"AH LES BONS AMIS….!!"

Souvenez-vous : en mai dernier éclate l’affaire DSK.

Aussitôt, le ban et l’arrière ban du PS montent au créneau, envahissent les télés et les radios, pour nous dire que le patron du FMI est un homme remarquable.Je me souviens de cette phrase, prononcée me semble-t-il par son grand ami Moscovici, :  » Ca, ce n’est pas le Dominique que je connais »

Les autres ,Martine Aubry en tête,mettent en avant ,à tout va ,la présomption d’innocence, lui réaffirment leur soutien et toute leur affection.

Depuis, on sait ( ou presque! ) ce qui s’est passé au Sofitel, au Carlton, dans un claque parisien, et la justice suit son cours………


Depuis , François Qui S’y Voit Déjà, lui qui fût premier secrétaire du PS durant 10 ans, qui n’a rien fait durant son mandat ( dixit Ségolène ,qui était n’en doutons pas ,la mieux placée pour le savoir et le dire ), lui qui ignorait tout de ce qui se passait dans les fédérations des Bouches du Rhône et du Pas de Calais, a ajouté à son programme pour plaire aux électeurs de Bayrou, la promesse de « moraliser la vie politique »


François découvre, François endosse ses blancs habits virginaux, et se statufie en pourfendeur du vice et de la corruption. Quelle blague !!


Survient alors l’anecdote que les média nous livrent, mais sans trop insister quand même ( tous les tirs sont concentrés sur Sarkozy ), et que je vous relate, pour ceux qui ne seraient pas au courant:

Julien Dray, un autre grand ami du grand homme, fête son anniversaire , samedi 28 avril, dans un bar de St Denis ( !!!!! pour ce qui pourront comprendre ) et invite à la fête Manuel Valls, Ségolène et Moscovici, sans les informer que DSK fait partie de la fête. A leur arrivée, apercevant Dominique l’innocent, les trois compères font immédiatement demi tour, fuient comme une volée de moineaux, et précisent aux médias qu’ils n’ont pas croisé DSK !


A l’heure où le Pervers ( surnom donné par la presse américaine ) clame à 8 jours du second tour qu’il est victime d’un complot ourdi par Sarkozy, n’y aurait-il pas ici, un autre complot fomenté par J.Dray pour compromettre ses bons amis socialistes, qui par le passé, lorsqu’il eut quelques déboires avec la Justice, au sujet de sa collection de montres ( y avait-il dans le lot une Roleix?), l’avaient laissé tomber?


Nous mesurons au vu de cette anecdote, ,toute la « profonde amitié » qui lie les socialistes entre eux. Nous mesurons aussi, toute la sincérité de leurs déclarations.

L’amitié n’est plus ce qu’elle était ! Mais les mensonges, eux , sont bien et toujours présents.

Faut moraliser, François !! Faut surtout arrêter de nous prendre pour des mules !!

FERIA DU MINERVOIS 10ème DU NOM

C’est en fin de Matinée qu’AZILLE est devenue la capitale du Minervois, en lançant sa dixième féria.

Le Maire, Philippe CHEVRIER a remis symboliquement les clé de la ville à Maurice SALLES dit « Momo » Président de cette manifestation depuis sa création.

Quelques discours sur l’estrade comme c’est la tradition, et la fête a commencé au moment ou l’ensemble des spectateurs ont accompagnés Momo de la voix pour entonner la chanson « Bandazillanne ».

La feria 2012 était lancée. Vive la fête en Minervois.

Vous decouvrirez en cliquant sur « lire la suite » l’intervention de Mr CHEVRIER Maire d’Azille

Continuer la lecture de FERIA DU MINERVOIS 10ème DU NOM

"LE DOIGT SUR LA DETENTE"

Dans mon récent billet intitulé « Roulette russe », j’écrivais ceci:

« ……dans l’ombre , silencieuses, les agences de notation préparent elles aussi, l’annonce de leurs cogitations.Elles sont trois, toutes sur la même ligne de pensée, pas besoin de vote, et rendront leur sentence sous peu »

Cette sentence visera la France, mais en attendant, alors que je subodorais leurs impatiences, la principale agence Standard and Poor’s, vient d’appuyer sur la gâchette en visant l’Espagne.

Notre voisin vient de voir sa note dégradée de deux points, passant de A à BBB+, avec toujours des perspectives négatives, ce qui sous entend que l’Espagne pourrait voir encore sa note abaissée, étant qualifiée d »émetteur de qualité moyenne »

Le gouvernement espagnol vient de voter un plan de rigueur drastique, jamais vu auparavant. Coupes dans les traitements des fonctionnaires, dans les retraites, et autres joyeusetés que nous considérons, nous Français, comme impossibles chez nous.

D’un coté de la frontière, des efforts considérables pour juguler les déficits, la dette, et tenter d’apurer le passif ; de l’autre coté, dans notre beau pays, un candidat socialiste qui veut embaucher 60 000 fonctionnaires, augmenter de 25% l’allocation de rentrée scolaire, supprimer le quotient familial, donner un sérieux coup de pouce au SMIC, bref dépenser sans compter en plumant le peuple…………

Standard and¨Poor’s manifeste à notre égard une patience remarquable………jusqu’au 7 mai au matin ! C’est alors qu’elle fera feu, et le bruit engendré par la détonation couvrira les échos des flons flons de la veille célébrant la victoire d’Hollande.( si cela devait arriver)

Si cela devait arriver (bis répétita), Hollande a la parade miracle : il renégociera le traité de discipline budgétaire accepté par les 25 pays européens, à lui tout seul (!!!), pour y introduire un volet croissance, comme si celle ci se décrétait autour d’une table.

La réponse de l’Allemagne, par la voix d’Angéla Merkel, est tombée hier: c’est NON .Elle ajoute, de la façon la plus ferme que  » la problématique de la croissance, que certains réclament maintenant, cela fait longtemps qu’elle est le deuxième pilier de notre politique à coté de finances publiques saines »

 » Finances publiques saines……..le mot est lâché, comprenez : mettez de l’ordre chez vous, cessez de dépenser inconsidérément, et ne faites pas suer ceux qui depuis des années gèrent en bon père de famille les intérêts des Etats.

Au bon peuple de France, si léger, si insouciant, si frivole, et si frondeur, il vous reste 8 jours pour réfléchir avant de voter. En ce qui me concerne, je ne me mettrai pas le pistolet sur la tempe !

"LA FRANCE AU BORD DU GOUFFRE" La gauche au pouvoir en 2012…..

La gauche au pouvoir en 2012 : des dégâts immédiats et irréversibles

L’un des facteurs de démobilisation de l’électorat de droite, c’est l’illusion assez répandue selon laquelle les élections du printemps 2012 seraient quasiment sans enjeux d’importance

La formule soi-disant spirituelle selon laquelle, de toute façon, c’est l’UMPS qui restera au pouvoir renforce cet état d’esprit. Une fois de plus, les « demi-habiles » méritent le prix de la sottise.

En fait, l’accession de la gauche au pouvoir en mai et juin aurait pour la France des conséquences catastrophiques, dont certaines seraient irréversibles.

En 1981, la gauche au pouvoir avait réussi, en deux ans, à pratiquer trois dévaluations et à conduire la France au bord du gouffre, ce qui l’avait obligée à pratiquer ensuite une politique d’austérité ravageuse. Mais, la situation de 2012 n’est pas la même. C’est vrai : elle est bien pire.

En 1981, l’économie mondiale était en régime de croisière, sans turbulences particulières, et les caisses de l’Etat étaient bien garnies. La situation d’aujourd’hui, on le sait, est exactement à l’inverse.

Avec une coalition hétéroclite, et se détestant cordialement, comprenant certains éléments pathologiquement anti-économiques (Mélenchon, les écolos), pilotée par un «capitaine de pédalo» (dixit l’un des équipiers) totalement inexpérimenté et congénitalement indécis, on ne voit pas par quel miracle l’équilibre serait maintenu.

Quel poids pèsera sur le monde de l’économie et de la finance, cette gauche socialiste considérée déjà depuis longtemps comme la plus irresponsable d’Europe

Quand on voit déjà la violence des assauts auxquels a du et a pu faire face Nicolas Sarkozy grâce à son sang-froid, à son esprit de décision et à la solidité de son assise politique, on n’ose imaginer la figure que ferait, sur la scène internationale, la France représentée par le trio surréaliste composé de Hollande, Mélenchon et Joly.

Hollande qui se rends compte de cela essaye bien d’échapper en essayant dans son pseudo programme de ne pas trop agiter la couleur rouge ou verte afin de ne pas effrayer ce monde de la finance dont il dit avoir horreur… Mais il s’y prend à sa manière, c’est-à-dire dans un style étriqué et roublard, en pratiquant la tactique de l’anguille qui échappe à la prise par sa viscosité.

Il parle par exemple de l’embauche de 60000 salariés dans l ‘éducation nationale et les remplace aussitôt par un redéploiement dans la fonction publique ! Croit-il gagner sur les deux tableaux? il ne peut en fait tromper que les incultes.

Mais il ne trompera pas tout le monde, loin de là. Quels que soient les tours de passe-passe fallacieusement techniques auxquels il puisse avoir recours, il ne pourra pas masquer la logique de sa stratégie qui l’obligera, dans un premier temps, à donner quelques satisfactions matérielles à sa clientèle, et il n’aura d’autre moyen à sa disposition pour faire face aux dépenses que d’augmenter les impôts, prétendument aux dépens des riches, mais en fait aux dépens de la classe moyenne.

Quelle que soit l’affectation particulière de telle ou telle dépense, il est dans la nature du socialisme français de mettre en place, lorsqu’il accède au pouvoir, le couple infernal : augmentation des dépenses publiques et financement par une source unique, l’impôt.

Ce qui peut varier au fil du temps, c’est l’habillage, la présentation, voire simplement le nom.

Il y a en politique comme en biologie, des, je vais appeler cela, des déterminismes (pour être gentille) génétiques aux quels on n’échappe pas, si ruineuses que puissent en être les conséquences prévisibles.

On connaît l’anecdote du scorpion qui, voulant traverser un ruisseau alors qu’il ne sait pas nager, demande à une grenouille de lui rendre ce service en le prenant sur son dos.

Celle-ci refuse d’abord, mais finit par se laisser convaincre par l’argument selon lequel le scorpion n’a pas intérêt à la piquer mortellement, puisque la mort de la grenouille entraînerait sa propre mort par noyade.

Pourtant, au milieu du ruisseau, il administre sa piqûre mortelle et il a le temps de déclarer à la grenouille éperdue, avant leur noyade commune : « Je suis désolé, mais je n’ai pas pu échapper à ma nature de scorpion. Tu n’aurais jamais dû me faire confiance ».

Petite fable à méditer par les naïfs qui croient que, cette fois-ci, contrairement à ce qu’enseignent toutes les expériences passées, les socialistes feront autre chose que du socialisme et qu’il n’y a pas de risque à leur faire confiance.

Le malheur est, que ce ne seront pas seulement les naïfs qui seront les victimes, de leur coupable légèreté.

Dans les sociétés anciennes, qui marchaient au pas du cheval de poste, on avait le temps, après une expérience malheureuse, de se ressaisir et de redresser la situation. Aujourd’hui, à l’ère de l’aviation transcontinentale et de l’informatique, il n’y a plus de coups d’essai à blanc.

La chute, une fois entamée, s’accélère follement et devient irréversible à l’échelle de plusieurs générations.

Un électeur averti en vaut deux…

Prochain billet: »Battre la gauche une ardente et impérieuse obligation »

FERIA D’AZILLE 10 ème EDITION

C’est tout le Minervois qui sera réuni autour du Président Maurice SALLES pour la dizième édition de la Feria d’AZILLE;

Du Samedi 28 Avril au Mardi 1er Mai la « bande à MOMO » vous attends pour cinq jours de fête et de bonheur.

Tout le programme de ces festivités sur : Feria d’Azille, site officiel – Band’Azillanne

samedi 28, dimanche 29, lundi 30 avril et mardi 1er mai 2012. pour fêter les 10 ans de la Feria d’Azille. En page « Programme » vous découvrirez les festivités de la première manifestation qui annonce les beaux jours

http://www.bandazillanne.fr/

« LA FRANCE AU BORD DU GOUFFRE »

Vous trouverez ci-dessous le premier d’une série de deux ou trois billets qui se succèderont à intervalle régulier, jusqu’à la veille du deuxième tour de l’élection présidentielle

Sous le générique « LA FRANCE AU BORD DU GOUFFRE » je veux faire partager ma préoccupation sur les enjeux de cette élection dans un contexte que certain compare à 1981, mais qui n’a rien à voir puisque en 2012 la situation économique et géopolitique est bien pire et bien plus dangereuse qu’au sortir des années 80….au siècle dernier.

Un adage latin bien connu, qui est une sorte de concentré de la sagesse antique, dit que « Jupiter commence par ôter l’usage de la raison aux humains qu’il veut perdre ».

C’est pour épargner à la France les malheurs qui en résulteraient qu’il est urgent de rendre tous ses droits à la raison, et d’abord de prendre la mesure exacte des enjeux avant d’en tirer les conséquences électorales qui s’imposent.

C’est la droite qui fait la courte échelle à la gauche

Les préférences politiques spontanées des électeurs s’exercent principalement au premier tour de l’élection présidentielle.


Or, quelles que soient les fluctuations des sondages, le total des intentions de vote nettement orientées à gauche, c’est-à dire celles qui se portent sur Hollande, Mélenchon, Eva Joly et quelques poussières d’extrême gauche, ne dépassent guère les 40 %.

La gauche ne peut donc l’emporter qu’avec l’apport massif des supplétifs de droite et du centre.

Cette vérité mathématique n’a rien de surprenant ou de fortuit, elle correspond a une réalité profonde ;

La gauche française depuis l’effondrement du marxisme n’a plus aucune ligne idéologique à long terme.

Ceci se traduit dans un programme électoral qui n’est rien d’autre qu’un bricolage de mesures racoleuses irréalistes et de mesurettes d’une naïve insignifiance.

On constate qu’à l’échelle de l’Europe toute entière les poussées électorales sont a droite, droite dont les idées et les préoccupations ont le vent en poupe.

Comment alors expliquer que d’après les sondages, le candidat de gauche gagnera quelques quinzaine de point entre le premier et le deuxième tour.


Au premier tour, la gauche ne retrouve que son niveau ordinaire moyen, et même plutôt bas.

Quant aux gros bataillons supplétifs, ils sont constitués d’électeurs qui ne sont animés que de mobiles négatifs, généralement étriqués. En fait, il s’agit pour eux d’abattre un homme Nicolas Sarkozy.

Généralement, ils ne donnent pas de raisons précises à leur hostilité, ils se contentent de ricaner ou de lever les yeux au ciel au seul nom de l’ennemi détesté, comme si son indignité était à tel point évidente qu’elle rend inutile, et même déplacée, toute espèce d’argumentation.

Si on les pousse dans leurs retranchements, la plupart des raisons invoquées ont leur source en 2007, dans les premiers mois du mandat présidentiel, et ce sont presque toujours les mêmes griefs : le Fouquet’s, le yacht de Bolloré, quelques propos peu académiques et l’ouverture à gauche.


Ce qui frappe, c’est la légèreté, pour ne pas dire la futilité, de ces griefs, leur caractère recuit et leur myopie pathologique, qui conduit à concentrer les tirs sur une seule cible, sans la resituer dans l’ensemble du paysage politique et en se refusant à envisager toutes les conséquences pratiques au cas où cette cible serait abattue.

Les tenants de cette espèce de snobisme politique sont en généra fort contents d’eux-mêmes et regardent avec condescendance l’électeur de droite moyen qui sait que le pire pour la France serait le retour de la gauche au pouvoir et qui prend tout simplement les moyens de l’éviter.

Ces nouveaux snobs, ces petits malins de droite ou du centre, ne s’avisent pas qu’ils se rangent plutôt dans la catégorie la moins recommandable, celle de ceux que Pascal appelle les demi-habiles (c’est-à-dire les demi-intelligents), qui ont l’esprit trop tordu pour s’en tenir à la rectitude du bon sens, et trop superficiel pour approfondir les questions jusqu’au point de retrouver la simplicité première.

A plus tard, pour mesurer les dégâts immédiats et irréversibles dans l’hypothèse de l’accession de la gauche au pouvoir.

" AVEC FROIDEUR ET LUCIDITE"

Les faits sont là, incontestables puisqu’ils sont l’expression du vote des Français.

-Il est incontestable que les sondages se sont plantés: ils nous annonçaient 30% d’abstention, mais les électeurs se sont massivement mobilisés, et l’abstention se situe à 19.6%, soit une erreur de plus de 10 points.

– Il est incontestable qu’ils se sont trompés sur l’estimation des intentions de vote pour le FN ; ils annonçaient 14 à 16%, le résultat se situe aux alentours de 18%.

– Il est incontestable qu’ils se sont trompés sur l’estimation Front de Gauche : Mélenchon apparaissait comme le troisième homme de cette élection avec des intentions de votes entre 15 et 16%, il réalise un petit 11% et termine quatrième de la course

-Il est incontestable qu’ils se sont trompés pour Bayrou, crédité de 10 à 11%, pour un résultat de 9%

Tout au long de la soirée électorale sur les diverses chaînes de télévision, j’ai entendu les sondeurs dire le contraire, en mettant en avant qu’ils avaient bien vu l’ordre d’arrivée des deux premiers, tout en oubliant de rappeler qu’ils donnaient dans leurs dernières moutures 4 points d’écart en faveur de Hollande au premier tour, écart qui n’est en réalité que de 1.5%( 28.6% contre 27.1%).

L’outrecuidance (confiance excessive en soi-même selon la définition du Larousse) étant une des qualités de ces messieurs, les voici aussitôt repartis pour nous donner le résultat du second tour, Hollande vainqueur avec 56% des voix.. Incorrigibles sondeurs !!

Dans un de mes récents billets, je fustigeais les sondeurs qui anticipaient et préemptaient le vote des français ; j’ avais , je crois ,bien raison.

Le second tour s’annonce difficile pour Nicolas Sarkozy. Plusieurs raisons à cela:

Le vote sanction et contestataire, qu’il soit de gauche avec le Front de Gauche, LO et NPA, ou de droite avec Marine Le Pen est bien réel: quasiment 29%, soit plus que les scores recueillis par Hollande ou Sarkozy.

Ces votes cumulés, n’ayant aucun rapport entre eux, aucune convergence ou concordance, sont des votes de défi, et arrivent en tête.


En y ajoutant le vote écologiste ( 2.1%), c’est presque un tiers du corps électoral qui sanctionne à la fois la présidence de Sarkozy et les propositions du candidat Hollande : Révélateur!! La France gronde et se rebelle, encore un fait passé sous silence par les sondeurs, qui n’avaient rien vu venir……..

Je souhaite maintenant faire un distinguo entre les prises de positions officielles des candidats battus et ce que feront les électeurs.

Nul n’est propriétaire des votes recueillis, et les consignes données seront ou ne seront pas suivies.

La gauche et l’extrême gauche, Bayrou et Marine sont dans des stratégies différentes, pour le second tour, voire pour le troisième qui pourra se jouer au moment des législatives ou ……..dans la rue.

On les appelle les « faiseurs de rois », ils seront courtisés, il y aura marchandages en coulisses bien qu’ils s’en défendent, mais il est à peu près certain qu’aucun de ceux que j’ai cité ne fera un pas vers Sarkozy.

De la gauche la plus large, c’est l’évidence même, de Le Pen c’est quasi certain, elle qui se voit comme la future leader de l’opposition et de Bayrou, avec ses petits 9%, ça ne pèsera pas lourd.

Il ne faut donc rien attendre des partis, qui ont matraqué sans relâche durant cinq ans le Président sortant.

Restent les électeurs. Que feront-ils, face à un choix entre deux politiques radicalement opposés, deux personnalités si différentes, deux conceptions de sociétés, deux idéologies gauche-droite? Nul ne le sait. L’addition des voix, l’addition des forces, ne font pas un second tour.


Durant les 15 jours à venir, les deux finalistes vont dérouler leurs programmes, et avec le débat prévu le 2 mai, la confrontation tant attendue par nous, gens de droite, aura enfin lieu.

Je me garderai bien de dire qu’il y aura un vainqueur et un vaincu dans ce débat, puisque c’est couru d’avance, chaque camp revendiquera avoir enterré l’autre. Mais au moins chaque électeur qui écoutera l’un et l’autre pourra se faire une idée de ce que sera notre pays après le 6 mai.

Il faudra donc beaucoup d’arguments chocs et beaucoup de persuasion de la part de Sarkozy pour retourner une situation qui est, avouons le, franchement défavorable au soir de ce premier tour.

Mais l’élection n’en est pas pour autant jouée d’avance. C’est un point sur lequel toute personne de bonne foi peut adhérer, d’ailleurs Hollande, ne s’y trompe pas, et malgré toute la peine qu’il a eu à cacher son « triomphe » d’hier, il ne cesse de répéter que rien n’est joué.

Un mot pour terminer sur les résultats audois. Le FN réalise d’excellent scores un peu partout, et termine second sur le département.

Est-ce vraiment une surprise? Au vu des précédents scrutins, non. Il conforte et accentue sa progression sur un terrain abandonné par l’UMP. Il ne progresse pas par la qualité de sa campagne puisqu’il fût quasiment silencieux ; il engrange, sans rien faire, les votes de mécontentement. Les « campagnes » (villages et bourgs) plébiscitent Marine, Narbonne et Carcassonne suivent le pas.

Ce ne peut être, non plus, une surprise, au vue de la « non campagne » mise en œuvre au plan départemental par les leaders de l’UMP, préoccupés qu’ils sont soit par les futures législatives, soit par la plus lointaine municipale Carcassonnaise.

Le résultat est là ; Sarko en trois derrière Marine Le Pen. C’est une triste première pour la droite Audoise traditionnelle : On perd 5 points par rapport au premier tour 2007, le FN en gagne 10 et le comble c’est que le PS stagne.

J’ai souvent dénoncé dans ces colonnes la « tiédeur », et je suis gentille ! , des dirigeants départementaux.


Je les invite à moins penser à eux, mais plutôt à penser aux électeurs qui les ont quitté, aux militants et aux électeurs qui malgré tout espère, et aux jeunes qui sur les trois circonscriptions se sont échinés dans une quasi indifférence à suppléer l’absence de leurs ainés ;

Je les invite aussi à bien réfléchir à leur stratégie, afin de préparer au mieux le deuxième tour, et à se garder de fustiger les uns ou courtiser les autres ;

Comprendront-ils un jour qu’avoir sa photo dans la presse et publier des argumentaires tout faits, ou rédiger des communiqués d’une inutile naïveté, ne remplaceront jamais le travail de terrain et le contact avec le plus grand nombre d’électeurs.

L’électeur n’est pas au service des politiques, c’est nous qui devons le servir.

Ces résultats me donnent la réponse : non, ils n’ont rien compris !!

"ROULETTE RUSSE"

A lire les derniers sondages et les derniers commentaires de ces trois ou quatre derniers jours, la France a voté et François est élu.

Le premier ministre s’appelle Jean Marc Ayrault( Martine qui déteste François, et vice-versa ,a été écartée)

Ségolène est présidente de l’Assemblée Nationale ( une dinde sur un perchoir, quoi de plus normal?), et toute la Cour qui piaille ( la basse cour?) se fait entendre à qui mieux mieux pour rafler une part du gâteau.

L’Assemblée Nationale a basculé à gauche, bien évidemment, et donc on peut joyeusement abroger toutes les lois votées précédemment par le Gouvernement Fillon pour rétablir les « droits » de ce pauvre peuple français qui vit sous le joug terrifiant d’une droite impitoyable, qui a mené le pays à la ruine, à la misère la plus noire, lui ôtant même le droit de s’exprimer……………..

Oui, sauf que…………..nous votons dimanche pour le 1er tour, 15 jours après pour le second, et les législatives seront en Juin.

Cette anticipation à se voir si beau contraste sérieusement avec l’impréparation totale du programme du candidat socialiste. A chaque jour, un rajout pour faire plaisir à Mélenchon, à Joly, faisant du projet de François, un fourre-tout des plus démagogiques, des plus dispendieux, et des plus irréalisables qui soient.

Dans l’ombre, silencieuses, les agences de notation préparent elles aussi l’annonce de leurs cogitations. Elles sont trois, toutes sur la même ligne de pensée, pas besoin de vote, et rendront leur sentence sous peu.

Le FMI a déjà mis en garde, à mots à peine voilés, et annonce pour ceux qui n’auraient pas encore compris, que la tempête se lève à l’horizon . La bourse déprime, anticipant un vote à gauche, au cas où…….

Et François, guilleret, pavoise, tout heureux de constater qu’au jeu de la roulette russe, nombreux seraient ceux prêts à appuyer sur la détente du revolver pour se flinguer en chantant l’Internationale………… . Si vous êtes de ceux là, libre à vous de quitter ce monde pourri que les socialistes vous présentent, à grand renfort de désinformation, de mensonges et de promesses.

Si vous pensez le contraire, ne vous laissez pas voler votre droit à voter.

Dimanche, dans l’isoloir, vous serez encore libre ce choisir la voie de la France Forte.

"VOUS AVEZ DIT LA REILLE …?"

Extraordinaire, fantastique, surréaliste, et ….d’une inconscience inquiétante ;


La société Lidl devrait s’implanter dans quelques mois dans une zone résidentielle située entre les jardins de la Reille et le pole d’échanges scolaires de Grazailles.

Site qualifié de stratégique par les intéressés qui projettent l’ouverture d’une surface commerciale de 1400 mètres carrés (quand même), par cette action va s’ouvrir de fait, l’implantation d’une énième zone commerciale sur le territoire de la commune de Carcassonne.

Apres, Moreau, Lanollier,I II , la ferraudière I et II, l’Estagnol, St jean de l’Arnouze l’Arnouzette, Cité 2, Salvaza, la Bouriette , Berragne, il y aura La Reille.

Il n’y aura plus qu’à finir le contournement de la ville, entre la Cite de Carcassonne, le lycée Charlemagne et le futur ancien hôpital, avis aux amateurs…et aux « déménageurs du territoire »

C’est un fait avéré, et je le déplore puisque de 1995 à 2008 je fus une élue municipale, mais sur le plan développement économique et commercial, la ville de Carcassonne d’abord et puis ensuite l’agglo de Carcassonne qui a acquis cette compétence à partir de 2002, personne en leur sein n’a jamais été capable avec ses partenaires institutionnels d’organiser un schéma cohérent et pérenne ;

Sur ces sujets (aménagement du territoire, developpement économique) les seuils d’incompétences ont été franchis et pour le coup nous constatons un beau « b….. » nous assistons a un beau gâchis, et ça continu malheureusement.

On envisageait jusqu’un passé récent, une grande enseigne de vêtements entre la bibliothèque et la halle à la volaille

Je ne sais quel évènement a fait disparaitre ce projet qui frisait l’outrance, et qui fait s’interroger sur l’avenir et l’utilisation de la place d’Eggenfelden.

Mon avis et que face à l’exode des commerçants en zone industrielle, y compris ceux qui viscéralement attachés au centre ville sont obliger de s’expatrier en périphérie et si l’on veut sauvegarder un minimum d’activité commerciale en centre ville, et en l’abscence de shéma cohérent d’aménagement, il faut conserver à cette place pour l’instant une vocation de stationnement.

Quand aux halles centrales, laissons les effectivement disponibles pour accueillir diverses manifestations.

Dans cette ville on fait pour faire… et aujourd’hui plus que jamais, ici on plante des vasques , là on arbore, plus loin on refait 150 mètres de voirie, plus loin on envisage des pistes cyclables, on annonce des chiffres , on balance des budgets, mais quid d’un plan de circulation, d’un schéma d’aménagement du centre ville, d’un plan d’aménagement urbain ?point… rien .. nada .. res !!. on dépense, on saupoudre, on inaugure, on est en photo dans le journal, on passe à la radio, et on est content.

Cela n’est pas une démarche responsable à long terme, ce n’est pas une façon de faire, ce ne serait pas ma façon de faire.

Carcassonne est une Bastide pleine de caractère, elle accueille grace à la Cité des milliers de touristes, elle posséde un centre ville avec un potentiel aménageable extraodinaire et une offre commerciale interressante, mais ce centre ville est vidé petit à petit de sa substance par des actions au coup par coup et sans ambition.

Je me suis déjà exprimée sur ces sujets à plusieurs reprises mais Lidl à La Reille, c’est le summum de la connerie…, l’étincelle qui fait déborder le vase, la goutte d’eau qui met le feu aux poudres, à moins que le célèbre discounter ne se fasse ravitailler en légumes par les jardins familiaux tout proche, une façon de raccourcir les circuits entre producteurs et consommateurs…

" EN VOTRE ÂME ET CONSCIENCE !"

Dimanche prochain, la France est appelée aux urnes.


Dimanche prochain, tous les sondages, tous les commentaires, toutes les analyses des « experts », toutes les supputations,seront mises entre parenthèses, pour laisser aux électeurs la responsabilité d’un choix.

Ce choix est primordial pour l’avenir de notre pays, car il engage notre destin commun pour les cinq années à venir. Ce choix devrait porter sur les fondamentaux, à savoir quel modèle de société voulons nous?, quelle place pour le pays au sein de l’Europe et du Monde?, quelle civilisation voulons nous défendre?

Ce choix décidera du sort qui nous est offert : d’un côté on nous propose une France qui se retourne avec nostalgie vers le 20ieme siècle, une France Mitterrandienne qui ne jurait que par le partage, l’égalitarisme, les bons sentiments, le rêve utopique d’une société humaniste et généreuse, qui promettait tout ( 110 propositions) avant de faire marche arrière toute deux ans après l’élection de F.Mitterrand.


C’est en 1983 qu’apparût le terme de « nouveaux pauvres ».Ils furent engendrés par la calamiteuse loi sur les 35h, dont nous subissons encore les conséquences.

Hollande nous fait cette fois ci 60 propositions, dont quelques unes emblématiques : retour à la retraite à 60 ans, embauche de 60 000 fonctionnaires, taxation à 75% des hauts revenus, suppression du quotient familial, arrêt de 24 réacteurs nucléaires, droit de vote aux étrangers, légalisation de tous les clandestins…….et je m’arrête là.

Ce programme, intenable, infinançable sauf à doubler tous les impôts de tous les Français, ne repose que sur des dépenses, des ponctions sévères dans les budgets de tous les ménages, jamais sur des économies.

Pas un mot, ou si peu, sur la façon dont il réduira la dette abyssale du pays, pas un mot sur la nécessaire réduction du train de vie de l’Etat et des collectivités régionales toutes détenues par la gauche , mise à part l’Alsace.


Toutes les questions fondamentales économiques et financières sont passées à la trappe.

Elles sont remplacées par le rêve, les promesses démagogiques, et toute la campagne de ce prétendant n’a consisté qu’à démolir l’oeuvre entreprise en France et en Europe par le président Sarkozy.

L’anti- SARKOZY a été et reste son seul et unique programme : abattons le sortant pour que nous, socialistes prenions sa place, et détenions tous les rouages de l’Etat. Cela s’appelle la soviétisation d’un pays. Ils sont en cela bien aidé par un Mélenchon révolutionnaire qui veut couper des têtes comme son modèle Robespierre. Et le pire est qu’il se trouve des centaines de milliers de gogos pour croire et soutenir ces fadaises.

Et le pire du pire, rendez vous compte !!, voici que j’ai lu que J.C.Perez pourrait être ministre !! C’est dire la profondeur de jugement des socialistes !

De l’autre côté, nous avons le président sortant. Quoique les bataillons de gauche puissent dire et affimer mensonges à l’appui, (politiques, syndicats, intellectuels, bobos,artistes, et autres tous faisant partie de la caste des privilégiés), Sarkozy a su gérer la crise financière, sauver l’euro, sauver nos banques et donc nos économies, contenir le chômage à 17% de hausse, alors que dans les pays voisins et limitrophes il a explosé littéralement. Regardons la Grèce, l’Espagne, le Portugal………

Voulons-nous rejoindre ce train de wagons brinquebalants?


Le bilan de Sarkosy est bon, malgré qu’il soit en deçà de ce qu’il nous avait promis.

Mais qui parmi les grands « experts » qui plastronnent sur nos petits écrans, qui parmi la Cour de Sa Majesté Hollande, qui parmi les spécialistes grassement payés et largement inféodés à la gauche caviar, avait prévu la crise?

Qui a pris la parole pour donner des solutions pendant que Sarkozy bravait la tempête ? Qui a refusé toutes les lois sécuritaires, la loi sur le voile, la règle d’or? Se faire élire comme chef d’Etat avec comme leitmotiv les mots riches, yacht, Fouquet’s, est indigne d’un peuple comme le nôtre.

N.Sarkozy nous a démontré qu’il était fort, courageux, tenace, lucide, républicain, et avait une vision juste pour continuer à sauvegarder nos intérêts majeurs, notre souveraineté, notre indépendance, notre liberté.

Nous allons affronter une période extrêmement difficile.

Nous aurons à faire des sacrifices, si nous ne voulons pas sombrer comme d’autres pays, faute à ses dirigeants de ne pas avoir tenu un langage de vérité.

Nous savons où nous allons avec un Président qui a fait ses preuves, et qui n’a jamais endossé le costume de bonimenteur.

Le temps de faire un choix responsable est arrivé. En votre âme et conscience, pour ce pays que nous aimons tant, pour nos enfants et petits-enfants, ne succombez pas aux chants des sirènes. Mobilisez vous, réfléchissez bien avant de céder à la colère, à la vengeance, au vote sanction, à l’abstention.


Votre choix vous engage, votre bulletin scellera le sort de la France……………

(Image d’archive la campagne pour les présidentielles en 2007)