COMMUNIQUE DES JEUNES REPUBLICAINS DE L ‘AUDE

logo jr050

Les Jeunes Républicains de l’Aude se prononcent en faveur de la sélection en Master 2 à l’Université.

 En effet, mercredi  6 avril, dans la journée, un communiqué du doyen de la faculté de droit de Toulouse a crié haro sur la « liste très limitative » voulue par Najat Vallaud-Belkaçem, Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Ce gouvernement, qui souhaitait faire de la jeunesse « une priorité » semble aujourd’hui bien loin des réalités estudiantines.

Le doyen de la faculté toulousaine a mentionné, à juste titre, le manque de moyens et de matériels qui leur est octroyé pour gérer un afflux sans cesse grandissant de dossiers en Master 2. Il s’agit des prémices d’un mouvement national porté par les universitaires et directeurs de master.. L’avis du Conseil d’Etat, le 10 février 2016, a bousculé le statut quo qui était jusqu’alors réservé à la sélection universitaire. Les jeunes étudiants se retrouvent aujourd’hui au centre d’un bras de fer, opposant un gouvernement suivant son idéologie égalitariste et des Universités submergées. La sélection serait « rétrograde » selon la Ministre.

Les Jeunes Républicains de l’Aude souhaitent ré-affirmer l’idée du mérite républicain, de l’excellence universitaire. Vouloir supprimer la sélection à l’entrée des Master 2, c’est vouloir la mort de l’Université.

Aujourd’hui, les classes de Master 2 se composent d’une trentaine d’élèves, sélectionnés selon leur profil afin de correspondre au mieux aux attentes futures que seront celles des employeurs. C’est l’intégration sur le marché du travail qui en dépend. Un nombre limité qui permet aux enseignants de mieux distiller leur savoir et de s’assurer au mieux de l’excellence de leur formation.

La limite du nombre n’est pas une volonté propre aux Universités, mais la résultante de la meilleure insertion possible sur le marché du travail. Vouloir empêcher cette sélection, c’est vouloir empêcher ceux qui se sont démenés le long de leur scolarité de bénéficier d’un diplôme ayant une valeur reconnue par les employeurs.

Supprimer la sélection, c’est également favoriser l’inégalité sociale. Car si l’Université perd aujourd’hui son statut de pôle de formation d’excellence, que lui donne ses masters 2, les uniques bénéficiaires de cette suppression seront les écoles privées, qui elles pratiqueront toujours la sélection, et cette fois-ci, de manière plus insidieuse. Il suffit de comparer les droits d’inscription d’une Université et ceux d’une école privée…

Sortir d’un diplôme sélectif est un gage de sérieux pour les employeurs, s’assurant ainsi de la qualité de l’étudiant et de son parcours. Une liste restrictive et minimaliste annoncerait la mort de l’Université. Donner les mêmes chances à tous et toutes, c’est la raison d’être de l’enseignement public français. Récompenser ceux qui travaillent pour réussir, c’est l’âme de la sélection en Master 2. Le gouvernement doit aujourd’hui prendre ses responsabilités et permettre à chaque Université de procéder à sa sélection, afin d’assurer le meilleur niveau possible des enseignements dispensés.

Les Jeunes Républicains de l’Aude soutiennent les Universités, qui paient aujourd’hui le manque de courage politique des gouvernants.

Les Jeunes Républicains de l’Aude soutiennent les étudiants qui travaillent afin d’assurer leur avenir.

Enfin, les Jeunes Républicains de l’Aude s’engagent auprès des jeunes qui voient aujourd’hui leur avenir noirci par des diktats politiques grotesques.

 

Le bureau départemental des Jeunes Républicains

CatégoriesNon classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *