MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS

Le 4 septembre dernier, j’écrivais un billet que je n’ai pas publié,intitulé » MENACES SUR LA VILLE », dans lequel j’évoquais la situation difficile de Carcassonne dont trois institutions sont confrontées à des difficultés graves voire menacées pour certaines de disparition. Je parlais de la situation de RYANNAIR, de PILPA et du troisième RPIMA.

Si pour le moment rien n’a bougé pour nos militaires on ne peut en dire autan pour PILPA voir mon article d’aujourd’hui, et pour RYANNAIR qui est sous le coup d’une plainte déposée par … « AIR FRANCE »; Sur ce dernier point, même si la concurrence est rude dans les compagnies d’aviation, il faudra que l’on m’explique pourquoi notre compagnie nationale, qui n’a jamais levé le petit doigt pour aider les aéroports de petite taille comme le notre, viennent emmerdeer une compagnie Européenne, non Française, qui contribue elle à l’essor économique local.

Aujourd’hui quand on est incapable de répondre à la concurrence par des actions commerciales innovantes, on se réfugie sur le terrain juridique…Belle mentalité, aveu d’impuissance. Ça a le mérite de faire travailler les avocats…mais c’est le seul mérite

Si je ne m’abuse l’Etat détient toujours une partie du capital chez « Air France », et il serait de bon ton que sur ce terrain une autorité s’exprime pour les inviter à se mettre un peu en veilleuse.

J’ai décidé, et c’est la première fois que je procède de la sorte, de publier ce billet écrit le 4 septembre dernier.

Cliquez sur « lire la suite »

Continuer la lecture de « MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS »

"30 MINUTES…UN NIET DEFINITIF…ET CIRCULEZ ! IL N’Y A PLUS RIEN à VOIR"

C’est ainsi, hélas, que l’on peut résumer le sort réservé à l’usine Pilpa de Carcassonne.

C’est La Dépêche qui nous relate l’audition ,devant la Commission des Affaires Economiques à l’Assemblée, de Lionel Rolland, Directeur Général du groupe R&R, dont fait partie l’usine Carcassonnaise.

L’audition a duré 30 minutes, ce qui est très court, et qui ne laisse aucun doute sur la détermination de ce Monsieur à fermer l’usine.

Il a dit ce qu’il avait à dire, et il est reparti aussitôt, laissant, on l’imagine, ses interlocuteurs bouche bée.

Nos deux députés du coin, Perez et Dupré, qui étaient présents, ont demandé à Rolland s’il s’opposait à la reprise du site par un autre industriel?

 » J’ai expliqué qu’il n’en était pas question », fût la réponse cinglante de ce patron. Comment s’en étonner dans une logique et un système économique qui consiste à acquérir pour détruire, faisant fi des hommes qu’il sacrifie.

A cela, les réactions de nos deux élus, rapportées par ce journal, furent pour le moins, assez tièdes.


Dupré : « Monsieur Rolland semble peu enclin à se remettre en cause. »

Perez : « Je lui ai demandé s’il pouvait faire preuve de patriotisme d’entreprise »

Avec ça, nul doute que les salariés seront pleinement rassurés !! La fermeture de ce site, qui semble désormais inéluctable, est un drame humain, social, économique.

Que l’on soit partisan ou non du libéralisme, que l’on honnisse les grands groupes ou les grands patrons, que l’on accepte ou non les conséquences de la mondialisation, il demeure un fait que les socialistes n’ont pas encore compris et contre lequel ils demeureront impuissants , l’Etat ne peut dicter sa volonté à une entreprise privée.

Nous l’avons vu avec Arcelor, nous le voyons avec PSA, nous le constaterons encore dans tous les plans sociaux à venir et qui finiront de rendre Montebourg « improductif « et ridicule. Notre député-maire, si enclin à faire des déclarations fracassantes qui sont toujours les mêmes («nous ferons tout pour que » ….) se casse les dents à chaque fois.

Dans ce département, sous la coupe socialiste depuis plus d’un siècle, rien n’a été fait pour développer l’industrie, l’économie. Rien n’a été fait pour attirer investisseurs et créateurs de richesses et d’emplois. Rien n’est prévu pour le reclassement des salariés licenciés.


C’est l’impasse liée à l’imprévoyance!

Tout a été fait pour taxer et imposer lourdement ses habitants, avec un summum atteint depuis que F.Hollande est aux affaires.


C’est avec tristesse que nous constatons cette semaine, selon une étude publiée dans la presse, que l’Aude est un des départements les plus pauvres de France, et que Carcassonne fait partie des villes les plus miséreuses du Pays.

Nous le savions depuis longtemps, nous le dénonçons depuis des lustres.

Perez entonne les déclamations et promet qu’il fera tout pour que……..; Il y en marre des gens qui font semblant…

Et si nous, nous faisions tout, enfin, pour qu’il parte?