"IL A RENVERSE LA TABLE, LES TABOUS ET LES FAUX-CULS !! "

Comment ne pas être enthousiasmé par le discours de Villepinte, plein de courage, de vérité et de franchise?

Nous attendions un signe fort, un cap et une re-mobilisation : nous avons tout eu dans une ambiance électrisée par 60 à 70 000 personnes venues chercher l’espérance, pour la France, pour la victoire !

Nicolas Sarkozy a tout renversé, brisé les tabous, enjambé le politiquement correct, et renvoyé dans les limbes du néant les faux-culs moralisateurs, ,les hypocrites et les menteurs !!


L’Europe, si décriée et parfois à juste titre, fût le socle de ce grand discours. La France, sans l’Europe, ne saurait exister dans le concert des Nations. Mais l’Europe sans la France ne serait qu’un tabouret bancal. Et parce Nicolas Sarkozy a constaté que l’Europe est trop souvent impuissante, figée dans un immobilisme destructeur, il a donné un grand coup de pied dans cette fourmilière de technocrates ronronnants.


Il était temps !!

Puisqu’on a si souvent dit que notre souveraineté était paralysée par des décisions communautaires, par des interdits législatifs ou réglementaires, notre candidat a décidé de s’attaquer aux problèmes des responsabilités fondamentales, et a donc annoncé qu’il ferait bouger les lignes sur l’immigration, les attributions des marchés publics, et la préférence européenne intra communautaire

Il l’a dit : l’Europe à ses frontières est une passoire, l’espace Schengen ne fonctionne pas, ce qui nous condamne à recevoir toute la misère du Monde.

Il faut donc un gouvernement politique de la zone Schengen comme il y a un gouvernement de la zone Euro. Il faut donc renégocier ce traité, et sans accord sur ce sujet dans 12 mois, la France prendra ses responsabilités en fermant ses frontières.


De même, il prône un Buy Européan Act, sur le modèle du Buy Américain Act, pour que les entreprises qui produisent en Europe bénéficient de l’argent public européen. La libre concurrence, oui, la concurrence déloyale, non. Sans accord sur cet autre point, la France fera cavalier seul !

J’ai enfin retenu, parmi bien d’autres choses, que Nicolas Sarkozy voulait que les entreprises européennes bénéficient d’une part des marchés publics.Et là encore, sans accord, nous le ferons seul !


Notre président a aussi repris quelques thèmes développés précédemment : les retraites, le nécessaire équilibre entre droits et devoirs, la sanction nécessaire pour les profiteurs les tricheurs et les fraudeurs, et a fustigé une gauche qui regarde l’avenir dans un rétroviseur.

Ah, certes, ce n’est pas un Hollande qui aurait pu prononcer un tel discours . Il lui aurait d’abord fallu trouver les idées, avoir le courage de les annoncer, avoir le tempérament pour affronter les dirigeants européens dans des discussions qui seront rudes, et lancer l’ultimatum : on bouge ou on crève !!

Sarkozy se soucie de la France, des Français, de l’avenir de notre jeunesse, pendant que Hollande prépare les prébendes pour son clan, ses amis, ses courtisans.


Quel abîme entre ces deux visions du pays !


Nous savons désormais qu’entre un capitaine à la barre, et un petit bouchon rondouillet ballotté par les flots changeants, le bon sens impose un nouveau quinquennat pour Nicolas Sarkozy


Et permettez moi de dire, comme notre cher Nicolas, que s’il se trouve, et il y en aura, des gens qui n’aiment pas ce billet, JE M’EN MOQUE !!!