UNE HONTE POUR LA DEMOCRATIE…

Une nouvelle étape dans la bassesse a été franchie avec l’affiche du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) qui détourne honteusement une photo dans l’unique but d’assimiler Nicolas Sarkozy à Adolf Hitler, et ceux qui soutiennent le Président de la République aux nazis !

Quand on a rien a proposer, la connerie prend toujours le pas sur l’intelligence…

Il y a vraiement de quoi être fier.

PRES DE CENT PERSONNES POUR LES CONFERENCES DE LA SOCIETE D’ETUDE SCIENTIFIQUES DE L’AUDE (SESA)

Deux conférences en cette après midi du Samedi 19 Février organisées par la SESA (société d’Etude Scientifiques de l’Aude)


-d’abord celle d’Olivier LANGLOIS

A la manière d’une enquête policière l’orateur nous emmène dans le monde plein de secrets de la diplomatie médiévale. Gauthier Langlois est enseignant à Carcassonne et historien. Il est l’auteur d’une biographie d’Olivier de Termes (2001) et du scénario de la bande dessinée l’Aude dans l’histoire (2006). Il a participé à de nombreux ouvrages collectifs.

-Ensuite celle de Jean-Louis Bonnet intitulée « De la Tour Grosse au Jardin du Calvaire » (Carcassonne).



A l’angle sud-ouest de la Bastide, une imposante tour construite en 1359 assura la défense jusqu’aux guerres de religion.

La Tour grosse devint un bastion dans les années 1590 et servit ensuite à l’installation de moulins. En 1825, à défaut de pouvoir acheter un local aux pénitents, l’association du Calvaire utilisa une grande partie du bastion qui appartenait à la famille Cazaintre. Ce projet empêcha la démolition probable de l’ouvrage fortifié.


Le chanoine Jean Cazaintre (1758-1830) dirigea les travaux sur des plans dressés par les architectes Champagne. Les meilleurs sculpteurs et plâtriers réalisèrent les stations du Chemin de Croix. L’évêque racheta le bien en décembre 1830 et le donna ensuite au chapitre cathédral (février 1847).


Le jardin, devenu propriété municipale en 1908, sera loué à un jardinier avant de bénéficier d’un entretien paysager et de devenir un site botanique riche en espèces méridionales.


On ne présente plus Jean-Louis Bonnet qui a écrit plusieurs livres d’histoire, en particulier sur les monuments et immeubles de Carcassonne et qui assure avec beaucoup de disponibilité des visites des lieux historiques de la ville. Le livre sur le marbre de Caunes-Minervois auquel il collabore devrait être publié sous peu.

Il ne pourra malheureusement pas proposer une visite de ce bastion à l’issue de la séance comme cela avait été prévu, faute de n’avoir obtenu aucune réponse de la demande qu’il avait formulé auprès de la Mairie, au grand désarroi des quelques 80 personnes qui ont assisté à ces conférences.

((/dotclear/images/SESA.JPG

ASSEMBLEE GENERALE DES VIGNERONS INDEPENDANTS

L’assemblée générale des vignerons indépendants de l’Aude est toujours un temps fort dans l’année sociale.

Cette fédération née il y a trente six ans , compte 500 adhérents, conduite depuis deux ans par Jean Marie FABRE successeur de Jean Louis ALAUX, s’exprime toujours dans la clarté, et la responsabilité.

La réunion de ce Vendredi 11 février n’a pas dérogé à la tradition.

Devant un parterre d’adhérents et de politiques venus nombreux garnir les sièges de l’amphithéâtre du domaine universitaire d’Auriac , Jean Luc FABRY Directeur de la fédération, Michel Issaly président national des vignerons indépendants, Anne Marie CHARVET prefet de l’Aude et Jean Marie FABRE se sont succédés à la tribune.

Le président Jean-Marie Fabre « savoure presque cette période », avec la reprise constatée des cours du vin à la hausse et cette « période conjoncturelle favorable ».

Mais il ne s’enflamme pas. « Nous pensons que ce côté conjoncturel va durer sur les deux campagnes qui arrivent. C’est à la fois dû à une baisse conjuguée de la production régionale et mondiale, et une consommation mondiale du vin en hausse. Mais pour autant, il ne faut pas s’enflammer. Les vignerons doivent profiter de ce laps de temps pour récupérer les parts de marchés perdus.

La réforme de la politique agricole commune (PAC) pour 2013 a longuement entretenu les débats.

Tous les intervenants ont plaidé en faveur de l’instauration de deux piliers d’aides pour la viticulture. Le premier serait dédié à l’accompagnement des exploitations pour leur permettre de s’adapter aux modifications des marchés. Le second participerait au développement rural et à l’aménagement du territoire.

« Nous voulons une PAC modulable, forte et compréhensible », a résumé Jean-Marie Fabre. Avant d’avertir : « Pour cela, nous devons ne pas être absents de la table des négociations. La filière viticole doit être intégrée. »

Anne Marie CHARVET prefet de l’Aude s’adressa aux viticulteurs présents certes, mais a l’ensemble de la filière viticole;

Elle le fit droit « droit dans les Yeux » .

l’heure est venue de prendre des bonnes dispositions selon le représentant de l’État.

Pour être les meilleurs, il faut parler d’une seule voix dans le cabinet du ministre de l’Agriculture, c’est dautan plus nécessaire que la grande majorité des représentants nationaux sont des Audois ;

« L’heure est venue d’une grande revolution dans la gouvernance de la profession et créer l’unité pour mieux se faire entendre sur le plan national et europeen »

C’est sur ce thème de la réorganisation qu’Anne-Marie Charvet, préfet de l’Aude, a créé la surprise et recueilli des applaudissements nourris.

Pour la viticulture, elle a prôné l’idée d’une seule interprofession : « Bio, pas bio, bulles pas bulles, cinq interprofessions, ça fait rire tous nos concurrents ! », a t-elle dit avant d’aller plus loin et de demander aux vignerons « d’en finir avec une certaine cacophonie » qui est très mal perçue par le ministre Bruno Lemaire, avant la grande négociation sur la future PAC (politique agricole commune 2013-2020).

Elle leur a demandé de « bousculer les pères et les pairs ! Bousculez les vieux. Gagnez pour vous, pour votre département. » Phrase qui valait aussi pour le problème majeur de l’eau dans l’Aude, avec le projet Aquadomicia et la multiplicité des syndicats mixtes…

A la suite de ces interventions, l’assemblée générale poursuivit son ordre du jour sur les questions statutaires.

Sur un prochain billet, nous publierons l’integralité de l’intervention du président Jean Marie FABRE

CONFERENCE SUR LE COMPAGNONNAGE

Sous ce titre, la conférence organisée par l’association des membres de l’Ordre National du Mérite, à l’initiative du Président du comité de Carcassonne Jacques MIQUEL, qui s’est déroulée dans les salons de l’hôtel Bristol au restaurant «Le Badiane » Vendredi dernier.

Brillantissime présentation réalisée par Monsieur François ICHER, professeur agrégé, docteur en histoire, qui a permis de découvrir et de mieux comprendre ce mouvement ouvrier original qui depuis des siècles et de nos jours encore véhicule une philosophie du travail.

François Icher est né en 1958. Professeur agrégé, docteur en histoire, chargé de mission à l’Inspection Académique de l’Aude et au Rectorat de Montpellier, il est également chercheur associé au CNRS (laboratoire FRAMESPA, université de Toulouse 2). A l’âge de vingt et un ans, dans le cadre du Centre National de Documentation Pédagogique, il publie son premier ouvrage consacré à la vie d’un compagnon menuisier audois du XIXe siècle. C’est le début d’un long parcours et d’une passion entièrement dédiés à l’univers des compagnons.

A noter que le Comité Carcassonnais prépare une nouvelle conférence sur une personalité locale le compositeur Paul LACOMBE Cette conférence sera animée par Martial ANDRIEU.