BUBBLE-GUM

Le bubble-gum est un dérivé du chewing-gum, bubble signifiant en anglais, bulle.

Les caractéristiques de cet avatar sont les suivantes: d’un aspect à priori solide, cette pâte à mâcher devient molle sous la dent. Collante aussi. Elle libère son sucre mielleux, procurant une satisfaction gustative mais évanescente rapidement.

Reste alors un machoullis insipide, dont on peut se débarrasser en le crachant, ou alors, la possibilité d’en faire des grosses bulles en soufflant dedans. La bulle gonfle, gonfle, gonfle, jusqu’à vous péter dans la poire. Il est alors très très difficile de l’ôter de son visage, et vous ressemblez à un masque de carnaval, à l’insu de votre plein gré, comme disait l’autre.

Ce produit bénéficie d’un marketing bien étudié: bien qu’il ne serve à rien, on le teste avec un panel de consommateurs, trié sur le volet.

Mélangé avec d’autres, dont la seule différence est la couleur, on fait voter les chalands pour désigner le meilleur. Une fois élu, le produit bénéficie alors d’un merchandising agressif : on le place en tête de gondole, on ne parle que de lui, on le fait passer à la télé en prime -time un jour sur deux, et bien entendu, à force de matraquage publicitaire, ce produit est acheté par les gogos qui ne réfléchissent pas.


Non seulement ce produit est nocif pour la santé à cause de tout le sucre qu’il contient, mais en plus il altère le pouvoir d’achat puisqu’on procède à une dépense dont on peut largement se dispenser. Hélas, une fois le paquet dans votre caddie, vous en avez pour un quinquennat d’indigestion, et les regrets durent bien au-delà.


Je ne sais pas pour vous, mais moi, le bubble me fait penser à François. Vous savez, celui qui vient de dire: « Je ne suis pas un contre -Président, je suis le prochain Président ! « 

Attention François , la bulle va te péter dans la gueu…….

Attention Français, n’en soyez pas les victimes collatérales !!