ENTRETIEN AVEC VINCENT BOILLOT DU JOURNAL "MIDI LIBRE"

Vous trouverez ci après en cliquant sur « lire la suite » les notes concernant l’entretien que j’ai accordé à Vincent BOILEAU journaliste au quotidien le Midi Libre

Que n’a-t-on pas dit pour commenter le résultat de ces élections. Je devrais dire plutôt pour justifier une défaite, car défaite il y a. Cela veut dire que tous le monde et à tout niveau doit assumer.

En 2004 la gauche et le PS avait fait de cette consultation un enjeu National : on a perdu En 2010 l’UMP a commis ce péché d’orgueil en développant des thèmes nationaux donnant ainsi l’occasion aux électeurs de sanctionner les hommes au pouvoir et leur politique : on a perdu, plus grave on remet de ce fait en cause leur légitimité.

Nombre de militants et d’électeurs ont de plus le sentiment que le Président ne va pas au bout du programme sur lequel il a été élu en 2007.

Plus inquiétant encore ils ne se reconnaissent plus dans un parti et dans un mode de gouvernance -l’ouverture : mal perçue dans l’électorat de droite, accentuée ces derniers temps par des nominations qui ont fait grincer les dents, j’ai beaucoup entendu dire que si Sarkozy aime tant les gens de gauche, autant voter directement pour eux !

Les reformes enfin dont tous le monde s’accorde à dire qu’elles sont nécessaires, mais certaines et non des moindre ont été mises en œuvre à contre temps ou maladroitement (collectivité territoriale et Pb lié au pouvoir d’achat)

Sur le plan régional Martine AUBRY et les adversaires de G FRECHE ont fait sa campagne ; il n’a eu qu’à dérouler confortablement ses interventions et ses meetings sans jamais devoir justifier son bilan ou mettre en avant son programme. Démarrer une Campagne contre un FRECHE sortant deux mois avant l’échéance a été une faute grave ;

On a voulu refaire le coup des Européennes, c’est une erreur chaque élection a ces spécificités.

Nous aurions du démarrer le travail dès que les têtes de listes régionaux ont été désignés c’est à dire fin du deuxième trimestre 2009.

Vivre 6 ans de mandat sur les bancs de l’assemblée régionale face à FRECHE est très instructif sur les capacités de cet homme à balayer d’un revers de main ceux qui ne le prennent pas au sérieux ; On n’a pas pris dans nos rangs la mesure du Président sortant.

Mais le pire pour moi de ce qui nous arrive c’est la décision de Raymond Couderc de ne pas siéger à l’assemblée Régionale et de laisser tomber ses colistiers, les militants qui l’ont désigné, et les milliers de personnes qui ont voté pour lui. Ce n’est pas ma conception de la politique de ne pas assumer ses responsabilités et donc ses échecs

Au plan départemental, on fait les plus mauvais scores du Languedoc-Roussillon. C’est une triste réalité. Pour mémoire les résultats que nous avions obtenus pour les présidentielle et les législatives avaient été historiques dans le bon sens.

S’abriter derrière les échecs de Narbonne et de Carcassonne n’est pas un argument.

Des communes de droite comme Béziers, Nîmes, Ales, Perpignan, Sète, on donné la majorité a FRECHE.

Nos électeurs ne se sont reconnus, ni dans la liste, ni dans la campagne, et la mayonnaise n’a pas pris entre les électeurs et Raymond COUDERC et nos militants et sympathisants ne se sont pas mobilisés.

On peut aussi imaginer aussi que nos électeurs n’ont pas appréciés l’ingérence permanente de nos structures parisiennes dans les affaires de l’UMP locale. Par deux fois leur « dictat » c’est traduit par un échec.

L’ensemble de ces facteurs, car tous ont de l’importance font que notre fédération n’est pas au mieux de sa forme et que l’on va devoir cravacher dur pour remonter la pente.

Ce ne sont pas les déclarations fracassantes lues dans la presse concernant des non dits d’évictions éventuelles en vue de restructuration qui peuvent arranger les choses , donner une crédibilité au mouvement et rassurer nos adhérents et sympathisants.

Fin 2006 et durant l’année 2007 et même en 2008 nous avons atteint notre apogée en nombre d’adhésions près de 1500 sur les trois circonscriptions. Nous en sommes loin aujourd’hui.

Nous, les cadres de l’UMP allons devoir redevenir humble et raccrocher la charrue pour labourer et travailler sur le fond au maillage de notre pays de l’Aude.

(Voir Feuille de route adoptée par le comité départemental suite aux élections internes et remises aux délégués de circo)


Au risque de me répéter, quand on a bien parlé, on n’a pas fini le travail.

Au contraire ce dernier commence à la fin du discours.

Dans ce département la droite est condamnée à être irréprochable dans son comportement, à être pragmatique dans ses approches et dans ces concepts, à être présente sur tous les terrains, à respecter et à écouter les militants.

Pour ce qui me concerne, je mets les valeurs du militantisme largement au dessus de toutes les autres.

La politique ne se fait pas pour soi, elle ne se fait pas dans l’intrigue des cabinets parisiens, elle se fait sur le terrain pour nos compatriotes et j’ajouterai personnellement avec un attachement particulier au gaullisme et à ce qu’il a de plus altruiste, sans concessions pour l’égocentrisme ou l’opportunisme.


Commencent maintenant des jours difficiles. La responsable politique que je suis ne peut se dérober ; Je dois faire l’amalgame de toutes les compétences avec ceux qui sans arrières pensées souhaitent contribuer à travailler et à rebâtir.

De prochains combats nous attendent, et avant de penser à être élu, il faut surtout penser à créer les conditions qui permettrons de gagner l’élection ; et dans notre département parce que nous n’avons pas compris ce préalable nous devrons être patients et raisonnables dans nos ambitions individuelles.

Pour ma part, j’ai fais des choix que j’ai assumé, et pour ces raisons j’ai été injustement écarté d’un combat qui m’était cher.

Même absente de cette liste j’aurais pu apporter mon expérience forte de 12 années passée à la région dont 6 en qualité de vice présidente de Jacques BLANC.


Cela n’a pas été souhaité. Dont acte…

Peu importe, je regarde devant, et je regarde mes compagnons en face en leur disant, retournons aux fondamentaux, laissons les chamailleries aux petits « rassemblons nos forces et gagnons ensemble »

Au cours du prochain comité départemental qui se déroulera le 6 Avril prochain, il faudra laisser au vestiaire les ambitions personnelles, les rancœurs, et faire entrer dans la salle le courage et un langage de vérité.

Jacques BLANC et Isabelle lors de la dernière réunion de Beziers

4 réponses sur “ENTRETIEN AVEC VINCENT BOILLOT DU JOURNAL "MIDI LIBRE"”

  1. Je suis d’accord avec ce que tu viens de publier.
    Pour moi , en tant que militant cette campagne n’a pas été bonne pour différentes raisons
    – j’ai assisté à quelques réunions publiques sur lesquelles on à passé plus de temps à critiquer
    la politique de M.FRECHE qu’ à dire ce qu’on allait faire dans les différents domaines au niveau de la région.(le programme où était-il ?)
    (ex: A Narbonne le maire de BELCAIRE nous a parlé d"écologie de ce qu’il avait fait dans sa commune mais pas un mot de ce qu’on allait faire au niveau de la région ) et j’ai remarqué que cela a été le cas dans bien des réunions publiques données par notre candidat.
    Alors revenont à nos fondamentaux et arrêtons de vouloir aller à la pêche avec toutes ces ouvertures à gauche et autres. Ecoutons un peut plus les militants (nous ne sommes pas des
    ignares où des c…) et le peuple , car des mauvais choix ont été fait avant et pendant la
    crise économique qu’on est en train de subir ( bouclier fiscal , il fallait peut être le remodeler.
    Sauvetage des banques , il fallait demander des garanties plu ferme pour aider les entreprises en difficulté de trésorerie a fin qu’elles ne mettent pas la clé sous la porte car on a vu les résultats . Bénèfices des banques et prime pour les traiders en hausse et la on a rien fait.
    Débats sur l’identité nationale , en avait-on besoin ? , fallait-il le faire sous cette forme et
    à ce moment ? pour moi je ne le crois pas….et bien d’autres.).
    Je n’ai pas aimé certaines déclarations lues dans la presse , surtout celle parue dans la midi libre en date du 23 mars 2010 concernant le SMS envoyé par M. COUDERC aux cadres UMP de la régon (voir le journal) . petit extrait de ce SMS " Ceux qui ont passé cette campagne en spectateurs n’ont qu’un droit: C’est de la fermer" et bien je regrette me concernant je ne la fermerais pas , car pour moi cet échec est de leur résponsabilité et j’éspère qu’à l’avenir
    on écoutera un peut plus les militants .
    Si on ne redresse pas la barre et que l’on ne tienne pas compte de la situation , nous allons
    vers une catastrophe du style ce celle du PS qui n’etait pas présent au deuxième tour des présidentielles en 2002 ainsi en 2012 nous risquons la même sanction qu’eux.
    Voila pourquoi je ne la fermerais pas et je continuerais à défendre mes idées gaullistes
    car j’ai adhéré en 1966 à notre mouvement pour cela.
    Comme par la passé , je continuerais à apporter mon soutien à notre mouvement ,mais pas comme un mouton .
    Cordialement

  2. bonjour isabelle,
    je voulais faire une analyse sur les resultats des elections regionales pour nous le languedoc roussillon et nationale ou on s’aperçois qu’on assiste a une catastrophe.
    tout d’abord, mr freche a réussi son plan médiatique, il a su rassembler sa grande famille a ses bottes.Cathare comme il dit, vent contre marée, il a envoyer les parisiens a s’occuper de leur capitale.Et nous isabelle c’est une catastrophe sur le plan national Il faut se poser la question , comment peut ton expliquer des résultats
    pareil pour l’ump. Mauvaise politique gouvernementale peut-etre a, la cause trop de reformes non expliquée au peuples. Un remaniemant diot s’imposer. pour notre region c’est malheureux, il n’ont rien compris ces parisiens pour carcassonne et l’aude
    sans chesa c’st une gifle et la preuve est a l’appui.ils n’ont qu’un elue orphelin, seul dans l’aude. Ta mise a l’ecart leur a permis pour ma part d’avoir 15 voix de moins sur la ville de carcassonne et je ne parle ce que sa peut representé sur le departement car
    au cour de tes12 ans de presence a la region isabelle tu as fait du bon boulot dans la déléguation que tuavais en charge sur tous les domaines en particulier pour le vignoble audois. Je souhaites que tu continues a te battres dans tous les domaines
    car tuas un grand merite cellle qui pourra dans l’avenir nous redonner confiance pour les prochaines victoires.

  3. L’erreur vient aussi de notre pauvre tête de liste raymond couderc!!! Un brave type mais médiatiquement, UNE NOUILLE!!! il s’est fait "bouffer" par frêche tout au long de la campagne, georges déroulait du "cathare" par-ci du "anti-parisianisme" par-là, sur tous les plateaux télés, et raymond lui il ramait, ramait!!!
    Lors du débat entre les deux tours il a été ABOMINABLE!!!on a pas un conseil en communication et en look???
    Il fallait faire du frêche, attaquer avec des paroles "graves" limites "injurieuses" qui auraient eues le mérite de nous faire exister médiatiquement, même si ce moyen était peu glorieux!!
    On vit dans la période de la "star académie", tout dans le paraître, la com, on va pas à un débat télévisé avec ses patits papiers, georges il a pas une note écrite, il improvise!!!!
    Il a augmenté les impôts de 90% montre une feuille d’impôt!!!! montre son 4X4, montre son balai de chiotte philippe starck, montre ses dérapages verbaux, ne fais pas le petit garçon avec ses petits papiers!!!
    Geoges, il faut se foutre de sa gueule en public pour le faire dégoupiller, fallait le faire au lieu de dénoncer sa politique!!!!!
    Minables nous avons étés!! quand à refuser de siéger, là on atteint des sommets de c……..
    Un cheval de course en tête de liste, pas un bourricot!!!!

  4. A Paris , il leur faut de ‘belles gueules qui parlent bien ‘ mais ils n’ont pas compris qu’à Carcassonne les gens savent que vous gériez les dossiers avec sérieux , et comme pour votre père, nombreux sont ceux qui peuvent dire ‘ elle s’est bien occupée de moi.
    Au bout du bout, celà fait des voix en plus ….ou en moins puisque vous n’y étiez pas !!!
    Le passé est le passé, mais vous avez une bonne réputation, continuez!!.
    Si Larrat avait été ‘normal’, il se serait appuyé sur votre sérieux, il aurait fait travailler les entreprises locales, il aurait fait un effort pour estimer et respecter les gens qui ne pensent pas comme lui, il n’aurait pas passé son temps à exclure ceux ou celles que madame n’aimait pas, et tout normalement, il serait maire, vous seriez député, et à la région…. mais ne rêvons pas ……ce ne sera jamais de sa faute !!!!

    continuez votre route .

Les commentaires sont fermés.