"ET SI DUFLOT VIDAIT LES LIEUX ? "

La ministre du logement se livre à une provocation scandaleuse en demandant à l’Eglise catholique de mettre à la disposition des sans abris les locaux vacants qu’elle posséderait.


Cette femme, sans doute ignare qui ne connaît pas la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, qui n’a comme seule religion la dépénalisation du canabis, a du fumer un pétard de trop pour dire de telles inepties !!

Sait-elle seulement que la religion qu’elle attaque de front est celle de la solidarité, du partage, de l’aide aux plus démunis? Sait-elle que des dizaines de milliers de bénévoles oeuvrent chaque jour de l’année pour venir en aide à tous ceux qui sont dans la détresse, sans distinction de race ou de religion?

Sait-elle que le Secours Catholique apporte nourriture, logement, réconfort et charité?

Sait -elle seulement que sa « sortie » médiatique, pour faire parler d’elle et donner l’illusion au peuple qu’elle travaille, est quasi-unanimement critiquée ,à commencer par le parti communiste?

Sait-elle enfin que des milliers de prêtres vivent dans la pauvreté, mais qu’ils partagent le peu qu’ils possèdent avec des ouailles encore plus malheureuses? Que faites-vous, personnellement, Madame Duflot?

En vérité, tout ce branle-bas est orchestré pour porter tort aux différents cultes qui s’élèvent contre le mariage homo. Avec la bénédiction, c’est le cas de le dire, d’un Moi-Je qui la laisse se « griller » et reste en retrait. C’est aussi l’aveu d’une impuissance gouvernementale à régler le problème des sans abris et du mal logement. Comme c’est plus simple de culpabiliser les autres !

Le dogmatisme socialiste et écolo-bobo , confronté à de graves problèmes qu’il ne sait résoudre, ressort l’artillerie lourde : nationalisation, dirigisme, confiscation, impôts, provocations en tous genres, pour masquer son impuissance, son décalage dans un monde en perpétuel mouvement.

Je suggère donc à cette ministre de laisser sa place à quelqu’un de plus compétent , de moins sectaire. Ça ne résoudra pas le problème des sans abris, mais ça nous mettra à l’abri d’entendre ses élucubrations soixante-huitardes !