VALLS SOUTIENT LE BÉBÉ-HOLLANDE MACRON

bebe macron

L’engagement de l’ancien premier ministre socialiste de Hollande, Manuel Valls, confirme le soutien que les socialistes «réformistes», comme Jean Yves Le Drian, sont en train d’apporter progressivement à la candidature  d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017.

 Valls va être suivi par ses partisans politiques, de manière explicite ou non.

Tous vont apporter leur soutien à Macron dans les jours qui viennent. 

Ce soutien ne vaut pas forcément ralliement dans la mesure où Manuel Valls ne fera pas partie de l’équipe de campagne de Macron, mais cela signifie dès à présent que Valls fera partie de la majorité présidentielle en cas de  victoire de Macron et qu’il sera probablement le leader de l’opposition en cas d’échec. 

Valls mise sur la victoire de Macron. Il ne veut pas s’enfermer avec un candidat PS, Benoît Hamon, qui n’a pas su rassembler à gauche en restant sur le programme de la primaire. Il choisit le candidat socialiste Macron qui, d’après les enquêtes d’opinion, va battre le socialiste Hamon.

Les critiques de Hamon et de ces soutiens n’ont plus d’importance pour Valls dans la mesure où il a définitivement rompu avec eux. 

La primaire ouverte, comme mode de désignation des candidats, apparaît désormais comme une procédure à effet négatif à droite comme à gauche. 

Macron accueille ces soutiens avec une réserve apparente devant les journalistes. Il affirme qu’il ne leur doit rien et qu’ils risquent de plus faire fuir des électeurs qu’ils ne lui en apportent.

En réalité, Macron ne peut pas se passer de ces soutiens pour espérer gagner, puis gouverner. 

On ne peut que dénoncer les déclarations de Macron selon lesquelles il conserve son programme (très flou !) et son indépendance par rapport à ses soutiens socialistes.

Il est déjà entouré d’une équipe de campagne composée de socialistes et de gens de gauche.

Sa candidature a été parrainée en très grande majorité par des élus engagés à gauche. S’il est élu président, Macron devra réunir une majorité parlementaire.

Il est peu probable que les candidats d’ «EN MARCHE !» puissent constituer une majorité à l’Assemblée. Il devra négocier avec les partis et groupes parlementaires décidés à le soutenir en acceptant leurs conditions.

Et Manuel Valls se trouvera très probablement à la tête d’un groupe parlementaire réunissant ses amis. Cela devrait être le plus important groupe soutenant le nouveau président «progressiste» de la République. 

L’environnement (Valls, Le Drian, etc.) et le programme de Macron classe ce candidat dans la continuité du quinquennat Hollande dont on connaît le bilan négatif. Même s’il le souhaitait, ce qui reste à prouver, il ne peut pas s’extraire de cette filiation et de cette continuité politique. 

«Macron : Bébé Hollande» est légitimé à nouveau par les faits.

LE RETOUR A LA IVème REPUBLIQUE

candidats-presidentielle-fillon-hamon-le-pen-macron-melenchon-5fea69-0@1x

Plutôt que de proposer de grands projets politiques, les candidats à l’élection présidentielle de 2017, de gauche, d’extrême gauche ou du Front national, proposent, dans leurs programmes, une refonte profonde des institutions, dont la mesure phare est le changement du mode de scrutin pour l’élection de l’Assemblée nationale. 

Les candidats de gauche et du Front national remettent en cause les institutions de la Vème République mises en place par le Général de Gaulle en 1958. 

De la droite extrême à la gauche extrême, ils ont une revendication commune.  Hamon, Le Pen, Macron et Mélenchon proposent tous, dans leurs programmes, la mise en place d’un scrutin proportionnel pour l’élection des députés.

 Il est question : soit d’une proportionnelle intégrale, avec, par exemple, «une prime à la liste arrivée en tête», soit d’une «dose de proportionnelle» pour laquelle le nombre de sièges pourvus sur ce principe n’est jamais bien précisé.

Derrière un discours «vertueux» appelant à la bonne présentation de toutes les forces politiques, ce changement du mode de scrutin relève de motifs exclusivement électoraux.

Chacun veut avoir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale : des écologistes aux communistes en passant par les frontistes, les socialistes «macroniens» ou «hamoniens», les partisans de Bayrou, sans compter tous les autres partis et fractions qui pourraient être tentés par l’aventure dans un système à la proportionnelle. 

Ils parlent de l’instauration d’une VIème république, mais en réalité, ils appellent, de leurs vœux le retour à la IVème République. 

Avec l’instauration de la proportionnelle, quelle que soit sa forme, on assisterait à la disparition définitive d’une majorité stable à l’Assemblée qui impliquerait une obligation d’alliances changeantes entre factions et partis politiques, de programmes communs de compromis a minima, d’une instabilité permanente continue.

La mise en place d’un scrutin proportionnel représenterait une terrible régression pour la France ainsi qu’une entrée du pays dans une situation de chaos permanent.

Je veux  rappeler  mon attachement viscéral aux institutions de la Vème république, mises en place par le Général de Gaulle, en tenant compte des expériences malheureuses des républiques antérieures. Ces institutions ont fait la preuve de leur efficacité, de la possibilité de procéder calmement à des alternances politiques, de disposer de majorités de gouvernements, de la qualité de leurs travaux, etc., et restent d’une parfaite actualité. 

Le mode de scrutin majoritaire, issu du gaullisme, permet de gouverner la France d’une manière stable.  Quand on observe l’instabilité politique et les difficultés à gouverner qui existent dans plusieurs pays proches (Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, etc.), on ne peut que se féliciter de la pertinence de notre système institutionnel.

VOUS AVEZ AIME HOLLANDE ? VOUS ALLEZ ADORER MACRON !

François Hollande n’est pas candidat à sa réélection… du moins officiellement. Car si Emmanuel Macron l’a trahi à titre personnel, il entend bien poursuivre son œuvre politique

Recyclant sous le masque trompeur du « ni de droite, ni de gauche » les amis, les équipes et les idées de FH, EM s’inscrit dans la continuité de la désastreuse politique menée depuis cinq ans : l’immobilisme sur les questions économiques, le laxisme sur les questions régaliennes .

I/ L’homme de Hollande, les équipes de Hollande, les soutiens de Hollande !

Macron, collaborateur puis ministre de Hollande

• EM a été l’inspirateur du programme économique de FH, son principal conseiller économique à l’Elysée durant deux ans (et le maître d’œuvre du matraquage fiscal du début du quinquennat : +30Mds € d’impôts !), puis son ministre de l’économie pendant encore deux ans. Il est coresponsable de son désastreux bilan économique (croissance en berne malgré un contexte international très favorable, explosion du chômage avec un million de chômeurs en plus).

L’équipe de Macron : un pot-pourri des cabinets ministériels de Hollande (1)

• L’équipe qui entoure EM est quasi-exclusivement issue des cabinets de Hollande1, et est dirigée par Jean Pisany-Ferry, nommé à la tête de France Stratégie par le même Hollande. Comment les technocrates qui ont mis en œuvre le programme de FH pendant cinq ans pourraient-ils concevoir un projet alternatif ?

Les soutiens de Macron : on dirait le Bureau national du PS de Hollande

• L’équipe de direction d’En Marche est composée aux deux tiers de responsables politiques socialistes(2) à commencer par son secrétaire général, Richard Ferrand.

• 39 des 44 parlementaires qui ont parrainé EM sont de gauche(3) tout comme les grands élus (Gérard Collomb, Jean-Paul Huchon, François Patriat). Plusieurs ministres de Hollande (Jean-Marie Le Guen, Ségolène Royal, Jean-Marc Ayrault, Jean-Yves Le Drian et même Manuel Valls) envisagent ouvertement de le rejoindre, de même que Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale.

• Et que dire du soutien de Jacques Attali, Bernard Kouchner, Pierre Bergé, Bertrand Delanoë ou Daniel Cohn-Bendit ? EM va même jusqu’à rassembler des communistes (Robert Hue, Patrick Braouzec)

• Jean-Pierre Mignard, ami intime de FH aujourd’hui rallié à EM a osé vendre la mèche : « Dans la future majorité autour de Macron, Hollande jouera évidemment un rôle important »(4).

• Quant à son récent allié centriste François Bayrou, il est l’un des principaux responsables de l’élection de Hollande en 2012 ! Pour maintenir l’illusion, EM met en avant une poignée de ralliements venus de la droite, mais il ne s’agit que d’inconnus du grand public.

II/ Le programme de Macron, c’est la poursuite de la politique de Hollande !

Un projet qui reprend à 40% le programme de Hollande en 2012 (5)

• Près de 40 % de ses propositions sont des copier-coller ou des prolongements des promesses de campagne formulées par FH en 2012. On y retrouve aussi bien des engagements brisés (sanctuarisation du budget de la culture, rénovation thermique, réduction des délais sur les procédures d’asile, emplois francs dans les quartiers difficile, budget de la zone Euro), que des chantiers lancés pendant le quinquennat (généralisation du très haut débit, formation des chômeurs, transition énergétique avec la baisse irréaliste du nucléaire, triplement de la taxe carbone, mariage pour tous qu’il compte prolonger en ouvrant la PMA aux couples de femmes).

• La proximité entre les programmes Macron 2017 et Hollande 2012 n’est pas étonnante quand on se rappelle que M. Macron avait fait partie du premier cercle hollandais, chargé de construire le projet du candidat « normal ». Elle est peut-être plus difficile à assumer pour un candidat « hors parti » qui assure avoir construit son programme « avec plus de 30 000 Françaises et Français de tous milieux sociaux, de tous âges, dans tous les territoires de France, au cours de 3 000 ateliers ».

Hollande et Macron, c’est la même politique économique inefficace

• Le cadrage budgétaire proposé par EM ne fonctionne pas : il ne propose que 60 milliards d’économies (douteuses), mais annonce 50 milliards d’investissements et 20 milliards de réduction  des prélèvements obligatoires. Autant dire qu’il continuera le laxisme budgétaire de FH, alors que la dette devient insoutenable et que les taux d’intérêt remontent.

• Comme FH, EM est incapable de proposer une réduction des dépenses publiques :  o Après les 60 000 enseignants recrutés par FH, EM propose d’en recruter 4000 à 5000 de plus, comme si les embauches du précédent quinquennat avaient amélioré la situation de l’Education nationale

         o EM annonce vouloir limiter la progression des dépenses d’assurance-maladie à 2,3% par an : c’est pire que FH (2% en 2016), et on voit mal comment cela permettra d’arriver aux 15 milliards d’économies sur la santé qu’il annonce.

         o EM dit vouloir réduire de 120 000 le nombre d’emplois publics : c’est nsuffisant, puisque cela représente à peine 2% du nombre de fonctionnaires. Ce qu’il ne dit pas, c’est que, comme FH, il sera forcé de geler les salaires des agents publics.

• Comme FH, EM ne propose aucune réforme structurelle :

          o Il a annoncé qu’il ne toucherait pas aux dépenses des retraites, alors qu’elles représentent 25% de la dépense publique et que l’espérance de vie des Français s’accroît chaque année. Il se contentera d’une réforme visant à faire varier la pension en fonction de l’espérance de vie, une véritable usine à gaz qui s’inscrit dans la droite ligne du compte pénibilité de FH !

        o L’assurance-chômage non plus ne serait pas plus réformée sous EM que sous FH : EM annonce 10 milliards d’économies, mais sans toucher à la durée ni au montant de l’indemnisation.

         o EM se plaisait, quand il était ministre, à attaquer les tabous de la gauche comme les 35 heures, l’ISF ou le statut de la fonction publique : désormais, comme FH, il annonce qu’il n’y touchera pas !

Le programme régalien de Macron, c’est la poursuite du laxisme de Hollande

• FH a laissé Taubira mettre en place sa politique pénale laxiste : résultat, l’insécurité a explosé sous son quinquennat. EM a annoncé sa volonté de poursuivre cette politique : « La réponse politique classique est de se prévaloir d’une intransigeance permanente et générale. C’est évidemment une illusion  .

• Obsédés par le phénomène marginal des « violences policières », FH et EM ne comprennent pas que si la police fait l’objet d’un violent rejet dans certains quartiers, c’est tout simplement qu’elle y dérange les trafics et ceux qui en vivent.

• A cet égard, le retour de la police de proximité, défendu par EM, va plus loin que FH et renoue avec la folie des années Jospin : réorienter les policiers de l’arrestation des délinquants vers l’organisation de tournois de foot ne mettra pas fin aux zones de non-droit et accroîtra l’insécurité dans des proportions considérables.

• EM est aveugle à la dimension religieuse du communautarisme et du terrorisme, et refuse d’admettre que nous avons un problème spécifique avec l’islam « Il n’y a, en France, aucune religion qui soit un problème . », RTL, 5/10/16) et dénonce une « vision revancharde de la laïcité qui construit d u communautarisme », qui « pose des interdits, qui se manifestent surtout à l’encontre d’une religion en particulier » (Challenges, 16/10/16). Il s’inscrit dans la droite ligne de FH, pour qui « la femme voilée d’aujourd’hui sera la Marianne de demain » ! ( Un président ne devrait pas dire ça ). 

III/ Pour Macron, comme pour Hollande : « quand c’est flou c’est qu’il y a un loup » ! 

• Après avoir assumé avoir été socialiste quand il était Ministre, EM renie cet engagement en tant que candidat. Comme FH, il est avant tout un opportuniste, sans colonne vertébrale.

• FH et EM, c’est la politique de la salsa : un pas à gauche, un pas à droite, un pas en avant, un pas en arrière. FH avait commencé par matraquer fiscalement les entreprises, avant de mettre en place le CICE. EM, lui aussi s’avère incapable de choisir entre soutien à la demande et politique de l’offre, entre réduction des déficits et nouvelles dépenses publiques.

• EM, comme FH, est un disciple du président Queuille (« il n’est de problème qu’une absence de solutions ne vienne résoudre ») : pour eux, il est « urgent de ne rien faire ». D’ailleurs, EM explique qu’il ne prendra aucune mesure (« ni cadeau, ni rigueur supplémentaire ») à l’été 2017 !

• Après que Hollande a laissé prospérer le feuilleton de Notre-Dame-des-Landes, Macron, qui s’était dit favorable au projet, propose désormais de prolonger ce feuilleton par la nomination d’un médiateur, alors que la population s’est prononcée par référendum

• EM méprise notre histoire : EM considère, un jour, en Algérie que la colonisation est un « crime contre l’humanité » et que la France « devait des excuses » à l’Algérie mais le lendemain, devant des harkis, il présente des excuses

 1)On peut citer le secrétaire général adjoint d’En Marche, Julien Denormandie (ancien du cabinet Moscovici), le conseiller stratégie, Ismaël Emelien (ancien membre de l’équipe Strauss-Kahn), la plume, Quentin Lafay (ancien du cabinet de Marisol Touraine), le conseiller diplomatique, Aurélien Lechevallier (ancien conseiller d’Anne Hidalgo), le conseiller politique, Jean-Marie Girier, ancien chef de cabinet de Gérard Collomb, la conseillère communication, Sibeth Ndiaye (ancienne du service de presse de Claude Bartolone).

2)Son porte-parole, Benjamin Griveaux, a été vice-président PS de Saône-et-Loire ; son trésorier, Cédric O, est l’ancien assistant de Pierre Moscovici ; ses délégués nationaux Bariza Khiari, Stéphane Travert et Catherine Barbaroux sont respectivement sénatrice PS, député PS et ancien bras droit de Jean-Paul Huchon à la région Ile-de-France.

3)https://blogs.mediapart.fr/frederic-sawicki/blog/100317/qui-sont-les-parrains-d-emmanuel-macron 

4)http://www.lopinion.fr/edition/politique/jean-pierre-mignard-dans-future-majorite-autour-macron-hollande-jouera-122012 

5)http://www.lemonde.fr/les decodeurs/article/2017/03/07/macron-un-programme-tres-proche-de-hollande-en-2012_5090685_4355770.html 

REVENONS AUX REALITES : LE BILAN MACRON HOLLANDE

MHFaute de trouver des soutiens socialistes à même de défendre son bilan, François Hollande a lui-même déclaré avoir rendu la France plus forte et dans un meilleur état qu’il ne l’a trouvée.
« Les faits regardons-les (…) : la France elle est plus forte qu’il y a cinq ans »
« Oui, la France est dans un meilleur état que celle que j’ai trouvée en 2012 »
Résumé
C’est extravagant, tant le pays a été affaibli au cours de ces 5 dernières années.
Si personne ne défend son bilan, et en particulier, aucun socialiste, François Hollande devrait réaliser que c’est parce que celui-ci est catastrophique.
Le bilan économique de François Hollande et de son conseiller puis Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, c’est d’abord celui d’une facture salée pour les Français avec l’augmentation des impôts et des dépenses publiques à tout va.
Le risque pour le pays serait de poursuivre cette politique avec EM, qui est son digne successeur et propose la même politique d’eau tiède :
L’équipe et les soutiens de EM, ce sont ceux de FH.
Le projet d’EM reprend à 40% le programme de Hollande en 2012
EM; c’est la poursuite de la même politique économique sans effet sur la relance de la croissance ou la lutte contre le chômage
Le programme régalien de Macron, c’est la poursuite du laxisme de Hollande
Bilan Hollande / Macron

Le bilan Hollande / Macron, c’est une explosion du chômage
1,1 million de demandeurs d’emploi supplémentaires depuis 2012, soit près de 6 millions de personnes qui pointent à Pôle emploi
25% des jeunes sans emploi ! Une jeunesse sacrifiée alors qu’elle devait être la priorité du chef de l’Etat socialiste.
Le bilan Hollande / Macron, c’est toujours plus d’impôts !
+ 30 milliards d’euros de hausse des prélèvements obligatoires les deux premières années du quinquennat Hollande / Macron : un matraquage fiscal jamais vu !
Les classes moyennes et les familles ont été les premières victimes du matraquage fiscal socialiste avec notamment la suppression des heures supplémentaires défiscalisées, suppression de l’universalité des allocations familiales..
Le bilan Hollande / Macron, c’est une croissance économique en berne
Entre 2007 et 2011, la croissance française a été en moyenne de 0,7 point de PIB, un peu supérieure à la zone euro et à l’Union européenne (0,5 point).;
Mais, depuis 2014, la croissance française décroche par rapport à nos voisins
Le bilan Hollande / Macron, c’est une dette publique qui explose !
Une dette publique de près 2200 milliards, soit 32 000€ par Français, et qui représente près de la totalité de la richesse produite chez année !
Plus de 370 milliards d’augmentation de la dette publique depuis 2012 !
Plus de 20 milliards de cadeaux fiscaux électoraux et de mesures non financées de François Hollande depuis l’été 2016
L’écotaxe, symbole de la gabegie socialiste : votée en 2009 puis abandonnée en 2013, son abandon a couté 1 milliard d’euros au contribuable. Sans compter le manque à gagner de 8 milliards d’euros pour l’Etat et 1,8 milliard pour les collectivités
Sans oublier 588 000 euros de frais de coiffeurs pour 5 ans pour François Hollande !

CATHY VERGE et THIERRY LEGUEVAQUES LANCENT LEUR CAMPAGNE SUR LA TROISIEME CIRCONSCRIPTION

Isabelle Chesa Présidente départementale des républicains a assisté au rassemblement organisé par l’équipe de Cathy VERGE pour le lancement de sa Campagne électorale sur la troisième circonscription
Une bonne centaine de militants et sympathisants a répondu hier soir, à la Bichonnière  à son invitation.

 

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Vous trouverez ci dessous l’intégralité de l’intervention d’Isabelle

Tour A tour , Isabelle CHESA Présidente départementale de la fédération de l’Aude, Thierry Leguevaques suppléant et Cathy Vergé ont pris la parole

DSC_9441

Mes Chers amis

Bonsoir à toutes et tous

Après les primaires ouvertes, nous avons vécu durant quelques semaines, sur un petit nuages, et connu au sein de notre parti les républicains une euphorie,  puisque pour chacun et chacune d’entre nous, nous avions l’avenir et la réussite devant nous.

Il suffisait de nous laisser porter par les évènement tant le boulevard qui s’ouvrait a l’horizon était large et plein de promesses.

Cela c’était hier, et c’était sans compter sur l’influence néfastes de certaines forces occultes qui ont décidé de façon précise, méticuleuse, organisée, et machiavélique de nous voler une élection promise à la droite démocratique que nous incarnons.

Cette droite qui par le programme de son candidat François Fillon a décidé de remettre sur le chemin, une France qui en 5 ans s’est délitée et effritée de tout coté.

Les gouvernements de bobos, que François Hollande a cautionné ,pilotés tour a tour et successivement par un Ayraud Fatigué , et un sinistre catalan, ont foulé au pied les racines mêmes de notre société judéo chrétienne, ont détruit notre culture et nos traditions , anéantis nos économies, bradé nos entreprises et sacrifié notre  pays au profit d’ une mondialisation sauvage, pilotée par une finance mondiale avide,  cynique et inhumaine. 

Alors vous pensez bien chers amis, pour ces gens là, il ne faut surtout pas que les forces réactionnaires , comme ils nous appellent, reviennent au pouvoir pour remettre de l’ordre dans la maison.

Nous remettrions en effet  en cause  les prébendes tissées au fil des années au profit des pseudo socialistes et de leurs riches sponsors.

Quand j’entends dire aujourd’hui que droite et gauche ne veut plus rien dire cela me fait bondir sur mon siège.

Oui il y a une différence, une énorme différence, une colossale différence

Les uns  s’occupent de la France et des Français, les autres s’occupent d’eux et de leurs amis.

Notre département est d’ailleurs l’illustration de cette réalité.

Alors devant ces incongruités, et malgré la situation difficile que nous traversons, moi, chers amis, je ne me résigne pas, je n’accepte pas, je ne baisse pas la tête, je laisse aux défaitistes leurs état d’âme.

Je lutte et je vous invite a en faire de même, et si nous ne faisons pas comme cela , nous ferons comme nos ancêtres cathares nous serons condamne à servir eternellement  de braise à la saucisse locale ;

C’est pourquoi chers amis je suis ici avec vous pour soutenir indéfectiblement la candidature de Cathy et de Thierry, mais aussi pour marquer mon respect à celles et ceux qui dans nos trois circonscriptions, sur ces terres de missions,  ont le courage d’affronter le suffrage universel et d’aller au combat.

Seules se perdent les batailles que l’on ne livre pas.

Alors les 23 avril et 7 mai, les 11 et 18 juin, ne nous égarons pas, affirmons nos valeurs, soyons au rendez vous de l’histoire, donnons la victoire à nos couleurs donnons la victoire à la France.

Thierry a présenté l'Etat de la France apres 5 années de Hollandisme et a dénoncé les manoeuvres mises en oeuvre pour éliminer notre candidat François Fillon.
Thierry a présenté l’Etat de la France apres 5 années de Hollandisme et a dénoncé les
manoeuvres mises en oeuvre pour éliminer notre candidat François Fillon.
Cathy a détaillé ses intentions et( son programme pour la future législature, et a marqué sa détermination a défendre les valeurs et le projet de notre mouvement et sa volonté de se battre pour que nos territoires retrouvent l'envie et l'ambition d'entreprendre.
Cathy a détaillé ses intentions et( son programme pour la future législature, et a marqué sa détermination a défendre les valeurs et le projet de notre mouvement et sa volonté de se battre pour que nos territoires retrouvent l’envie et l’ambition d’entreprendre.
La fin des interventions fut suivie par la Mzarseillaise chantéer "a Capella"
La fin des interventions fut suivie par la Mzarseillaise chantéer « a Capella »
Monsieur Vergé Père, maire de Belcaire pendant pres de trente ans est l'un des premiers soutiens de sa fille Cathy.
Monsieur Vergé Père, Maire de Belcaire pendant pres de trente ans est l’un des premiers soutiens de sa fille Cathy.