Archives pour la catégorie Blog actualités

C’est ici que l’on diffuse nos questions-réponses sur les sujets d’actualité et de manière générale sur tous les sujets qui vous préoccupent. Vous avez la parole !

LE MESSAGE D’ISABELLE CHESA A LEUCATE

Accueil de Gilles Platret
Accueil de Gilles Platret
intervention de Michel Py
intervention de Michel Py
intervention d'Isabelle
intervention d’Isabelle

Monsieur le Maire , cher Gilles

Cher Michel

Chers amis, chers compagnons,

Merci tout d’abord monsieur le maire d’avoir provisoirement abandonné ta belle ville de Chalons sur Saône et ta belle région de Bourgogne pour nous rendre visite.

Nous savons , à travers ta jeune carrière politique que tu es un homme de caractère de conviction et de combat, qualité très appréciées sur nos terres Cathare.

Nous savons aussi à quel point la tache d’élu local est prenante, d’autan qu’en ce moment Macron  et son gouvernement mènent la vie dure aux collectivités territoriales

Merci aussi a vous tous ici rassemblés , fidèles et engagés, d’avoir répondu a notre invitation et d’être a nos cotés dans cette période délicate et quelques peu fantasmatiques….

Il y a un an presque jour pour jour le 24 septembre précisément, que réunis dans ces mêmes lieux, je concluais mon intervention en disant je cite:

« A mon avis 2017 est pour la droite traditionnelle, pour notre famille politique la dernière chance de convaincre.

Les français ne nous ferons pas confiance indéfiniment.

Pour notre part, encore une fois, nous, les militants nous serons la, en ordre de bataille, pour les primaires d’abord, pour les Présidentielles ou nous soutiendrons sans état d’âme celui qui sortira vainqueur de la consultation des 20 et 27 novembre prochain , et enfin pour les législatives. »

Chers amis, chers militants nous avons été la, nous avons été présents au moins pour une grande majorité d’entre nous.

Je ne vais pas revenir sur ce que nous avons connu jusqu’au printemps dernier, Gilles.

Tout ou presque a été dit sur les évènements que nous avons vécu, mais puisque tu es le porte parole de Laurent Wauquiez merci de lui transmettre, la tristesse le désarroi, la colère qui a été la notre dans l’enchainement cataclysmique des campagnes présidentielles et législatives.

Nous les militants, les besogneux, avons entendu de la part de nos responsables tout et son contraire, et constaté pour beaucoup, la faiblesse idéologique, et le manque de pragmatisme des ténors du parti qui entre septembre 2016 et mai 2017 se sont mis à danser  le tango .

La seule mais faible satisfaction de ses élections est le pourcentage miraculeux des présidentielles, et le petit et savoureux plaisir des législatives a été dans notre département de voir enfin le PS et ses caciques mordre la poussière.

Ces voluptés éphémères ne cache pas le fait que l’ump d’abord et les républicains ensuite n’ont jamais trouvé les marques pour être un parti d’opposition, trop occupé qu’il était pour savoir qui serait le candidat à la présidence de la République.

Nous avons été obligé malgré tout d’avoir recours à  des primaires, ouvertes qui plus est, pour désigner  notre champion pour les présidentielles.

On connait la suite ….

Le fils spirituel de Hollande a tout balayé sur son passage, taillé en pièce le PS, lézardé le FN, nous laissant la portion congrue.

Il a permis en la personne de Mélenchon, la promotion d’un Champion du populisme social, chantre de la nouvelle république.

La Nature ayant horreur de vide, ce dernier est devenu le « Premier opposant au Régime » .

A eux deux ils ont siphonné jeunes et moins jeunes, laissant sur le flanc les partis politiques traditionnels.

Quand aux Législatives, nos candidats ont été condamnés d’avance par les déclarations précipitées et intempestives de nos leaders, qui nous ont demandé d aller sans états d’âme vers celui que nous combattions depuis des mois.

Ainsi, en trois semaines tout juste, d’une campagne surréaliste et surprenante de facilité , d’illustres inconnus ou presque sont devenus, comme par enchantement locataires du palais bourbon.

S’en est suivi la valse de la dissidence « des constructifs » et la nomination de l’un des nôtres au poste de premier ministre…

On peut comprendre qu’il y ait de quoi décourager,  contrarier ou mettre en colère  le plus fidèle et le plus actif de nos militants.

Alors chers amis   PLUS     JAMAIS     CA

Aujourd’hui, nous attendons du futur Président des Républicains des actions fortes pour,

Organiser le parti, le structurer administrativement et sur sa communication

Lui donner une véritable assise démocratique en donnant aux militants la place qui leur revient.

Les militants en 2017 ne se contentent plus de payer leur cotisation et d’être sollicités pour faire la claque a l’occasion d’un meeting;

Ce sont des gens qui réfléchissent, qui observent, qui sont informés qui demandent à être entendus

Ils ne supportent pas les prises de paroles polémiques et les divisions qu’elles engendrent, comme cela a été, et est encore le cas trop souvent. Ils détestent les courants qui ne présagent rien de cohérent si ce n’est la division.

Il peut y avoir débat, il doit y avoir débat, mais en interne

Il faut devenir une véritable force de proposition, et construire ainsi un véritable parti d’opposition, organisé et intelligent, porteur d’un message,  d’un projet pour notre pays.

En la matière en effet nous sommes légers, nous manquons de repères, voire d’idéologie, même si c’est un mot que je n’aime pas

Pour ma part je suis prête à y travailler assidument, mais il faut aller vite.

Il faut aussi cesser d’en faire un parti dont le seul objectif est l’élection à la présidence de la République.

Un parti politique ne peut se permettre de jouer un rôle aussi restrictif car il s’isole de sa base;

Il doit former ses cadres et ses militants;

Il doit s’impliquer dans les scrutins locaux (municipales départementales régionales.)

En ne le faisant pas il rend le résultat des élections aléatoire et fragile puisque ne reposant sur aucune base solide.

Il doit puiser sa solidité au cœur des territoires  en se nourrissant d’un véritable encrage territorial voire rural

Les élections locales constituent un véritable enjeu politique.

Elles permettent de bâtir d’abord et de consolider ensuite un appareil qui tirera sa pérennité et sa légitimité du maillage des territoires.

Elles permettent aussi de mener des réflexions politiques et sociétales facilement identifiables et claires pour les Français.

Il faut non seulement repenser notre communication, pour aller au cœur de chaque électeur, mais revoir nos méthodes traditionnelles de recrutement.

Cette démarche ne doit pas s’entendre comme un postulat, mais comme une conséquence, car nous gagnerons ou regagnerons des adhérents si notre produit est bon .

Pour cela, je crois qu’il est temps que « les républicains » en tant que parti politique s’affirme comme un parti de droite, d’une droite qui assume, qui a ses convictions;

Oui mes amis il faut que nous n’ayons rien a craindre a porter nos valeurs, que  nous n’ayons rien a craindre à assumer notre identité.

Dire cela ce n’est pas se recroqueviller.

Dire cela s’est avoir du courage, s’est retrouver les militants qui nous ont quitté, s’est revenir vers les jeunes, s’est créer un dynamisme que nous avons sacrifié aux mous;

Sur les sujets sociétaux, GPA PMA, sur l’Europe, sur la mondialisation, sur la conduite de l’état, sur le communautarisme, sur la sécurité, sur l’économie, sur les finances publiques, nous avons désormais le devoir de nous exprimer;

Ceux qui croient que Macron est un homme de droite font une erreur grave.

C’est un homme de gauche

Il est arrogant, orgueilleux et méprisant; Hollande parlait des « sans dents » lui parle de « Ceux qui ne sont rien »

Il est de ceux qui ont cautionné la destruction de la France de ses valeurs fondatrices.

Il est cynique et machiavélique à la fois

Il fait parti de ces grands intellectuels adeptes d’une mondialisation outrancière, avide d’argent qui détruit les hommes et les territoires;

Il est soutenu et adulé aujourd’hui par une majorité d’hommes et de femmes qui lui doivent tout, notamment de les avoir fait député en un mois.

Cela durera t-il ? nous en reparlerons dans quelques temps.

Tout cela chers amis, tous cela fait de moi résolument  une Macron incompatible.

Défendre nos valeurs, nos principes, notre idéal, nos traditions c’est défendre la France .

Voila chers amis, après quelques semaines de réflexion le message que je désirai vous transmettre.

C’est aussi le message que je te demande de transmettre a Laurent Wauquiez, c’est le même en plus concentré que j’ai exprimé à Daniel Fasquelle. quand il est venu a Carcassonne

C’est le même que je délivrerai aux autres candidats s’ils décident de nous rendre visite.

Il nous faut montrer à Macron que la droite est en vie, qu’elle a de l’énergie, qu’une nouvelle génération arrive.

C’est une mauvaise nouvelle pour lui, mais c’est une bonne nouvelle pour la France.

Je vous remercie.

L'intervention de Gilles Platret
L’intervention de Gilles Platret

GILLES PLATRET PORTE PAROLE DE LAURENT WAUQUIEZ A LEUCATE

Une centaine de militant se sont retrouvés au village de vacances Rive des Corbières pour recevoir Gilles Platret Maire de Chalons sur Saône et porte parole de Laurent Wauquiez.

Qui est Gilles Platret :

Gilles Platret est né le 19 avril 1973

Membre des Républicains, il est élu maire de Chalon-sur-Saône en 2014. Il est au cœur d’une polémique nationale l’année suivante en décidant la suppression des menus de substitution dans les cantines de ses écoles.

Jeunes années (1973-1995)

Études

Gilles Platret entre en 1984 au Collège de Buxy et y développe très tôt des aptitudes pour le journalisme. A 12 ans, il fonde avec ses camarades l’un des premiers journaux étudiants de Bourgogne, Le Millefeuille[1].

Au Lycée Pontus de Tyard (1988-1991), il commence à lire la presse nationale et aiguise son goût pour la politique. Déjà passionné d’histoire, en particulier celle de la Bourgogne, il donne en juillet 1989 sa première conférence publique d’historien dans son village de Saint-Désert, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française.

En septembre 1991, il s’inscrit à l’Institut d’études politiques de Paris dans la section Services Publics. Dans le cadre de ses études, il effectue un stage à la sous-préfecture de Chalon-sur-Saône aux côtés du sous-préfet, Jean-Claude Bastion. Pendant plusieurs mois, il travaillera notamment à l’application de la toute nouvelle loi ATR, et participera à la mise en place des premières intercommunalités de Bourgogne. En 1994, il obtient son diplôme de l’IEP.

Inscrit à l’Université Paris-Sorbonne, il obtiendra un DEA d’Histoire contemporaine en 1996.

Passage dans le journalisme

Journaliste au Journal de Saône et Loire, il a été correspondant de presse locale pour les communes de Saint-Désert et des environs, puis journaliste en poste à Tournus jusqu’en 2006 .En tant que fervent défenseur de l’humour, entre 2011 et 2014, il sera Rédacteur en chef du magazine « Piscou » où il y met à chaque fois sa petite touche personnelle, c’est à dire une blague de sa composition. Par exemple il cite  » Qu’es ce qui est noir et qui en a marre ?— Jean négro sur la patate » (j’en ai gros sur la patate).

Débuts en politique (1995-2008)

Premières responsabilités électives

De retour à Saint-Désert, il devient président de l’Amicale laïque des écoles publiques de la ville. Il se rallie à la liste de Michel Goubard, alors maire sortant de Saint-Désert, qui se fait réélire en juin 1995. A 22 ans, il devient conseiller municipal dans la majorité de Michel Goubard, aux côtés duquel il s’initie à la politique et complète sa formation sur le terrain.

Réélu en 2001, Michel Goubard en fait son premier adjoint. Gilles Platret se fait élire conseiller communautaire au Grand Chalon en 2004, et devient également Président du Pays du Chalonnais en 2005.

2006-2008 : une période de repli

Le 2 février 2006, alors qu’il est conseiller communautaire au Grand Chalon, Gilles Platret refuse de voter le budget de la communauté d’agglomération au motif que ce dernier faisait exploser la taxe professionnelle. N’ayant pu rallier personne à son combat, il décide de poursuivre dans sa démarche et s’y oppose seul. Le budget est voté sans encombre mais les élus locaux, de droite comme de gauche, ne lui pardonneront pas cet écart.

Pour Gilles Platret, ce vote est le début d’une « traversée du désert » qui durera près de deux années. En effet, dès le budget du Grand Chalon adopté, la Commune de Saint-Désert subit des pressions pour lui retirer sa délégation de conseiller communautaire. N’étant plus soutenu par le maire, il annonce que si sa délégation lui est retirée, il démissionnera de son poste de premier adjoint. A la fin du mois de février, le conseil municipal de Saint Désert vote le retrait de sa délégation et Gilles Platret démissionne. Alors qu’il pensait avoir payé le prix de son combat contre l’augmentation de la taxe professionnelle, il se retrouve également évincé de la présidence du Pays du chalonnais.

Écarté de la vie politique pour deux ans, il se concentre alors sur ses deux autres passions : l’histoire et l’écriture. Il crée en début d’année 2007 une entreprise de recherche et publications historiques et écrit deux livres : « Le Chalonnais entre en guerre » puis « Les loups dans l’histoire de la Bourgogne. » Il pense à un moment se présenter aux élections législatives de 2007 mais renonce finalement à maintenir sa candidature face à Dominique Juillot qui sera battu de peu par Christophe Sirugue (PS).

Le sénateur René Beaumont le sollicite pour les élections municipales de 2008 à Tournus mais Gilles Platret a déjà des vues sur Chalon, pour la succession de Michel Allex.

Six ans d’opposition (2008–2014)

Campagne municipale de 2008 à Chalon-sur-Saône

A l’automne 2007, Michel Allex renonce à se présenter pour un second mandat en tant que maire de Chalon-sur-Saône. Dominique Juillot est à un moment pressenti pour prendre sa succession mais il renonce finalement à se présenter et soutiendra la liste menée par Gilles Platret.

Dominique Perben ainsi que la Commission nationale d’investiture de l’UMP apporteront leur soutien à Gilles Platret en décembre 2007. L’UMP fait ainsi le choix de la jeunesse et mise, non pas sur une probable élection en 2008, mais « pour l’avenir ». Soutenu par le Maire sortant, Michel Allex, Gilles Platret est cependant battu dès le 9 mars 2008 au premier tour par Christophe Sirugue qui totalise 54.49% des suffrages exprimés.

Une implication dans le milieu militant

En novembre 2008, Gilles Platret devient délégué de la 5e circonscription de Saône-et-Loire pour l’UMP. En janvier 2009, il devient secrétaire départemental du mouvement pour deux ans au cours desquels il coordonnera les actions militantes dans le département. Il sera remplacé par Arnaud Danjean en janvier 2011.

Au mois de novembre 2010, il est opposé à Jean-Paul Anciaux pour la présidence du Comité 71 de l’UMP et décide finalement de retirer sa candidature juste avant le scrutin.

Un mandat de chef de l’opposition municipale

Suite à l’élection de Christophe Sirugue le 9 mars 2008, Gilles Platret prend la tête de l’opposition municipale. Il fonde l’association « Chalon pour tous avec Gilles Platret » en avril, lui permettant ainsi de conforter sa place en tant que leader de l’opposition. L’association crée un magasine d’opposition « Chalon pour tous » lui permettant de prendre position sur les thématiques locales d’actualité, comme le dossier du multiplexe en février 2010.

La campagne municipale de 2014

La campagne est lancée en mai 2013. Ils sont trois prétendants à droite : Gilles Platret (UMP), Sébastien Martin (UMP), et Isabelle Dechaume (UDI). Les militants appellent à l’union des trois candidats mais à ce moment de la campagne, chacun est décidé à poursuivre. Le 8 octobre 2013, Sébastien Martin est officiellement investi par la Commission nationale de l’UMP. Gilles Platret organise une réunion publique deux jours plus tard au cours de laquelle il annoncera son intention de se porter candidat malgré l’investiture de Sébastien Martin par l’UMP.

Après un mois de tractations, le 11 novembre, un accord est finalement trouvé entre les trois candidats qui feront donc une liste commune. Gilles Platret axe sa campagne sur une dynamique locale et élabore son programme autour de quatre piliers: Écouter pour mieux décider ; Répondre aux attentes des Chalonnais avec des projets raisonnables ; Aider chacun pour vivre bien à Chalon ; Développer Chalon grâce aux entreprises, au tourisme, à la culture et au sport.

Gilles Platret sera élu dès le premier tour, le 23 mars 2014, avec 52,38% des suffrages exprimés.

Maire de Chalon-sur-Saône (2014-…)

Les premières mesures

L’une des premières décisions de Gilles Platret en tant que maire de Chalon-sur-Saône est de demander un audit financier complet des finances de la collectivité. Sélectionné sur appel d’offre, le Cabinet Mazars rendra ses conclusions au mois d’octobre 2014

Au cours de sa première année de mandat, Gilles Platret a mis en place plusieurs chantiers. Tout d’abord la réalisation de travaux de voirie dans le centre-ville pour tenter de retrouver davantage de fluidité dans la circulation[24] ; la renégociation avec Chalon’Energie du contrat de chauffage urbain pour enrayer l’augmentation des factures; ainsi que l’installation du « Maire en direct » qui permet aux habitants et habitantes de Chalon-sur-Saône de rencontrer le Maire dans son bureau afin d’échanger avec lui.

La polémique du retour au menu unique

Le 16 mars 2015, Gilles Platret prend la décision de revenir au menu unique dans les cantines scolaires de la ville, dès le mois de septembre 2015. Sa décision a ravivé la polémique au niveau national et international. Il a été critiqué par de nombreuses personnalités politiques de gauche comme de droite, mais a reçu un soutien appuyé de la part de Sarkozy Nicolas Sarkozy.

Dans son courrier adressé aux familles des élèves de la ville, Gilles Platret écrit : « Le devoir de la ville de Chalon-sur-Saône et ma responsabilité de maire sont d’offrir aux enfants chalonnais un repas équilibré qui leur assure un apport nutritif de qualité selon les critères de santé publique, de diététique et d’éducation au goût. En aucun cas, il n’est possible, au regard du principe républicain de laïcité, de proposer des repas différenciés en fonction des considérations religieuses. Ce serait en effet faire preuve de discrimination selon l’appartenance religieuse des enfants, ce qui n’est pas acceptable dans une République laïque ». Il souhaite ainsi mettre fin, dès la rentrée de septembre 2015, à la pratique qui consistait à proposer un menu de substitution, dès lors qu’un plat contenant du porc était servi dans les cantines.

Plusieurs personnalités, dont Dominique Perben, ont fait remarquer que le timing de la décision n’était pas un hasard, étant donné que le premier tour des élections départementales avait lieu une semaine après l’annonce. Gilles Platret s’est défendu en indiquant qu’il s’agissait d’un hasard du calendrier et qu’il se devait d’annoncer aux parents d’élèves sa décision puisque ces derniers recevaient cette même semaine le formulaire d’inscription de leurs enfants aux cantines municipales.

Coprésidence du groupe de travail de l’AMF sur la laïcité

Le 21 janvier 2015, François Baroin, président de l’Association des Maires de France, et André Laigne, 1er vice-président délégué, ont installé le groupe de travail permanent de l’AMF sur la laïcité, dont la création avait été décidée lors du Congrès des maires en novembre 2014. Placé sous la co-présidence de Gilles Platret et de Patrick Molinoz, maire de Venarey-les-Laumes, il comprend des élus urbains comme ruraux, attachés à ce principe constitutionnel.

L’objectif immédiat de ce groupe de travail est de publier, au printemps 2015, un document de référence sur lequel les maires et les présidents d’intercommunalité pourront s’appuyer pour faire face aux réalités du terrain.

Lutte contre les travailleurs détachés

En mai 2016, il décide de rendre obligatoire l’usage de la langue française dans les chantiers du bâtiment de sa commune afin de lutter contre la directive des travailleurs détachés qui permet à des ouvriers sous-payés venus d’autres pays européens de travailler en France.

LES JEUX SONT FAITS

????????????????????????????????????

Le premier tour de ces élections législatives a vu  »En Marche » rafler quasiment toutes les mises;

Pour ma part je voudrais remercier Miren pour l’énorme travail qu’elle a fourni avec tant de générosité et de passion, pour l’énergie qu’elle a déployée , pour ses convictions et également pour ses  capacités à convaincre.

Ses résultats sont largement honorables compte tenu du contexte dans lequel elle a évolué . Elle a su trouver dans n’importe qu’elle circonstance , la volonté pour avancer, le dynamisme pour entrainer celles et ceux qui ont fait parti de son équipe depuis le mois de février et qui méritent eux aussi notre gratitude.

Mais cela n’a pas suffit et pour plusieurs raisons je crois;

Entre le 20 novembre 2016 et le 11 juin 2017, les français ont été sollicités pour une septième journée de vote.

Apres les deux tours des primaires de droite, les deux tours des primaires de gauche, les deux tours des présidentielles, présidentielles conclues par la victoire de Macron, les électeurs ont conclu que trop c’était trop et que de toute façon, le résultat des législatives était déjà acquis ;

On peut comprendre ce raz le bol car durant 6 mois, de débats en débats , de révélations en scandales , de réunions en meetings, de petites phrases en confrontations , de coup de théâtre en coup de gueule, cette campagne, savamment orchestrée par une presse nationale acquise et dévouée à un camp, nous a littéralement essoré les neurones.

Si l’on rajoute à tout cela , les allées et venues de nos dirigeants politiques endormis par Macron, leur sauve qui peut, leurs atermoiements , leur trahison, leurs surprenantes prise de position, leurs désistements intempestifs et prématurés, il n’en fallait pas plus pour décourager le plus combatif des militants.

Ceci suffit-il à expliquer une abstention aussi importante , je ne le crois pas, il faut y rajouter à mon avis l’incapacité pour les partis traditionnels à apporter une réponse aux préoccupations de nos compatriotes concernant , l’emploi, la sécurité, l’Europe, le développement économie, ou la santé des finances;

Il faut sérieusement s’interroger non seulement sur le phénomène Macron , mais également sur le phénomène France Insoumise qui a eux deux ont siphonné une grande partie de la jeunesse à leur profit, plaçant ainsi les caciques politiques devant leurs responsabilités.

Pour ce qui concerne les républicains, on ne s’en sort pas trop mal sur le plan local comme sur le plan national;

Pour ce qui concerne le PS, l’hémorragie est encore plus grave, et le pronostic vital est engagé . Pour l’Aude se sont plus de 100 ans d’hégémonie socialiste qui sont en train de s’effondrer.

Pour nous, maintenant, il nous faut reconstruire, que ce soit localement que ce soit au plan national.

La seule solution c’est le renouvellement des hommes pour affirmer et défendre ce que nous avons perdu depuis trop longtemps : nos valeurs , nos idées , nos repaires;

Il nous faut sortir de ce consensus mou qui a découragé bon nombre de nos concitoyens partis vers d’autres horizons.

Bref nous entamons une Longue « Marche »

Voila ma brève analyse de la situation présente.

Ceci étant dit , comme je l’ai fait après le 1er tour des élections présidentielles , j’ai choisi de ne donner aucune consigne de vote à mes concitoyens;

Il n’y a aucune raison que je change ma position au lendemain du premier tour des élections législatives.

Chaque électeur doit faire son choix en toute indépendance et en toute responsabilité, et assumer les conséquences de ce choix

Pour moi, quand en 2013 j’ai composé la liste « ambition Carcassonne » pour les élections municipales, liste je le rappelle sans étiquette politique et composée en majorité de personnes de la société civile, ( Macronienne avant l’heure), j’ai demandé à Danièle Hérin de figurer sur cette liste et elle a accepté.

Danièle Hérin fait partie aujourd’hui de notre équipe municipale, et y accomplit  un travail remarquable dans sa délégation.

Pour ses raisons, à titre personnel, je lui donnerai ma voix dimanche prochain.

ELECTIONS PRIMAIRES : VOS BUREAUX DE VOTE

Vous trouverez ci-dessous la liste des 16 bureaux de vote répartis sur le territoirede la première circonscription de l’Aude ainsi que les bureaux de vote ou communes qu’ils regroupent.

EXEMPLE 1  : Si vous habitez Carcassonne et que vous votez habituellement au bureau de vote de l’école  des troubadours, pour ces élections primaires (1er et second tour)vous voterez à la Trivalle salle Flandres Dunkerque, place St Etienne.

EXEMPLE 2 : Si vous votez sur la commune de Malves habituellement,pour ces  élections primaires,(1er et second tour) vous voterez à Conques/Orbiel salle de la montagne Noire

Vous trouverez ci-dessous la liste des 16 bureaux de vote répartis sur le territoirede la première circonscription de l’Aude ainsi que les bureaux de vote ou communes qu’ils regroupent.

EXEMPLE 1  : Si vous habitez Carcassonne et que vous votez habituellement

au bureau de vote de l’école  des troubadours, pour ces élections primaires (1er et second tour) vous voterez à la Trivalle salle Flandres Dunkerque, place St Etienne.

EXEMPLE 2 : Si vous votez sur la commune de Malves habituellement, pour ces élections primaires,(1er et second tour) vous voterez à Conques/Orbiel salle de la montagne Noire

PREMIERE CIRCONSCRIPTION : CARCASSONNE VILLE ET HAMEAUX
FOYER DE MONTLEGUN    23 rue Germinal Montlegun
FOYER DE MONTLEGUN N°23
ECOLE PRIMAIRE DE MONTLEGUN N°24
 …………………………………………………………………………………………………………………………………..
FOYER DE MONTREDON     Av de Carcassonne Montredon
FOYER DE MONTREDON  N°25
ELEMENTAIRE TRENCAVEL MONTREDON N°26
…………………………………………………………………………………………………………………………………….
MAISON DES ASSOCIATIONS          39 rue Littré
place des anciens combattant d’Algérie 
ANCIENNE MAIRIE N°1
MATERNELLE MARCOU N° 2
COLLEGE ANDRE CHENIER N°3
MATERNELLE LIBERTE N°4
ELEMENTAIRE BARBES N°29
CENTRE MEDICO SOCIAL PATTE D’OIE N°30
MAISON DES ASSOCIATIONS PATTE D’OIE N°31
 ……………………………………………………………………………………………………………………………………
LA TRIVALLE       Salle Flandre-Dunkerque Place St Etienne     
TRIVALLE N°19
MATERNELLE JEAN JAURES N°5
ELEMENTAIRE JEAN JAURES N°28
MATERNELLE BARBACANNE N°20
MATERNELLE LES TROUBADOURS N°17
PRIMAIRE LES TROUBADOURS N° 18
 ………………………………………………………………………………………………………………………………..
FOYER DU MERIDIEN      Rue Louis Jouvet 
FOYER DU MERIDIEN  N°10
MATERNELLE CASTORS (coté droit) N°9
CANTINE ECOLE CASTORS (coté gauche) N°8
ELEMENTAIRE FABRE D’EGLANTINE 1 N°27
ELEMENTAIRE FABRE D’EGLANTINE 2 N°7
 ………………………………………………………………………………………………………………………………
ECOLE PAUL LACOMBE       6 rue Déodat de Séverac
Ecole PAUL LACOMBE N°16
ECOLE LA PRADE BAT A N° 6
ECOLE LA PRADE BAT B N° 15
ELEMENTAIRE LA GRAVETTE 1 N° 21
ELEMENTAIRE LA GRAVETTE 2  N° 22
 ……………………………………………………………………………………………………………………………..
CENTRE SOCIAL DE GRAZAILLE   Rue du moulin de la seigne
CENTRE SOCIAL DE GRAZAILLE N°14
MATERNELLE BERTHELOT N°11
MATERNELLE JEAN GIONO N° 12
ELEMENTAIRE JEAN GIONO N° 13
 ……………………………………………………………………………………………………………………………..
 PREMIERE CIRCONSCRIPTION  HORS CARCASSONNE

 

CAZILHAC         Mairie de Cazilhac Rue Marcel Pagnol
CAVANAC
COUFFOULENS
LEUC
MAS DE COURS
PALAJA
 …………………………………………………………………………………………………………………………….
CONQUES / ORBIEL         Salle de la Montagne noire
MALVES
PENNAUTIER
SALSIGNE
VILLALIER
VILLARDONNEL
VILLEGAILHENC
VILLEMOUSTAUSOU
 …………………………………………………………………………………………………………………………….
MAS CABARDES      Foyer municipal
CABRESPINE
CASTANS
CITOU
CAUDEBRONDE
FOURNES
LES ILHES
LES MARTYS
LASTOURS
LA TOURETTE
LESPINASSIERES
LA BASTIDE ESPAIRBARENQUES
MIRAVAL
PRADELLES .C
ROQUEFERRE
TRASSANEL
VILLANIERES
 …………………………………………………………………………………………………………………………….
LEZIGNAN CORBIERES 1      Salle Pelloutier – Salle Carignan rue du Père Lacordaire
 LEZIGNAN VILLE
 ……………………………………………………………………………………………………………………..
LEZIGNAN CORBIERES RURAL   2      Salle Pelloutier –  Salle Grenache rue du Père Lacordaire
ARGENS
CASTELNAUD D’AUDE
CONILHAC CORBIERES
CRUSCADES
ESCALES
HOMPS
MONTBRUN
ORNAISONS
TOUROUZELLES
……………………………………………………………………………………………………………………………..
RIEUX MINERVOIS     Maison des jeunes route de La Redorte
AIGUES VIVES
AZILLE
BAGNOLLES
CAUNES MINERVOIS
LAURE MINERVOIS
LA REDORTE
LIMOUSIS
PEPIEUX
PEYRIAC MINERVOIS
PUCHERIC
RUSTIQUES
SAINT FRICHOUX
SALLELE CABARDES
TRAUSSE
VILLARZEL
VILLEGLY
VILLENEUVE MINERVOIS
 ……………………………………………………………………………………………………………………………
TREBES    Salle d’exposition office municipal des sports
                                            Avenue Pierre Curie
BADENS
BARBAIRA
BERRIAC
BLOMAC
BOUILHONAC
CAPENDU
COMIGNES
DOUZENS
FLOURE
FONTIES
MARSEILLETTE
MONTIRAT
MONZE
MOUX
ROQUECOURBE
SAINT COUAT
VILLEDUBERT
 ………………………………………………………………………………………………………………………………
GINESTAS   Salle MJC complexe culturel 5 chemin des clergues
ARGELIERS
BIZES
MAILHAC
MIREPEISSET
OUVEILLAN
PARAZZA
POUZOL
ROUBIA
SAINT MARCEL
SAINT NAZAIRE
SAINTE VALIERE
SALLELES D’AUDE
VENTENAC MINERVOIS
 ………………………………………………………………………………………………………………………………
DURBAN CORBIERES Salle du bureau de vote (à coté mairie)
ALBAS
BOUTENAC
CAMPLONG
CASCASTEL
COUSTOUGE
EMBRES
FABREZAN
FERRALS CORBIERES
FONTCOUVERTE
FONTJONCOUSE
FRAISSE
JONQUIERE
LUC / ORBIEU
MONTSERRET
QUINTILLAN
SAINT ANDRE DE ROQUELONGUE
SAINT JEAN DE BARROU
SAINT LAURENT DE LA CABRERISSE
THEZAN
VILLENEUVE LES CORBIERES
VILLESSEQUE LES CORBIERES

Continuer la lecture de ELECTIONS PRIMAIRES : VOS BUREAUX DE VOTE

MORT DU GENERAL DE GAULLE

On ne peut oublier qu’aujourd’hui, cela fait 46 ans que le Général de Gaulle s’en est allé.

1970-11-11

FIGAROVOX/CHRONIQUE – A l’occasion du 44ième anniversaire de la mort du général de Gaulle , Maxime Tandonnet rendait hommage au fondateur de la Ve République et s’interrogeait  sur son héritage.

L’Europe actuelle, celle des directives, des réglements et des sanctions de la cour de justice, correspond tout juste à celle dont il ne voulait à aucun prix.

Les institutions de la Ve République sont tous les jours foulées au pied. De Gaulle n’a jamais conçu un instant la dérive présidentialiste dont elles font l’objet depuis le quinquennat, avec un président de la République élu en même temps que l’Assemblée nationale, chef d’une majorité et assurant lui-même la politique quotidienne dans le moindre détail. Lui ne cessait de répéter que le chef de l’Etat devait être en charge de l’essentiel, «guide de la nation», arbitre au dessus des partis, fixer un cap et s’en remettre au Premier ministre pour gouverner le pays au quotidien. Le retour de la toute puissance des partis politiques, à travers le système des «primaires» pour désigner un candidat à la présidence de la République, par exemple, lui eût probablement répugné. En tout cas le naufrage actuel de l’institution présidentielle marque le paroxysme d’un long processus de trahison de l’héritage gaullien.

WHEN PIGEONS CRY ? GOUVERNANCE SOCIALISTE DE L’AGGLO : TERRE D’ANGOISSE

AGGLO
Souvenirs , souvenirs!!!  Une équipe de choc  pour la nouvelle Agglo !!

Sous ce titre la première et la troisième circonscription des « Républicains »  (fédération de l’Aude) ont remis à la presse locale le communiqué suivant paru ce jour.

Ci dessous le texte dans son intégralité.

Le 15 avril 2016, lors du vote du budget de Carcassonne Agglo, on ne peut s’empêcher de se remémorer cette citation de Winston Churchill : « Christophe Colomb était le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait et faisait tout ça aux frais des autres. »

Apparemment, selon un article paru dans la presse locale, il y a quelques semaines, le Conseil Départemental de l’Aude ne « connait pas la crise ». Malheureusement, il n’en va pas de même pour son protectorat, Carcassonne Agglo. L’Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) a présenté un budget dont le précaire équilibre n’est assuré que par l’augmentation de la fiscalité des contribuables des 73 communes de ce territoire

Cette « terre d’audace » comme le précise son logo devient véritablement pour tous une « terre d’angoisse ».

°Angoisse pour les contribuables des communes qu’elle englobe puisque sur les prochaines feuilles d’imposition (taxe d’habitation, impôt foncier sur les propriétés bâties et non bâties), à la colonne communauté d’agglomération, ils constateront une hausse qui s’ajoutera à la hausse légale décidée par l’Etat de l’assiette fiscale (base). Avec un pouvoir d’achat triste comme un jour sans pain, des perspectives d’emploi en deuil et une politique nationale sinistre, cette action locale pourrait être ce que l’on appelle le coup de grâce.

°Angoisse pour l’avenir des finances de l’agglo car il faut savoir que par cette hausse on réalise un équilibre du budget (précaire) après avoir outremangé l’excédent des années précédentes. Quand on ne dispose plus de marge de manœuvre, il ne reste plus qu’à devenir punk : no future.

°Angoisse parce qu’il n’y a plus de liberté dans les projets et les ambitions pour la population de ce territoire. Cet EPCI, parce qu’il n’a jamais été véritablement géré et ne le sera pas plus demain, nous imposera encore des augmentations de ce type. A traiter la gangrène avec de l’aspirine, on finit par y laisser un bras.

Dans le passé, cette structure de 23 communes est passée à 73 communes (dernier élargissement en 2013) avec une seule priorité, celle de confisquer le pouvoir à la ville de Carcassonne et de faire reposer la gouvernance sur une majorité de maires de petites communes jugés plus manipulables. Dans les faits, cette démarche, mal préparée et mal accompagnée, a coûté cher à tout le monde, soulève le mécontentement et obère l’avenir.

Il n’y a jamais eu de véritable projet de mutualisation parce que, pour bien gouverner, il faut de l’imagination pour sortir des sentiers battus, du courage pour s’attaquer aux prés carrés de certains et aux caprices d’autres. Les services n’ont fait qu’empiler des compétences, du personnel et des coûts. Comme si additionner des approximations permettait de trouver la lucidité.

En matière d’investissement, il est utile de rappeler quelques épisodes significatifs dans l’historique financier de l’agglo :

2010 : achat de la Roseraie 2,5 millions d’euros au bailleur social Habitat Audois (qui avait reçu ce bâtiment pour le franc symbolique de la part de la mairie de Carcassonne à condition d’y faire des logements sociaux) pour y faire finalement… rien.

2012 : achat de terrains à EDF plus de 550.000 euros, bien au-delà du prix préconisé par le service des Domaines (terrains à dépolluer et en zone inondable). On devait y poser le navire amiral de la culture et finalement on y fait… rien ou peut-être un parking.

2013 : achat du domaine des Rougeats, derrière le barrage du lac de la Cavayère pour faire une réserve foncière  750 000 euros. Pour y faire… rien.

2013 : transfert du projet de la piscine du Minervois. Environ 15 millions d’euros, c’est cher payé compte tenu de ses caractéristiques surtout quand on a oublié de prévoir les couts de fonctionnement. Du coup, l’Agglo vote chaque année une subvention d’équilibre de 400.000 euros….

es exemples, parmi tant d’autres, constituent les faits les plus marquants de cette gestion inconsidérée et anarchique.

Si, à cela, vous y rajoutez la gestion du quotidien et quelques détails, vous comprenez que demain n’est pas la priorité. Le seul impératif est de garder le pouvoir et les privilèges. Comment voulez vous être rassuré quand on constate que le pilote de l’administration (le nouveau DGS venu de l’Agglo de Narbonne), celui qui doit ficeler les projets, mettre les troupes en ordre de bataille et entreprendre une démarche qualité est juste venu finir sa carrière dignement en obtenant un avancement de grade dès son arrivée et, parce qu’il est aussi maire dans sa vraie vie, sera appelé à devenir Président du Centre de Gestion de l’Aude. Entre les petits arrangements entre amis et l’insoutenable légèreté de l’élu socialiste audois, ce road movie relate l’histoire de l’autoroute de l’enfer public.

Le publi-reportage publié par la dépêche du midi et commandé par l’agglo titre  » 2016 Cap sur l’essentiel ». On y balaie d’un revers de main toutes les remarques, les interrogations et les inquiétudes légitimes des contribuables audois. Démarche inutile de la part de cette institution dont le Président admettait, il y a peu, que l’Agglo avait une communication défaillante. Ce publi-reportage le prouve si besoin était. Pourtant, avec un Cabinet qui vient du staff politique du Conseil Départemental et des élus formatés par cette même collectivité, on aurait pu croire que la formation et l’information allait être maîtrisée tant il est vrai que les aigles (et aiglons) de l’état major socialiste sont experts en sophisme.(1)

On se demande comment le peuple peut admettre tout cela. On peut dire volontiers, en clin d’œil à Bertolt Brecht, que si le parti socialiste et le peuple ne sont pas d’accord, il n’y aura qu’à dissoudre le peuple. »

DINER DEBAT SUR LA TROISIEME CIRCONSCRIPTION

Hier soir, Pierre Castel Maire de Quillan et délégué de la troisième circonscription « Les Républicains » a organisé à l’issue de son comité de circo un diner Débat sur le Thème

L’ELEVAGE ET LA PRODUCTION CEREALIERE , ENJEUX ET PERSPECTIVES.

DSC_5632

Devant une cinquantaine  de militants venus de toute la circonscription sont intervenus  :

Thierry LEGUEVAQUES, Agriculteur , maire de Saint Michel de Lanes et président de CUMA d’abattage de volailles,

DSC_5645

Régis  SERRES, Agriculteur et Président de la coopérative ARTERRIS,

DSC_5639

Bernard MARTIN , Ancien éleveur, Maire de  Fonters du Razes, Président du CA du lycée agricole de Castelnaudary, et responsable pour la partie élevage de l’organisation du salon de l’agriculture.

DSC_5647

Trois personnes qualifiées pour trois interventions brillantes et documentées pour  une super soirée, bravo et merci à tous

 

 

REVUE DE PRESSE DU 21et du 22 AVRIL 2016

Publié par la dépêche du midi le 21 avril 2016

MR ICHE ME DOIT TOUS LES POSTES QU’IL OCCUPE (J C PEREZ)

Alors que j’étais maire de Carcassonne, Daniel Iché aurait mangé dans la gamelle d’Eliot (mon chien) pour m’être agréable…» Dix-neuf mots, pas un de plus. Pour Jean-Claude Pérez, Daniel Iché a franchi toutes les limites en estimant que le député (voir notre édition d’hier) était «en fin de règne». Larvé hier, le conflit entre les deux hommes éclate aujourd’hui au grand jour. Les prémices sont apparues vendredi, lorsque Jean-Claude Pérez a refusé de voter la hausse des taux d’imposition proposée par Carcassonne Agglo. Daniel Iché s’en était ému, regrettant que l’ancien maire de Carcassonne puisse «s’allier avec la droite et le FN» (qui ont voté contre la hausse des taux, NDLR) pour s’opposer à la politique budgétaire de la collectivité. La réponse n’a pas tardé. Elle est cinglante. «M. Iché est incroyable, tous les postes qu’il occupe actuellement, il me les doit», tonne Jean-Claude Pérez. Il y a deux ans, lors de la campagne des municipales, les deux hommes avaient fait cause commune. Non sans difficulté d’ailleurs. Le maire sortant, qui au demeurant avait littéralement loupé sa campagne face à une droite divisée au premier tour, avait envisagé de nommer Michel Molhérat comme directeur de campagne. Selon Jean-Claude Pérez, Daniel Iché aurait fait des «caprices». On connaît la suite. Enfin presque. Alors que le poste de délégué communautaire de l’opposition au sein de Carcassonne Agglo était promis à Dominique Bellion, c’est encore Daniel Iché qui a raflé la mise. «Je n’ai aucune leçon de socialisme et d’éthique à recevoir et surtout pas venant de monsieur Daniel Iché», s’époumone le député qui au passage note le grand écart de ses anciens amis. «Tamara Rivel a voté le budget du conseil départemental, où les taux d’imposition sont restés stables».

Vendredi, les deux élus carcassonnais ont fait le choix d’une une hausse des taux au sein de l’agglomération. Ce qui fait dire à Jean-Claude Pérez que «la gauche audoise est contre l’augmentation des impôts locaux». Mais quelle gauche ?

(B H)

 

Publié le 21/04/2016 à 03:47, Mis à jour le 21/04/2016 à 07:48

LE PS EN DESORDRE AU SEIN DE L’AGGLO

Politique – Carcassonne agglo

PHOTO ROGER GARCIA CP DE JEAN CLAUDE PEREZ POUR LES PROJETS DE SON PROGRAMME DES ELECTIONS MUNICIPALES DE CARCASSONNE AVEC DANIEL ICHE
PHOTO ROGER GARCIA CP DE JEAN CLAUDE PEREZ POUR LES PROJETS DE SON PROGRAMME DES ELECTIONS MUNICIPALES DE CARCASSONNE AVEC DANIEL ICHE

Le vote du budget 2016 de Carcassonne Agglo a ravivé de singulières tensions au sein du PS audois . Dans les petites communes, les choix de l’agglo, dictés par des considérations électorales, commencent à lasser. Ambiance.

L’adoption chaotique du budget primitif de Carcassonne agglo vendredi dernier, a (r)ouvert de vilaines plaies au sein du PS. Retour sur ce psychodrame.

Épisode 1. Durant les jours qui ont précédé cette réunion, Régis Banquet, le président de Carcassonne Agglo, a fait le tour des popotes. Au cours de ces différents conseils de territoire, le maire d’Alzonne va sonder les cœurs et les âmes, car il s’agit de convaincre les élus de voter une hausse de la fiscalité. Pas vraiment populaire par les temps qui courent. Par obéissance politique, certains ont choisi de soutenir ce choix politique. D’autres digèrent assez mal et ils vont le faire savoir.

Épisode 2. La semaine dernière, a quatre jours du conseil communautaire, La Dépêche du Midi, révèle que la hausse des taux des taxes est d’importance (+15 % pour la taxe d’habitation et le foncier non-bâti et +184 % pour le foncier bâti). ça tousse !

«Quand Banquet est venu nous voir, raconte un maire, il a parlé d’une hausse de la fiscalité, mais jamais dans de telles proportions. Il en aurait fallu en débattre avant mais tout avait été ficelé».

Épisode 3. À la lecture de la presse, Régis Banquet s’étouffe et annule sans raison la conférence de presse qu’il devait tenir le matin même de la réunion du conseil d’agglomération.

Épisode 4. En conseil d’agglo, les langues se délient ou pas. Sur les 122 délégués, une trentaine a choisi de ne pas siéger. Commentaire d’un élu : «C’est la preuve que certains d’entre nous ne voulaient pas participer à ce vote. D’ailleurs, il aurait fallu décider de la hausse des taux ou non, à bulletins secrets. Cela aurait sûrement changé la donne. Reste que l’on a vu que certains de nos collègues étaient en service commandé. Ils étaient sous pression politique». Au final, Régis Banquet reconnaît avoir péché par manque de communication. Un mea culpa qui ne gomme toutefois pas les difficultés financières qui attendent l’agglomération dans les mois qui viennent.

Épisode 5. Pour plusieurs «petits» maires, l’agglo a pris trop de compétences à la fois. «Ils vont trop vite, se plaint un élu du Val de Dagne». Au-delà de la compétence eau et assainissement, c’est la gestion du CIAS (centre intercommunal d’action sociale) qui focalise les commentaires. «Le CIAS est tenu par Iché et Rivel et ils ont la mainmise sur les embauches, balance un élu. On comprend mieux leur empressement à nous retirer cette compétence».

Épisode 6. Le député Jean-Claude Pérez fait parler la poudre en votant contre la hausse des taux. Colère de Daniel Iché, le président du CIAS et homme fort de l’agglo avec un budget de plus de 18 M€. «Ils sont focalisés sur le social, estime un autre élu. En plus d’être cocu, nous payons la chambre» rajoute-t-il regrettant que les communes n’aient plus leur mot à dire.

Épisode 7. Au PS, l’heure des comptes a sonné. L’attaque est frontale «Pérez est en fin de règne, son destin lui échappe et il utilise tous les moyens pour tenter de survivre, y compris s’allier avec la droite et le FN contre son propre camp». La diatribe est signée de Daniel Iché. Et ce dernier (il fut le directeur de campagne de Pérez lors des municipales de 2014) assume : «Personne en tant qu’élu ne présente une hausse d’impôts avec le sourire. Mais c’est une décision de courage extraordinaire de la part de Régis Banquet et cela va profiter à tout le monde. Les mairies font des économies».

Épisode 8. Il reste à écrire.

Article de BH dépêche du midi

LE POINT DE VUE DE LA MENAGERE ! RENCONTRE AVEC JEAN FRANCOIS COPE

Après chaque visite d’un candidat aux primaires nous publierons sur ce blog : « Le point de vue de la ménagère », suivi du reportage photo de la visite.

JFC pendant son intervention
JFC pendant son intervention

Samedi 16 avril 2016

Elles sont rares, pour le citoyen anonyme de province, les occasions de rencontrer « pour de vrai » un ténor de la politique.

Ces hommes et femmes qui, au sommet des organisations politiques ou gouvernementales, ont voix au chapitre lorsqu’il s’agit d’agir sur la destinée de la nation, sont surtout connus pour leur éloignement du quotidien des populations qu’ils prétendent guider.

Lorsqu’on m’a annoncé la venue de Jean-François COPÉ à Carcassonne, je plaide coupable, j’ai arrêté mon jugement avant l’audition. Je me suis uniquement basée sur l’image médiatique qu’il s’est façonnée : fort en thème et faible en humanité. Un peu trop « meilleur élève » à mon goût.

J’ai beaucoup de défaut mais j’ai une qualité à laquelle je tiens, j’avoue sans état d’âme mes erreurs, surtout de jugement. Je crois que je me suis trompée sur le bonhomme. Je crois aujourd’hui qu’en plus d’être intelligent, il est aussi humain comme chacun d’entre nous.

Après son intervention à la permanence des Républicains, j’ai surtout retenu que cet homme était sincèrement blessé par les affaires qui l’ont visé, et pour lesquelles il est sorti blanchi, sincèrement motivé pour faire bouger les lignes de démarcation entre la République que nous voulons et le chamallowland dans lequel nous vivons actuellement. Il a exposé, de façon très claire, sa conception du commandement, de la droite et des mesures phares qui étaient essentielles pour démarrer une nouvelle ère de gouvernance. Et puis il a fait preuve d’humour. Un humour vrai. Celui qui se base sur l’autodérision. Celui qui démontre que l’on a beau faire les choses sérieusement ce n’est pas juste pour se prendre au sérieux. Et la différence, en sous-entendu, est fondamentale. Je ne sais pas s’il est le meilleur d’entre nous mais je sais aujourd’hui qu’il n’a pas totalement tort.

Certains se sont étonnés du grand nombre de candidats à la primaire et inquiétés sur la suite pour la présidentielle 2017. Ce premier candidat à nous rendre visite a démontré sa légitimité à se porter volontaire. Et si c’est lui que les militants désignent, in fine, ce ne sera sûrement pas un problème pour notre avenir. Si en plus il décrispe son image à la télévision, ça peut le faire.

Gardons le cap et continuons à croire en l’avenir. Le champ des possibles me semble plus que prometteur dès son épisode 1.

SLV

11h00 JFC acueilli à la mairie par la présidente départementale et le délégué de la première circo ainsi que par les membres du comité de circo se rend sur le Marché.
11h00 JFC acueilli à la mairie par la présidente départementale et le délégué de la première circo ainsi que par les membres du comité de circo se rend sur le Marché.

DSC_5481

Immédiatement reconnu et sollicité rue de la Mairie
Immédiatement reconnu et sollicité rue de la Mairie
Dialogue avec les maraichers (photo l'indep)
Dialogue avec les maraichers (photo l’indep)
Bonne humeurs place Carnot (photo la dépêche)
Bonne humeur place Carnot (photo la dépêche)
Mr le Maire JFC rencontre Mr me Maire Gérard Larrat
Mr le Maire JFC rencontre Mr me Maire Gérard Larrat
Avec Madame Nadia COPE un petit café Place Carnot avant la rencontre avec les militants
Avec Madame Nadia COPE un petit café Place Carnot avant la rencontre avec les militants
Un bel accueil à la permanence des républicains
Un bel accueil à la permanence des républicains
Le mot de bienvenue de la Présidente départementale
Le mot de bienvenue de la Présidente départementale
l'intervention de JF COPE qui reviendra en meeting en septembre
l’intervention de JF COPE qui reviendra en meeting en septembre
Les militants attentifs aux propos de JFC
Les militants attentifs aux propos de JFC

DSC_5501

Christine Zajderman délégué Audoise pour JFC pour les primaires de Novembre
Christine Zajderman délégué Audoise pour JFC pour les primaires de Novembre
Séance de Dédicace autour du Livre "Le sursaut Français"
Séance de Dédicace autour du Livre
« Le sursaut Français »
Photo de famille avec les membres du comité de Circo
Photo de famille avec les membres du comité de Circo à Carcassonne
18h00 Narbonne à la permanence des républicains
18h00 Narbonne à la permanence des républicains l’accueil de Michel PY

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????
????????????????????????????????????
Les militants de Narbonne à l'écoute du candidat aux primaires
Les militants de Narbonne à l’écoute du candidat aux primaires
????????????????????????????????????
Autour du verre d l’amitié
????????????????????????????????????
ce qui n’a pas empêché quelques apartés riches et animés
séance de dédicace à Narbonne en compagnie d'Yves Picarel délégué de circo Narbonnais
séance de dédicace à Narbonne en compagnie d’Yves Picarel délégué de circo Narbonnais
Il est 19h30 avant de prendre un peu de repos et d'aller rencontrer autour d'une table conviviale des chefs d'entreprises Audois à Treille, photo de famille à la permanence de Narbonne
Il est 19h30 avant de prendre un peu de repos et d’aller rencontrer autour d’une table conviviale des chefs d’entreprises Audois à Treille, photo de famille à la permanence de Narbonne

Vous avez tout de cette journée que JFC a consacré à l’Aude , nous vous tiendrons bien entendu informé des prochaines visites d’autres candidats à la primaire de Novembre.