CHERCHE FEMME DESESPEREMENT

 » Cherche femme désespérément « 

Jean Ferrat nous l’a chanté si souvent: « la femme est l’avenir de l’homme »

Il semble, en ces temps difficiles pour l’UMP audoise, et plus particulièrement carcassonnaise, que ce refrain ait un regain d’actualité.

M’étant momentanément mise en retrait de la vie politique, je constate à la lecture de la presse, que mon absence de la scène semble avoir créé un vide qui désespère les leaders du parti présidentiel. Rassurez vous, Messieurs les commentateurs, cette affirmation ne correspond en rien à une poussée d’orgueil, qui serait pour le moins déplacée.

Il s’agit d’un constat, étayé par ce qu’il m’arrive de lire ici ou là : ainsi, dans un sondage ( !!!) publié par le Magazine, mon nom a été glissé dans une liste et proposé comme candidate éventuelle à la députation.

Ailleurs, je m’amuse en lisant tout ce qu’on me fait dire, et rougis de modestie en découvrant toutes les qualités que j’ai pu avoir lorsqu’il s’agissait  » d’aller au charbon », qualités aussitôt mises sous l’éteignoir lorsqu’on a voulu me dégager.

Tout ceci me conduit aujourd’hui à mettre les choses au clair et rafraîchir la mémoire de certains


En 2007, j’ai mené campagne pour l’élection de N.Sarkozy. Je ne l’ai pas fait à moitié, les militants peuvent en témoigner. Puis, investie par mon parti, je suis allé affronter J.C.Perez.

Je puis dire que rien ne m’a été épargné alors : un soutien de façade de la part de G.Larrat, une candidate du centre habilement mise  » dans mes pattes » pour me faire trébucher, et entre les deux tours, des consignes de ceux qui étaient censés me soutenir appelant à voter Perez.

Par la suite, au moment des régionales, alors que j’étais conseillère sortante et que mes adversaires socialistes menés par G.Frêche reconnaissaient avec une franchise qui les honore que j’avais été une excellente conseillère régionale, mon parti m’excluait de la liste. Je précise aujourd’hui que cela fût organisé avec la bénédiction de R.Couderc et de Michel PY.


Le temps a passé. Les magouilles demeurent.


Suite à un redécoupage scandaleux fait sur mesure pour que M.Py ait quelques chances de l’emporter, ce dernier vient d’être choisi, sans surprise, pour être candidat aux prochaines législatives sur la deuxième circonscription.

Bresson a été intronisé sur la troisième circonscription, puisqu’il est président départemental , la première circonscription ( celle de Carcassonne) a été mise en attente, Paris souhaitant une femme comme candidate au nom de la parité.

Une femme? mais qui va-t-on y mettre? Et soudain on se souviennent de mon existence. Comme par enchantement on redécouvre mes « qualités », mon « excellent résultat » de la dernière élection, allant même d’après ce que j’ai lu, soutenir cette possibilité de m’investir auprès de J.C.Gaudin.


Jeanne d’Arc serait donc de retour: Après l’avoir brûlé sur le bûcher des petites combines entre amis, n’y aurait-il pas moyen de la faire renaître de ses cendres?


Carcassonne bruisse de rumeurs, les journalistes cherchent à me joindre, me posent des tas de questions……

A propos de questions, je pose celles-ci : Pourquoi la première circonscription a-t-elle été choisie pour la parité féminine?

Parité, terme, sur lequel, quand il est est utilisé par des politiques, il y a beaucoup à dire surtout quand celle-ci est érigée en principe, et qui fait que les partis politiques réservent la plupart du temps une circonscription ou un poste pour une femme non pour ses compétences ou ses qualités, mais par une condescendance coupable teintée de machisme et d’hypocrisie. . Vous avez dit parité mais alors pourquoi pas sur la circonscription de Py ou de Bresson? Pourquoi veut-on empêcher G.Icher de montrer toutes ses qualités en le laissant aller au combat en tant que chef, et non par défaut de candidature féminine?

Sans doute aurais-je les réponses en lisant la presse, puisque c’est là que tout se dit, tout se fait, sans tenir compte de ce que pensent les intéressés concernés……ou non!

Mon cher Gilles, je te laisse sans aucun regret la place pour nous mener à la victoire. Je ne veux pas être, encore, celle qui contrarie les plans élaborés dans de sombres arrières –cuisines, le fussent-ils par les stratèges parisiens, qui ont montré comme chacun a pu s’en rendre compte sur Carcassonne toute leur clairvoyance, et leur efficacité.

Ainsi sont faites les femmes! Elles aiment la clarté, la vérité, et détestent être trompées. En un mot comme en cent, JE NE SUIS PAS CANDIDATE AUX LEGISLATIVES.

Mais l’actualité politique réserve toujours des surprises inattendues ;

Tandis que l’UMP cherche une femme sur la première circonscription, Le PS par le communiqué de Jean Claude PEREZ ironise sur la candidature interne de Jeannette DRISS « candidate autoproclamée et sans expérience » pour l’investiture politique pour les prochaines législatives.

A croire que c’est à qui sera le plus macho ou le plus cynique dans cette histoire.

C’était à Trèbes le 4 juin 2007 à 18h29