MONTEBOURG : UNE GRANDE GUEULE QUI SOUFFLE DU VENT !

Le chantre de la démondialisation ( mais cela était dans un autre temps) a deux dossiers sur la table, dont il aura beaucoup de mal à se dépêtrer.


Il s’agit de Fralib et de Peugeot.

Le premier concerne l’entreprise qui commercialise le thé Eléphant, ( groupe Unilever, poids lourd mondial) dont l’usine est occupée par la CGT depuis deux mois.

Cette usine doit fermer et le directoire a proposé une reconversion pour y fabriquer des chips, solution soutenue par Leclerc et Système U.

Les syndicats veulent de leur coté créer une Scop pour continuer la production de thé, alors que tout le monde s’accorde pour dire que cette solution n’est pas viable. Mais la CGT s’arcqueboute et ne veut rien entendre, malgré la proposition faite par Unilever de donner 65 000 euros aux 103 salariés, s’ils renoncent à leurs actions en justice, soit quand même près de 7 millions d’euros.

La direction pour des questions de logistique presse Montebourg de trancher dans ce dossier, qui est aussi une promesse faite par Hollande qui déclarait qu’il sauverait Fralib.

Pour le moment, Montebourg fait le mort et n’ose pas dire à la CGT que le projet de Scop n’est pas viable.

D’autre part la direction presse le gouvernement d’agir, ,rappelant au passage que les occupants doivent être délogés avant fin septembre, et qu’elle n’imagine pas que dans un état de droit, le gouvernement puisse s’opposer à faire appliquer la loi.


Le second , bien plus médiatique, est un casse-tête chinois: comment l’Etat peut-il obliger un groupe privé à revoir sa copie?

Juridiquement, il n’a quasiment aucun moyen, aussi Montebourg fait du vent en convoquant les syndicats et la direction ( remarquez l’ordre des RDV!), critique la gestion patronale, met en demeure la famille Peugeot de revoir son plan social, et promet l’intervention de l’Etat.

Il rejette d’emblée la solution prime à la casse, et promet des aides pour le développement de la voiture électrique ou des modèles hybrides, qui devraient selon ce grand stratège qui n’a jamais vu une usine de près, relancer les ventes et apporter une bouffée d’oxygène à l’entreprise.

Voilà qui est dit et on va voir ce qu’on va voir !

Savez vous ce que représentent les ventes de ces modèles chez Peugeot? Pour le premier semestre, 2270 voitures électriques, et 10 350 modèles hybrides.

Savez vous combien coûte une hybride 3008 ou 508 ? Entre 40 et 50 000 euros, ce qui est convenez-en, à la portée de toutes les petites bourses !!


Y a pas à dire, le ministre du redressement productif est un cador en la matière, et les ouvriers peuvent dormir tranquille avec un tel défenseur.