en ce lieu, je pense à votre père Alors que l’on vous reprochait de ne pas l’avoir mis en avant, je sais qu’il a été durant cette campagne la lumière qui a guidé votre chemin.

Mais aujourd’hui le combat que vous avez mené, seule, et les résultats que vous avez obtenus légitiment incontestablement votre prénom.

Il fallait votre courage, et votre envie de servir les autres pour oser entamer une telle démarche. Qui pourra désormais vous donner des leçons ? C’est un honneur pour moi d’avoir travaillé à vos coté.

Le 25 janvier dernier( 6 mois jour pour jour) au terme de la présentation du site Internet lors du lancement de votre campagne je m’étais fait l’interprète de l’équipe pour vous dire notre attachement. Aujourd’hui je vous dis, merci d’abord de nous avoir fait confiance, et encore plus qu’hier, Isabelle, je vous le dis encore, simplement ,on vous aime.

CHERS AMIS,

J’ai souhaité dix jours après le deuxième tour des législatives, vous retrouver et mon grand bonheur est de constater qu’après tant de sollicitations vous êtes encore venu, pour cette soirée, nombreux et chaleureux.

J’ai souhaité effectivement que l’on se retrouve pour que je puisse dire à chacun et à chacune d’entre vous, ma reconnaissance et mes remerciements, pour vous dire aussi que j’ai énormément de chance de vous compter à mes cotés.

Vous avez été plus de 400 sur la circonscription dans la période comprise entre le 25 janvier et le 17 juin, pour tracter, afficher, faire du porte à porte, tenir les bureaux de vote, tenir les permanences, préparer nos réunions, organiser les bus et participer aux 3 meetings de Nicolas Sarkozy, pour certain même vous êtes allés à Paris, puis à Narbonne, bref, vous avez été de toutes les aventures. je suis sure que vous serez des prochaines

Pour ces campagnes notre travail a débuté dès la fin du mois d’octobre 2006.

J’ai demandé alors que se mette en place le processus pour mobiliser les cantons et nous avons à cette époque programmé les premières réunions. Elles ont débuté le 30 octobre pour ce terminer le 20 décembre 2006. Ensuite les responsables de canton ont été désignés et chacun a constitué son équipe, débutant le maillage que j’ai souhaité.

le travail était lancé, et ainsi nous avons pu avec l’appui des équipes de Carcassonne réaliser une campagne présidentielle, dense et active, et par la suite les élections législatives.

Je veux m’adresser ce soir à mon directeur de campagne, Jean Paul Gourmandin qui pendant tous ces longs mois a coordonné avec beaucoup de sérieux de rigueur et de compétence l’ensemble de cette formidable équipe.

Jean paul quand au mois d’octobre , je vous ai demandé d’être mon collborateur, nous nous connaissions très peu, et malgré ce, nous avons appris à travailler ensemble à s’écouter à faire des choix.

Je sais que j’ai été parfois exigeante , voulant tout voir, tout superviser, je vous ai également demandé beaucoup de présence de disponibilité , de travail, et vous avez toujours répondu présent, sans état d’âme. Vous êtes de la trempe de ceux sur lesquels on peut compter. Vous avez œuvré pendant ces longs mois ne cherchant en aucune façon récompenses ou prébandes.

Je ne pouvais faire de meilleur choix et le travail que avez accompli est digne de grands éloges. Du fond du cœur Jean Paul, un grand merci .

Je veux également m’adresser à Gilles Moreau mon suppléant.

Gilles en acceptant d’être à mes cotés dans cette aventure, cela a été pour moi l’occasion de choisir un suppléant issu du rural, un enfant du pays de ces terre du Minervois, attaché à son terroir et à sa famille.

Tu m’as accompagné inlassablement à travers le territoire de la circonscription pour le porte à porte la distribution du journal de campagne, les réunions thématiques, tu m’as apporté ton expérience non pas de politique mais de chef d’entreprise et de sportif et c’est avec beaucoup de gentillesse de sagesse de calme « olympique » mais aussi avec le regard nouveau d’un homme nouveau en politique que nous avons formé ce tandem. Ta simplicité , ta convivialité ont été appréciées de tous les militants. A toi aussi Gilles, un grand Merci.

Enfin, je veux ce soir également, m’adresser « affectueusement » aux jeunes populaires de l’UMP. Vous représentez l’avenir de ce mouvement et votre engagement, votre spontanéité, vos initiatives sont pleines de promesses et d’espérances..

Que ce soit dans le cadre des présidentielles ou des législatives votre présence et votre soutien n’ont jamais fait défaut, et ont toujours constitué des temps forts de ces campagnes.

La qualité de l’organisation des cafés débat et la richesse des échanges qui en on découlé en ont été l’illustration.

Le comité de soutien des jeunes, les conférences de presse, votre présence permanente dans les opérations de tractages, de porte à porte, de tenue de la permanence, de tenue des bureaux de vote, votre présence aux différents meetings nationaux et locaux, donnent l’exemple de votre ‘autonomie, de votre maturité politique, de la prise de responsabilité, du militantisme que j’aime.

Vous méritez ma reconnaissance, vous méritez notre reconnaissance et le respect de vos aînés.

Nous avons eu l’immense joie et l’immense soulagement de vivre l’élection de Nicolas SARKOZY et de le porter aux responsabilités suprêmes au terme d’une campagne exemplaire.

Exemplaire par le langage gaullien qu’il a tenu, par son parler vrai, par son souci des engagements, celui de dire la vérité, de ne répondre à aucune invective, de garder sa simplicité, de défendre nos valeurs, de dire au peuple de droite de n’avoir ni peur ni honte d’exister et de se montrer.

Exemplaire aussi cette campagne car intelligemment conduite, autour des commissions qui ont travaillé plusieurs mois pour préparer le programme présidentiel, programme démocratiquement adopté par le vote des militants.

Exemplaire enfin par la discipline et l’engagement des structures et des hommes qui l’ont soutenu sans réserve, sans état d’âme, même dans les périodes les plus critiques ou délicates (souvenez vous du ministère de l’identité nationale, de sa volonté d’ouverture, de l’épisode modem etc..)

Alors que le Ps, lui cherchait son programme, son candidat, que la France entière faisait du « tout sauf Sarko », notre mouvement et ses alliés ont fait bloc derrière Nicolas SARKOZY pour finalement le faire triompher.

Pas une voix n’a manqué au soir du 6 mai résultat 53,06% sans commentaire.

Il aurait fallu qu’il en soit ainsi localement pour espérer le 17 juin dernier débarrasser la terre d’Aude d’arrogants apparatchiks

J’ai dis au soir du deuxième tour qu’il fallait tirer des défaites les enseignements qui feront nos futures victoires.

Nous avons dans les prochains mois à affronter de nouveaux défis de nouveaux challenges. Certes l’élection d’un député de la majorité aurait été un moment important pour notre département, mais maintenant nous devons préparer activement les municipales sur toute la circonscription

C’est la condition indispensable pour aborder les futures cantonales, et ébranler à nouveau les certitudes de l’appareil socialistes.

Il faut labourer pour s’implanter, exister, défendre nos positions, afficher nos préférences. Ce sera long difficile mais comme le disait le général de Gaulle ,il n’est de bataille perdue que celle que l’on ne livre pas.

Les élections sont passées chers amis, il faut se remettre au travail tout de suite, construire nos projets tout de suite élaborer nos propositions tout de suite, s’engager à préparer les futures échéances tout de suite, l’espoir c’est aujourd’hui, la victoire c’est demain..

On ne peut plus se permettre si on veut prétendre à la victoire de se réveiller quelques semaines avant les élections.

Il faut travailler sans relâche avec patience et méthode, et à l’image de Nicolas Sarkozy on devra sans angélisme, mais avec réalisme faire preuve d’un esprit d’ouverture, ne pas se laisser guider par des intérêts particuliers, et sans état d’âme faire corps derrière ceux qui auront la responsabilité de conduire les combats.