"BOOOUUU!!! FAIS MOI PEUR ….!

Monsieur Moi-Je se promène.

En ce lundi, jour de la remise du rapport Gallois sur la compétitivité, ( accessoirement aussi jour de Guignol), le symbole est fort : la compétitivité de nos entreprises et la santé ( chancelante) de notre économie, il s’en moque , préférant prendre la parole à des milliers de kms de chez nous, au Laos, en marge du sommet Asie -Europe.

Et comme il faut bien qu’il dise quelquechose, sinon pourquoi y aller ?, voici la phrase du jour :  » Nous devons être compétitifs, mais encore faut-il que l’échange soit juste, c’est à dire qu’il n’y ait pas de concurrence déloyale », en stigmatisant le yuan chinois qui est en dessous de sa valeur.

Tout le monde le sait, lui le découvre?


Les dirigeants chinois ont du se planquer dans leurs abris anti-atomiques en entendant cette mise en garde, et nul doute que dans les jours à venir, il vont réévaluer leur monnaie pour faire plaisir à Notre Guide Lumineux Plein De Sagesse………….

Bon, et à part ça, que fait-on pour la France?…………….

LES CEREMONIES DU PREMIER NOVEMBRE

Comme chaque année le premier novembre est le jour choisi pour honorer et rendre hommage aux morts de toutes les guerres.

Le souvenir Français est chargé par la commune de Carcassonne de mettre en oeuvre les quatre cérémonies organisée le matin de toussaint et dont la première se déroule au cimetière Saint Michel, sur le carré Militaire, ou reposent les soldats de toutes confessions qui ont donné leur vie sur tous les théatres d’opération.

Ainsi avant le début des cérémonies officielles, le chef de corps du troisième RPIMA, les officiers et sous officiers du régiment se sont inclinés sur les tombes des soldats tués en Afghanistan.

Après que Monsieur l’abbé Bergnes ai béni les tombes des soldats , Monsieur Bruno Saigne, nouveau délégué général pour le département de l’Aude du Souvenir français, a lu le message National de cette association.

MESSAGE DU SOUVENIR FRANÇAIS

« Cette année encore, de jeunes français ont donné leur vie pour la France.

Comme les années précédentes, un hommage solennel a été rendu par le Président de la République au retour de leur corps dans notre Pays.

Notre présence en ces lieux, le 1er Novembre, avec nos élus, les représentants des pouvoirs publics, des associations et nos compatriotes, en particulier les plus jeunes, est l’occasion de renouveler cet hommage et d’associer leur souvenir à celui de toutes celles et tous ceux qui, avant eux, ont versé leur sang pour la patrie.

L’action quotidienne de nos bénévoles trouve ici toute sa noblesse. Grace à leur dévouement, la mémoire de nos glorieux disparus est conservée. C’est aussi, et c’est l’essentiel, une mémoire vivante, qui les concerne tous, génération après génération.

Conflit après conflit, sur notre territoire ou à l’étranger, dans un cadre national ou international, ils sont morts pour défendre les valeurs fondamentales de la patrie. Quel exemple pour nos contemporains !

Quel appel au rassemblement de toutes les composantes de la Nation.

Inclinons nous avec respect, devant leurs tombes, en ayant au cœur l’espoir, que leur sacrifice soit un ferment de progrès pour l’instauration de la Paix. »

C’est ensuite place de la poste, au pied du monument dédié au Maréchal de Lattre de Tassigny, et aux hommes de la Première Armée, que Monsieur Barrabes président de l’association « Rhin et Danube » à déposé une gerbe.

Les autorités civiles et militaires se sont rendues ensuite au cimetière La Conte, qui accueille les monuments aux victimes de la guerre d’Algérie, d’Afrique du Nord et d’Outre mer, qu’elles soient civiles ou militaires

Fidèle à la tradition Maitre Adjaj prit longuement la parole pour exprimer la blessure de ceux qui vécurent dans leur coeur et dans leur chair les tragiques évènements d’Algérie

Puis suivirent les dépots de gerbes devant une foule nombreuse et recueuillie

Enfin la matinée s’acheva sur la stèle du Maréchal Juin, commandant du corps expéditionnaire français en Italie, où Laurent Télèse déposa avec Monsieur Saigne, une gerbe au nom de son grand père.

Les enfants de l’école Barbès ont déposé au pied des monuments des bougies appelées « Flammes de l’espoir ». Une initiative qui avait été engagée, il y a plusieurs années, par l’association, et qui semble suivre son cours