GUIGNOL C’EST LE LUNDI

Pourquoi aller au cinéma, alors que Guignol s’invite chez vous gratuitement? Le spectacle est hilarant, on meurt de rire, on en croit pas ses oreilles, et on découvre, chaque semaine, des acteurs dont l’amateurisme est stupéfiant ! (Y’aurait pas du canabis derrière tout ça?) Sauf qu’il s’agit de la France, et qu’elle est bien mal en point……….

Lundi, le Premier Ministre lâche une sonde dans la stratosphère politique, histoire de mesurer la densité des nuages sur lesquels il plane : les 35 heures ne seraient pas un sujet tabou.

Est-il frappé par un éclair de lucidité? Fabius qui, comme le toutou de son maître, ne manque jamais d’aller dans le sens du vent, applaudit ! Mais le lendemain, Sapin ( la rude bûche de Noël) déclare qu’il n’est pas question de revenir sur « un acquit » de la gôôôche.

La petite phrase de « Monsieur le Premier » provoque un tollé chez les socialistes, l’obligeant, à QUATRE reprises, mardi, de démentir ses propos : un premier ministre qui se recadre lui-même, c’est du jamais vu dans la cinquième république, mais ça doit être du socialisme nouveau, comme le beaujolais dont certains semblent abuser………

Le prochain épisode sera, à n’en pas douter, la publication du rapport Galois. On en attend beaucoup, car il semblerait d’après les fuites parues dans la presse, qu’il s’attaque aux vrais problèmes et propose des solutions économiques faites pour redresser le pays.

Vous avez dit  » économiques ?  » Allez, hop, enterrons vite ce rapport et les sujets qui fâchent………

Revenons vite aux sociétal, mariage gay, droit de vote aux étrangers, dépénalisation du canabis, réquisition des logements vides , et j’en passe…….

Madame DUFLOT a pris les devants (encore une qui ne sait pas se taire) en proposant la réquisition.

Soit ! Mais qu’elle commence par réquisitionner tous les bâtiments vides de l’Etat ( casernes, châteaux, immeubles indignes d’abriter la clique gauche caviar), puis, si elle est en manque d’idées, je lui propose de se pencher sur une solution simple : tous les ministres, secrétaires d’états, députés et sénateurs socialistes, ont pour la plupart d’entre eux une résidence secondaire inoccupée la plupart du temps.

Qu’ils mettent toutes ces « campagnes » à la disposition de quelques Rom’s en quête de logements…….gratuits,ou pourquoi pas à la disposition de ces centaines de travailleurs ou fonctionnaires qui , travaillant dans la région parisienne, n’ont pas les moyens de se payer un logement décent dans la capitale ou sa banlieu; pourquoi pas Madame ! hein Madame la MINISTRE….

Ce n’est qu’ensuite que Cécile pourra envisager de spolier les petits propriétaires, et s’attaquer à un droit fondamental, que retoquera le Conseil Constitutionnel, le sacro-saint droit de propriété .


Il paraît que dans les allées de l’Elysée, on s’agace, et on spécule ( quel mot affreux pour des socialistes!) sur la durée de vie de ce Premier Ministre gaffeur?

Allons bon, voilà qu’Hollande n’aimerait pas Guignol, une vraie tradition française !! …………….

"IL Y A 50 ANS,LES FRANCAIS EN ALGERIE"

C’est sous ce titre que se tiendra au Centre Culturel de la Mémoire Combattante au 102 rue Trivalle, jusqu’à la fin du mois de Novembre, l’exposition consacrée aux 132 années de présence des Français en Algérie.

Parrainée par le « Cercle Algérianiste » cette manifestation retrace, au moyen de photographies et d’affiches mises à disposition par plusieurs familles Carcassonnaises, cette épopée.

« Là ou il n’y avait rien, ils firent pousser de la vigne, du blé, du maraichage, des orangers, et laissèrent un pays ultramoderne » : c’est en ces termes que David SCAGLIOLA, s’adressa a une nombreuse assistance, précédant les interventions de Monsieur le Docteur Jean MANFREDI et de Monsieur BOSC.

Cinquante ans après, le souvenir est toujours présent et les blessures et déchirements entraînés par cet exil forcé restent vifs.

Comment peut-il en être autrement quand brusquement on perd ses racines, son pays, que l’on abandonne les fruits de son travail, que l’on laisse sur place ses morts, ses amis, bref que l’on se coupe d’une partie de sa vie.

Mais les « pieds noirs » n’ont jamais perdu leur âme ;

Ils furent à leur retour en métropole, pour le pays tout entier, un exemple de courage et de travail, un modèle d’intégration, une bouffée d’air frais d’exotisme et de bonne humeur, et donnèrent une leçon de dignité.

Dommage que pour l’inauguration de cette exposition, le député maire ait délégué une nouvelle fois ses adjoints…