"ALEGRIA" A L’ESPACE JEAN CAU

La 11e édition de la feria, dans sa partie toro a débuté hier matin, vers 11 h 45, par une novillada sans picador.

Quatre apprentis toreros figuraient au cartel, face à du bétail de Bonnet, élevage gersois. Carlos Garcia, Victor Alvarez et Sofianito, sont rentré bredouille; Le triomphateur a été le novillero biterrois « El Tolosa

On attendait hier matin, Dorian DEJEAN, mais il a été en dessous de son toro. Tout le monde espérait pourtant le triomphe de l’Audois;

Son suivant, Luis-Miguel Castellano, un colombien suivi et dirigé par Campuzano, a tiré le meilleur de son toro

José Luis Moreno, lui n’a rien obtenu

Le palco du jour et le jury ont choisi de proclamer Luis-Miguel Castellano triomphateur du trophée JEAN CAU et de lui offrir une place au cartel de la piquée de 2012.


El Tolosa, triomphateur de la veille devra patienter et entretenir son réel potentiel, pour figurer aussi au cartel. Sait-on jamais.

C’est sur un score de parité que s’est achevée la novillada piquée d’hier soir, deuxième spectacle taurin de la feria, avec un total de trois oreilles coupées, une par chacun des toreros engagés, avec six élevages de toros français : Los Gallos, Gallon, Jalabert, Piedras Rojas, Pagès-Mailhan et Camino de Santiago, le cartel se composait de : Thomas Cerqueira (une oreille et applaudissements), Mathieu Guillon (une oreille et vuelta al ruedo) et Juan Leal (silence, oreille).

Le bar des Arènes, c’est l’occasion de discuter ferme sur les qualités des torros et la prestation des toreros mais c’est aussi le moment de détente ou on peut retrouver les amis

Pour la corrida formelle de ce Dimanche,la commission Municipale Taurine avait souhaité que soit respectée une minute de silence à la mémoire de Georges BONNAFOUS et de Bernard BUETAS, en hommage de leur action pour le maintien de la tradition taurine à Carcassonne; cela fut fait avec solennite et beaucoups d’émotion.

En cet après-midi, les Arènes étaient pleines, le temps magnifique, et les aficionados impatients et se demandant si après la Corrida de 2010, ils allaient pouvoir revivre sur la place de Carcassonne une aussi belle journée que l’an passé.

Rarement en tauromachie les triomphes d’un élevage de toros sont répétés. Et pourtant, c’est le pari risqué qu’a fait l’empressa des arènes de Carcassonne en reprogrammant pour la deuxième année consécutive l’élevage de Torrestrella. Et le miracle s’est produit.


Tandis qu’en 2010, la corrida fut considérée exceptionnelle, celle d’hier soir fut un cran au-dessus encore. Qu’on en juge, les trois toreros engagés, Antonio Barrera, David Mora et Medhi Savalli ont coupé la bagatelle de huit oreilles !

Alors, une question se pose. La présidence fut-elle généreuse, ou les circonstances ont-elles nécessité pareille moisson de trophées ? Force est de constater que la seconde proposition est la bonne. Sur six toros, quatre furent exceptionnels dans leur comportement, donnant aux toreros la possibilité de s’exprimer à plein. Chacun dans son registre.

Les trois Maestros ont bien mérité de leur triomphe,

Mais l’afficion a aussi triomphé à CARCASSONNE,

Alors « suerte » et à l’année prochaine