« PAS UN POUR RACHETER L’AUTRE »

Un très long rapport parlementaire sur l’argent caché des syndicats vient d’être rendu public. Edifiant !!

Nous apprenons que tous syndicats confondus ( public, privé, syndicats ouvriers, patronaux, agricoles), perçoivent 4 milliards d’euros PAR AN de la collectivité, pour 8% de syndiqués, soit presque l’équivalent du budget de l’Enseignement Supérieur

En résumant les grandes lignes de ce volumineux pavé, ,je laisse à l’appréciation de mes lecteurs les points suivants:

  • le syndicalisme Français, peu représentatif avec 8% de salariés ,a le taux le plus bas de l’Union Européenne.
  • les cotisations représentent une part infime des budgets syndicaux, 3 à 4 % alors qu’ailleurs en Europe, elles se chiffrent à 80%
  • le tableau dressé par les parlementaires est ébouriffant : mécanismes de financement structurellement opaque, absence de prise en considération des mises à disposition de personnels et locaux, dérives à tous les niveaux…..etc….
  • la publication des comptes des syndicats ( loi d’Août 2008) n’a jamais été demandé par les gouvernements depuis la création des syndicats en ………1884 !!
  • EDF, Air France, RATP, Police Nationale, Education Nationale, FNSEA, France Télécom, pour ne citer que quelques noms, bénéficient tous d’indemnités forfaitaires, de prises en charge de secrétariat, de voyages d’études, bref, tout le monde « en croque ».
  • au total, les députés évaluent le coût de la représentativité syndicale dans le secteur privé à 1,6 milliards d’euros!
  • les revenus financiers des confédérations syndicales en 2010 s’élèvent à 347,5 millions d’euros pour la CFDT, 55.6 millions pour la CGT,23.3 millions pour FO,20.7 millions pour la CFDT, 10.9 millions pour la CGE-CGC, 7 millions pour l’Unsa.
  • au plus fort de la crise, les confédérations affichent une santé insolente ; toutes les centrales sont propriétaires de vastes locaux parisiens : le siège du Médef est valorisé à 24 millions d’euros, l’UIMM dispose d’un trésor de 505 millions, la CFDT estimes ses « économies  » à 350 millions, la CGT à 42 millions.

La crise n’est pas pour tout le monde !! Les silences complices de tous les gouvernements qui se sont succédés depuis l’après guerre, dans le seul but d’avoir une paix sociale, est proprement scandaleux. On ne bâtit pas une nation solidaire sur le dos du peuple, on ne doit pas mentir à ce point aux Français.

Avec le recul et ces révélations dynamitesques, on comprend mieux pourquoi la réforme des retraites est passée quasiment comme une lettre à la poste : tout le monde se tient par la barbichette, et malheur à celui qui la ramène !!

Ajoutons à tout cela qu’aujourd’hui, les agences de notations se font de plus en plus menaçantes sur la pérennité de notre triple A. Le système financier mondialiste spécule sur la santé financière des états européens, et veut nous faire payer la crise.

Puisque les économies sont à l’ordre du jour, je propose au futur Président de la République, quel qu’il soit, de mettre un grand coup de pied dans cette fourmilière syndicale, privée et publique, afin de récupérer ces 4 milliards qui nous font si cruellement défaut . ( 10% d’économie sur ce budget rapporteraient l’équivalent de deux taxes « sodas »)

Pour conclure, je ne résiste pas à vous faire partager une citation de Thomas Jefferson, Président des Etats Unis, datée de …..1802, qui m’a été envoyée par un de mes amis :

 » Je pense que nos institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour , des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis « 

Oui, vous avez bien lu : 1802 !!