"DEFAUT, des FAUX, et des FAUT"….MERCI SARKO!

J’imagine la complexité, pour un étranger, à saisir les subtilités de notre langue, et son orthographe.

Ainsi, la Grèce a failli faire défaut.

Des faux sauveurs de la France s’agitent aux fenestrons.

Des « il faut , il faut, il faut, » cela fait des « faut « en nombre.


Hier soir, le Président nous a expliqué pourquoi le défaut de la Grèce aurait été une catastrophe pour l’Europe. Un enchaînement mortel pour les pays qui composent la zone Euro, et à terme,un marasme dangereux pour la France.

Un débat a suivi l’intervention du chef de l’Etat. Les invités de l’opposition , Valls, Mélanchon, et Marine Le Pen, n’ont pas été avares de « il faut, il faut, il faut ». C’est tellement confortable d’être dans le déni de la vérité, de critiquer ou de proposer des solutions intenables, irréalistes, voire mensongères.

Des faux sauveurs de la France, nous en avons pléthore.

Notre démocratie, bien réelle ,contrairement à ce que ces gens là voudraient nous faire croire, leur permet de s’exprimer; ils ont tous leurs solutions miracles pour faire mieux ; ils ont surtout des recettes démagogiques et populistes pour espérer se faire élire, à défaut leur permettant d’exister médiatiquement.

Je n’étonnerai personne en disant que j’ai trouvé dans les propos de Nicolas Sarkozy matière à me réjouir.


Pendant que l’opposition pérore, se débat dans ses contradictions, surenchérit à qui mieux-mieux, le Président fait son devoir; il l’a répété à cinq reprises, montrant ainsi que le rôle du Chef est d’agir et de protéger la France. Les viles attaques dont il est l’objet n’ont aucune influence sur son action. La haine que l’opposition lui voue ,glisse sur sa carapace de béton. Les chiens peuvent aboyer……….

Dans les commentaires outranciers que j’ai pu entendre hier soir, aucun ne s’est focalisé sur l’évènement majeur qui résulte du sommet de Bruxelles: la convergence budgétaire.

Désormais , suite aux accords passés, les pays de la zone Euro sont tenus de respecter une ligne politique, financière et budgétaire identique, sous peine de perdre le triple AAA qui permet d’emprunter à des taux raisonnables. Le désendettement des états s’impose comme la priorité absolue et incontournable . Rien ne sera plus comme avant, la règle d’or deviendra sous peu une réalité, n’en déplaise aux socialistes.

Je me réjouis de savoir que si Hollande est élu, il ne pourra, en aucune manière, tenir ses promesses démagogiques, revenir sur la réforme des retraites, créer 60 000 emplois dans l’enseignement, et autres foutaises du même acabit.

Je me réjouis de savoir qu’il le sait !


Je me réjouirai encore plus si les Français, dans leur majorité, pouvaient le comprendre et laisser dans l’opposition tous ces faiseurs de malheur à venir.

J’ai l’espoir que les 11 millions 900 000 Français qui ont regardé le Président aient compris où se situe l’intérêt du pays.

On nous a bassiné avec les 5 millions de votants aux primaires ( en deux tours de scrutin), on a voulu nous faire croire que les jeux étaient faits parce que le rejet de Nicolas Sarkozy s’exprime dans les sondages . Je pense que nous en sommes loin, que rien n’est joué.


Merci Monsieur le Président de nous avoir dit la vérité, aussi désagréable soit-elle; merci de nous avoir mis devant nos responsabilités; merci de ne pas faire défaut à la France, merci de ne pas faire des faux pour être réélu, merci de ne pas exprimer des « faut » en privilégiant l’action………….

8 réponses sur “"DEFAUT, des FAUX, et des FAUT"….MERCI SARKO!”

  1. Merci Mme Chesa pour cet article et Merci au Président qui ne compte pas sa peine pour nous sortir de la pagaille où nous ont mis des décennies de laxisme. Mais que le Français est ingrat !!!!

  2.  » Démo, des maux et des mots »

    Chère Isabelle,

    Quitte à commettre un plagiat en reprenant tes jeux de mots, je tiens à exprimer en commentaires mon ressenti de la soirée d’hier.

    Démo : nous avons eu la démonstration en écoutant les commentaires des partis politiques que le bi-polarisme est plus que jamais bien installé dans ce pays. Louanges et félicitations au sein de l’UMP ; railleries et critiques acerbes au PS. Pouvait-on attendre autre chose?

    Les uns comme les autres me gonflent ! J’ai passé l’âge de me faire bourrer le mou !! Ces propos convenus n’apportent rien au débat, le clivage exacerbe, et les slogans contribuent au décervelage des « veaux-tants » qui devront choisir un Président en 2012.

    Des maux : Tous les commentateurs politiques, je parle des journalistes, s’accordent pour dire que l’intervention de Sarkozy fût pédagogique. C’est aussi mon avis, car si on peut être en désaccord sur le fonds, la forme eut le mérite d’expliquer les tenants et les aboutissants de la crise, -des crises-, celle de la dette des états, de l’Euro, de la confiance et de la croissance. Les maux dont souffrent la France, l’Europe, et plus largement le Monde, sont analysés de la même façon par tous les dirigeants des 27 pays de l’union, ou des 17 de la zone euro.

    Ce consensus est partagé par ceux qui cherchent des solutions, rejeté par ceux qui sont dans les oppositions de chaque pays. Pour exister il faut se distinguer, donc quoi de plus naturel que de prendre systématiquement le contre pied ?

    Un de mes amis me confiait il y a quelques années qu’il avait demandé conseil auprès d’un ministre de gauche, en fonction, ce qu’il fallait faire pour être élu. La réponse, cynique, fût celle-ci :  » Promettez tout à tous; quand vous serez élu, et il y a de fortes chances que vous le soyez, gérez……….. »

    C’est un des maux dont nous souffrons tous. Dire la vérité n’est pas gravé dans les gènes des nos dirigeants français. « Je vous promets du sang et des larmes » comme disait Churchill n’est pas à dire au peuple français. Et pourtant…………;

    Voilà 30 ans que la France vit au dessus de ses moyens.

    30 ans que la dette s’accumule, 30 ans qu’aucune réforme en profondeur n’a été faite, 30 ans que l’on s’imagine que l’état pourvoira à toutes nos demandes, 30 ans que nous vivons l’illusion que notre pays est très riche, pouvant par conséquent donner sans compter et sans contre-partie.

    Sarkozy a été élu sur le concept de la rupture et du changement; il a fait une partie de ce qu’il avait promis. Les retraites? Neuf manifestations d’ampleur nationale. La réforme territoriale? Sanctionnée par les grands électeurs et le Sénat désormais à gauche. Deux exemples parmi d’autres.

    Oui, il y a eu en 2008 une crise qui dure et que personne n’avait vu venir. Les ailes de la rupture et du changement ont été coupées nettes.Pour autant, doit-on croire qu’il ne faut rien changer? Doit -on rêver d’une France immuable au sein d’un monde qui évolue à grande vitesse? Doit-on nier la venue dans le concert des nations des pays émergeants, qui ont d’autres modes de fonctionnement, d’autres systèmes sociaux?

    Notre pays doit, sous peine d’un recul dramatique, s’adapter et évoluer. Cela ne peut se faire qu’avec l’assentiment du peuple. Le veut-il? Nous aurons la réponse en mai 2012.

    Des mots : Il y a ceux qui agissent, qui ont reçu un mandat pour exercer le pouvoir. Les mots leur servent à expliquer, informer, rendre compte au peuple.

    Il y a ceux qui n’ont pas le pouvoir et qui rêvent de le conquérir. Les mots leur servent à démolir, critiquer,contrer, faire rêver d’un autre monde, d’une autre politique.

    L’alternance fait que la fonction des mots soit interchangeable: de droite ou de gauche, ceux qui sont au pouvoir se glissent avec aisance dans la posture que le verdict des urnes leur attribue. Les mots, comme la langue d’Esope, sont la pire ou la meilleure des choses.

    Si les mots peuvent nous aider à se forger une opinion, ils ne doivent pas nous faire oublier la réflexion et le libre arbitre Pour ma part, et c’est mon libre arbitre, j’essaie de réfléchir en écoutant tous les arguments. Même ceux venant des socialistes, et pourtant Dieu sait qu’ils m’indisposent souvent.

    Au lendemain de l’intervention de Nicolas, je ne suis ni béat d’admiration devant le discours UMPiste, encore moins sensible aux propos de la gauche. Je suis inquiet et je m’interroge.

    Quel sera le résultat du premier tour? Quel choix aurais-je?

    J’ai néanmoins une certitude : je ne voterai pas Hollande. Je suis prêt à faire des sacrifices; Pour mon pays , mais pas pour des menteurs ,héritiers du Mitterrandisme ,qui fût la plus grande escroquerie de la fin du siècle dernier.

  3. On ne peut pas dire, Cassandre, qu’à l’UMP de Carcassonne ils nous gonflent ou nous bourrent le mou.

    Depuis l’intervention de Sarko, pas un mot de commentaire sur le Blog UMP, à part donner le chiffre des téléspectateurs.

    Sont-ils béats d’admiration au point de rien dire ou sont-ils partis en vacances?

    Heureusement pour nous les militants , nous avons le blog de Madame Chesa

  4. Il semblerait que mon commentaire ci dessus, publié à 10h11 ait été lu par le responsable du blog UMP. 20

    lignes ont été pondues à la hâte à 11h16.

    C’est mieux que rien, et bravo pour celui qui s’est dévoué.

    Tout de même c’est léger, assez austère.

    rien a comparer avec le blog de Madame Chesa.

  5. Malgrè tout le respect que j’ai pour vous, je ne crois pas que ce soit de cette manière critique, que nous ferons avancer le débat.

    Mais qu’ils sont rancuniers ces Cathares! Et croyez-moi, je suis née aux pieds des tours de notre Cité…….

    Il est vrai, je m’en suis longtemps éloignée et j’ai pu voir des comportements moins sectaires .

    Il faut savoir oublier ses rancoeurs, quand le bien de son Pays est en jeu ……..

  6. bonsoir a royale:

    Pour dire que les commentaires de ce blog sont libres et que les internautes s’expriment comme ils le souhaitent tant que les dits commentaires ne portent pas atteinte à la morale ou à l’intégrité des personnes.

    Si c’est le cas je ne les publie pas, ce qui depuis 5 ans que le blog existe ne s’est produit que tres rarement

  7. Tout à fait de l’avis de Royale, arrêtons les critiques et pensons à mettre notre énergie pour faitre gagner la droite aux élections. Cessons ces querelles intestines qui nous font perdre et qui sont bien la preuve que nous sommes la droite la plus bête, nous devrions le savoir à Carcassonne!!

  8. En réponse aux commentaires de Fafa , de Royale, et d’un autre lu par ailleurs, je souhaite leur soumettre deux questions:

    1/ Ne pensez vous pas que Persifleur a tout simplement voulu souligner l’absence de réactivité de la part de ceux qui sont censés mener le combat contre la gauche?

    Lorsque le Président s’exprime, il faut s’attendre à une volée de bois vert venant de tous ses adversaires. Il faut donc être sur les starting-block, prêts à répondre, avec une argumentation solide. Se contenter de souligner qu’il y avait du monde pour l’écouter ne me semble pas la réponse la plus appropriée, mais cela n’engage que moi.

    2/ Comme vous, je pense que l’union est indispensable.

    Vous regrettez que la droite soit qualifiée de plus bête du monde.Je ne doute pas un instant que vous soyez de bons petits soldats, décidés à propager les idées de l’UMP, propager vos convictions, et soutenir celui qui sera le chef de file de la droite.

    Cependant, force est de constater que les petites querelles locales ne sont rien, en regard de ce qui se passe dans les plus hautes sphères. Ainsi notre premier ministre qui se parachute à Paris déclanche une guerre des chefs et des égos qui laissera des traces.

    Elle fait la joie et les choux gras de l’opposition. Qu’en pensez -vous?

    Faut-il se taire et ne pas en parler, pour être un bon militant? Faut-il mettre la tête dans le sable et attendre que ça passe? Ou faut-il, ce que je pense, envoyer par l’intermédiaire des responsables départementaux, un message fort à ceux qui se battent comme des chiffoniers?

    Alors dans ce cas, vous pourrez justifier que l’union soit nécessaire et que par votre action, celle d’avoir interpellé le premier ministre, vous donnez le bon exemple.

    Je termine en remerciant encore une fois Isabelle de nous offrir un espace de liberté totale, on nous pouvons nous exprimer.q

    Comme vous, comme moi, Persifleur peut dire ce qu’il pense, n’en déplaise aux ronchons. C’est de la démocratie. C’est pour cette liberté que j’ai choisi depuis longtemps de ne m’exprimer que sur ce blog et sur aucun autre.

Les commentaires sont fermés.