LA FRANCE N’A PAS ASSEZ DE CHÔMEURS !!

Après PILPA


350 emplois aux Etablissements Spanghéro sont menacés de disparition définitive.

350 familles sont « menacées de mort », selon les termes du Directeur de cet établissement.

350 salariés, compétents, travailleurs, qui ont fait la renommée et la réussite de la marque, sont, avec les fondateurs du Groupe, la famille Spanghéro, traînés dans la boue et abasourdis par ce qui leur arrive……. . 350 emplois vont s’ajouter aux milliers d’autres qui ont disparu depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir. A la triste liste des Arcelor, Peugeot, Renault, Pétroplus, Goodyear, Sanofi,et j’en passe, va-t-on ajouter Spanghéro?


Tout cela pour quoi, et à qui la faute?

Indépendamment de la fraude, réelle, dont tous les tenants et les aboutissants ne sont pas à ce jour clairement répertoriés ou connus, Benoît Hamon a suspendu l’agrément sanitaire chez Spanghéro, retirant ipso-facto le droit de travailler aux salariés, et condamnant les usines à la fermeture.

Sans compter le désastre sur l’image de marque, dont Spanghero aura du mal à se défaire !!

Or, dans cette affaire, il ne s’agit pas d’un problème sanitaire mettant en cause l’hygiène et la qualité des produits fabriqués, mais d’une fraude sur les ingrédients, vendus pour être du boeuf alors qu’il s’avère que c’est du cheval.

La belle histoire ! A-t-on déjà vu quelqu’un être intoxiqué ou mourir pour avoir mangé du canasson, recommandé d’ailleurs par tous les médecins en cas de carence de fer?


L’enquête diligentée par Hamon a été rapide et le coupable vite désigné. Cependant en prenant connaissance des circuits empruntés pour la fabrication de plats préparés, du nombre ahurissant de « traders » dans cette « chevauchée » avant produits finis, du nombre de pays concernés en Europe, il me semble que la prudence aurait été de mise.


Il me semble aussi que c’est à la Justice de désigner les coupables, de les sanctionner, et de définir les parts de responsabilités de tous les intervenants, et non à un Ministre en quête de notoriété de couper les jarrets ( de boeuf ou de cheval), à une entreprise qui fait vivre autant de familles et contribue à la prospérité de Castelnaudary !


Lorsqu’un élu ou un ténor socialiste ( Strauss-Kann pour n’en citer qu’un) est soupçonné, toute la famille rose brandit la présomption d’innocence. La firme Spanghéro n’a pas eu droit aux mêmes égards, pas plus que Laurent, Claude, Jean Marie, Walter , Gilbert ou Guy !

Il est vrai que Laurent, fondateur de la marque, travailleur acharné, parti de rien pour atteindre des sommets de réussite, ayant porté pendant 50 ans les couleurs de la France, tant dans le domaine professionnel que sportif avec ses frères, est un homme qui se revendique de droite, fièrement ! Il fût pendant des années Président National de la filière bovine, mais aussi un membre éminent et reconnu au RPR puis à l’UMP !


Alors, est-ce que ceci n’expliquerait pas cela? Est-ce que le trotskyste Hamon ne voit pas là l’occasion de dégommer une figure de droite, à peu de frais, ( hormis les salariés et le devenir de l’entreprise) ?

Est-ce que la vengeance( politique) est un steak de cheval qui se mange froid?


Les mesures prise par ce petit Monsieur mettent aussi dans l’embarras la famille socialiste de l’Aude: Maugard, maire de Castelnaudary, et c’est son rôle, prend la défense de l’entreprise pour sauvegarder les emplois de son bassin économique.

Il monte à Paris, avec les 3 députés de l’Aude, pour défendre les salariés.

Feront-ils le poids devant l’arrogance d’Hamon?

Quoiqu’il en soit, la décision de suspendre l’agrément sanitaire est une erreur, une faute politique, et démontre toute l’incompétence de ceux qui nous gouvernent, en prenant une mesure qui ne correspond pas au délit invoqué.

Il a tapé à côté de la plaque………….comme d’habitude!!


Allez Montebourg, ton pote t’a filé un nouveau dossier, 350 chômeurs de plus à recaser !!