ISABELLE CHESA PRESIDENTE DU GIP

Nouvelle délégation importante pour Isabelle qui en remplacement de MEGABAR devient la nouvelle Présidente du GIP.

Comme à so habitude Isabelle ne choisit pas la facilité dans le cadre de son mandat électif.

Déja investi de la charge des associations et des hameaux elle devient aujourd’hui un acteur de la politique de la ville dans le cadre de cette nouvelle responsbilité

ASSEMBLEE GENERALE ET REPAS AU FOYER DE L’AGE D’OR

C’est encore une fois sous la bienveillante autorité de son Président Monsieur PAGES que l’association  » l’âge d’or » a tenu son assemblée générale.

Association hyper organisée aux multiples activités, qui connaît un nombre croissant d’adhérents et qui malgré tout comme le rappelait Isabelle CHESA n’est pas consommatrice des deniers publics puisqu’elle ne bénéficie d’aucune subvention municipale.

C’est très bien d’être autonome précise son président  » mais il ne faut pas oublier que nous sommes hébergés dans des locaux municipaux et que nous bénéficions des interventions et de l’aide de ses services techniques ».

Trois élues de la municipalité en la personne de Nicole FOULQUIER et Annick MARTINI , conseillères municipales déléguées et Isabelle CHESA Adjointe au Maire en charge des associations et qui travaillent en parfaite harmonie , honoraient de leur présence le repas qui a suivi l’assemblée générale , au cours de laquelle le Président PAGES et son équipe ont été sollicités pour un nouveau mandat.

LOUIS ANDRIEU A SA PLACE A VILLALBE

Inhabituelle animation sur la petite place du hameau de Villalbe qui accueillait ce mardi les autorités de la municipalité de Carcassonne pour la plaque dédiée à Louis ANDRIEU, Nom que portera désormais la place du vieux village du Hameau de VILLALBE.

Ce menuisier athipique et original a occupé de 1983 à 1995 les fonctions de conseiller municipal au coté de Raymond CHESA durant deux mandats consécutif.

Après que le maire Gérard LARRAT eut rendu homage à l’Homme en présence de sa veuve Angèle de son fils Martial et de son frère Pierre,

son fils dans un discours chaleureux et plein d’humour retraça la carrière de l’homme public qui aimait à se baptiser  » Maire de Villalbe »

Nous reproduisons in extenso ses propos ci dessous:

Discours prononcé le 28 avril 2009 par Martial Andrieu, à l’occasion de l’inauguration de la Place Louis Andrieu, à Villalbe (Aude)

Monsieur le maire, chère Isabelle Chésa, mesdames et messieurs les élus, monsieur le Président du comité carcassonnais de la FNACA et sa délégation de porte-drapeaux, mon adjudant-chef Patrick Nortier et l’amicale du 3e RPIMA, mesdames et messieurs en vos grades et qualité.

Vous me permettrez ici de ne point évoquer la vie personnelle de mon père qui avait une trop grande pudeur pour qu’on la révèle un jour. Fidèle à sa mémoire, je m’attacherai donc avant toute chose à mettre l’accent sur son action au service des villalbois, dans le cadre de sa fonction de Conseiller municipal.


Mon père entra en politique à l’Udf et rejoindra la fédération audoise aux côtés de Nicole Bertrou. Fort de l’union entre Nicole Bertrou et Raymond Chésa afin de partir à la conquête de la mairie de Carcassonne en 1983, il est présent sur la liste de ce dernier et est élu à la surprise générale.

Cet homme pour lequel vous honorez de votre présence l’inauguration de cette place, aimait à dire dans son style empreint d’humour : « Ici, je suis le maire, le curé et même les pompes funèbres ».

Il faisait bien entendu référence à son engagement d’élu, délégué au hameau de Villalbe. Cet engagement, ou plutôt devrais-je dire ce sacerdoce, qu’il tint pendant douze années fut un concentré de dévouement, de fidélité et d’abnégation.

Peut-être ne se doutait-il pas après l’élection de Raymond Chésa, de la tache qui l’attendrait tout au long de son mandat de conseiller municipal. La première d’entre elles et la plus marquante, fut celle de sauver l’école primaire de Villalbe d’une fermeture, dictée par un quota d’élèves insuffisant. Il partit donc en croisade avec madame Delquié contre cette fatale décision et tels des missionnaires prosélytes, ils firent du porte à porte. Il fallait ramener dans le giron de l’école villalboise les enfants dont les familles s’étaient égarées, pour diverses raisons, à les inscrire en ville. Non sans mal, avec le soutien actif du maire d’une part, et de l’institutrice madame Denat d’autre part, l’école ouverte en 1881 ne ferma pas.


La seconde tache et de loin la plus conséquente fut celle de l’action sociale au plus près des familles en difficulté : les dossiers de surendettement auprès de la Banque de France, l’obtention de secours auprès du CCAS, le rétablissement de l’électricité ou de l’eau pour défaut de paiement, l’aide juridique, sans compter les nombreuses demandes d’emploi pour un fils ou une fille.

Mon père pratiquait l’œcuménisme politique et était ami du riche comme du pauvre pourvu qu’il fût vertueux. De même qu’il n’a jamais refusé d’apporter son aide à quelqu’un sous prétexte que son origine ethnique ou que sa religion n’était pas la sienne. Ainsi il vint au secours d’une famille de marocains, ouvriers viticoles, que l’on allait expulser de leur travail et de leur logement avec leurs enfants.


Ce dévouement n’allait pas sans poser quelques problèmes difficilement gérables à la maison, car le téléphone sonnait plusieurs fois aux heures des repas, pour parfois simplement un chien égaré dans le village. Sans compter le foyer, dont il avait en charge la location, avec ce que cela comporte comme ennuis potentiels. Je me souviens d’une anecdote qu’il s’amusait à raconter à ce sujet…

Une année, il prêta la salle du foyer à des mariés pour leur repas de noce. Rien d’exceptionnel à cela car la salle était très recherchée pour ces évènements. Le soir du repas tout allait parfaitement, mais dans la nuit, on vint précipitamment le sortir du lit. Les invités, la famille et les mariés copieusement éméchés en étaient venus aux mains. Sur cette place on se battait entre beaux frères mais à l’intérieur… ils avaient attaqué la pièce montée. Les familles rivales, telles celles des Capulets et des Montaigut, se lançaient des rochers de choux à la figure dans un fracas de chaises retournées et d’invectives de gargotier. La plus part des choux à la crème ayant raté leur cible, ils avaient maculé et transformé l’ensemble des murs du foyer en centre d’art contemporain. Leur forfait terminé les familles belliqueuses durent répondre de leurs actes car la ville porta plainte.


Dans ce même foyer, fidèle à son esprit philanthropique, mon père avait entrepris d’initier les enfants du village à la musique. Il avait fait déplacer un vieux piano droit qui gisait au fond d’une salle du théâtre municipal et qui visiblement ne demandait qu’à finir ses jours. Il sut tout de même lui trouver une seconde jeunesse en l’accordant par ses propres moyens, même si le bastringue ne tenait l’accord que quelques heures.

Cette école de fortune, réunissait plus d’une dizaine d’élèves qui purent ainsi s’occuper l’esprit au lieu de courir les rues. Cette initiative n’engageait que lui mais au moins avait-elle permis de nouer des liens entre le vieux et le nouveau village.

Mon père était très investit dans le milieu associatif de la ville (Carcassonnaise boxe – Musique et formes – Théâtre et culture) et surtout dans la vie du hameau dans lequel il habitait. Avec un élu municipal sur place c’était un peu pour les villalbois comme si les services de la mairie étaient ouverts en permanence. La motivation d’un conseiller municipal ne pouvait être que désintéressée car à cette époque et je pense, encore de nos jours, il n’était même pas défrayés pour l’essence où le temps pris sur leur vie professionnelle.

Alors qu’en vint le temps pour lui de rendre son tablier, ce n’est pas sans un certain dépit qu’il le fit, même s’il fallait installer des hommes neufs. Ce manque soudain de responsabilités, il le vivra comme un abandon, lui qui avait été fidèle jusqu’au bout.


Mon père était, je pense, profondément fraternel dans le sens le plus universel de ce mot. Il n’a jamais pourtant été ni l’homme d’un clan, ni l’homme d’un mouvement de pensée mais plutôt, un anticonformiste maniant le burlesque avec beaucoup de sérieux. Il s’amusait ainsi à brouiller les pistes comme s’il n’eut pas voulu que l’on décela en lui, cette partie friable qui fait la pudeur des hommes modestes.

Cette dérision contrôlée et assumée lui donnait une ouverture chez les esprits les plus élevés comme chez les plus terre à terre. Quant à son but, c’était celui de rendre service et peut-être comme de nombreux élus locaux, avait-il trouvé dans la politique les moyens de son action.


Car la politique n’est-elle pas davantage un moyen qu’une fin ? Sans lui faire injure, je crois que mon père n’a jamais été un politicien car je n’ai vraiment jamais su de quel parti il était tant il trouvait des qualités aux hommes et peu aux appareils politiques. Sans parti pris, mais avec le parti d’en rire, tel Beaumarchais : « Je me hâte de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer », il se mit au service de ces villalbois qui comme lui, jouaient à la belotte ou à la pétanque. Des gens simples avec un bon sens et le cœur sur la main ; il y avait toujours la porte ouverte pour Loulou car il était reconnu comme tel, c’est-à-dire, un des leurs. C’est ceci la fraternité entre des hommes différents mais ô combien semblables dans la générosité.


Aujourd’hui mon père est vivant car cette manifestation le ressuscite dans la mémoire collective. Pas tant pour son œuvre qui fut celle d’une équipe municipale à laquelle il apportait sa pierre, mais pour son dévouement et son abnégation au service de l’intérêt collectif. Sur cette place qu’il a tant foulée entre son atelier et sa maison et devant cette école qu’il a tant défendue, un nom vient d’être scellé dans le marbre de notre hameau comme un étendard aux valeurs de notre république.

Croyez-bien, non sans émotion, que je remercie vivement monsieur le maire, mon amie Isabelle Chésa et l’ensemble du conseil municipal, d’avoir permis qu’un homme modeste et intègre, figure aux côtés des illustres carcassonnais dont le nom orne les artères de notre ville.

Martial Andrieu

FRANCOIS ERLEVINT EXPOSE A LA CHAPELLE DES DOMINICAINS

Lieu magique que cette chapelle des dominicains, nichée au coeur de la ville basse au milieu de la rue de Verdun, et qui accueille régulièrement des artistes et leurs oeuvres.

Du 27 Avril au 3 Mai c’est François ERLEVINT carcassonnais d’adoption qui reçoit avec lui dans la chapelle Elsy et Gérard GODIN.

Elsy et Gérard sont frères et soeurs, lui est sculpteur, elle peintre, tout deux originaires de CAEN en Normandie

Au cours du vernissage qui a eu lieu Lundi soir à 19 heures les invités ont pu découvrir en avant première les oeuvres exposées.

L’occasion de rappeller pour Isabelle la tradition de ce lieu en particulier loué par la Ville pour faire connaitre l’art et les artistes, et de Carcassonne en général dans son aide et appui à toute les sources d’inspirations et de créations.

Comme il est de coutume en pareil cas les artistes ont partagé avec leurs invités le verre de l’amitié.

GAEL

Cette association a été créée en mémoire de Gaël, 17 ans, emporté le 21 octobre 2003 par une leucémie après 15 mois d’hospitalisations répétées.

– Pour aider les jeunes adolescents atteints de leucémie à mieux vivre l’hospitalisation de longue durée. N’étant plus admis en structures pédiatriques, ils ne bénéficient plus des initiatives des associations nombreuses dans le secteur de l’hospitalisation enfantine.

– Pour leur proposer des activités variées en rapport avec leur âge (consoles vidéo, lecteurs DVD, ordinateurs, livres, lecteurs CD…) qui ne sont pas accessibles dans les services hospitaliers classiques.

– Pour participer à la recherche contre la leucémie.

– Pour aider les jeunes à concrétiser leur solidarité. Très sensibles à la maladie, lorsqu’elle touche quelqu’un de leur âge,

Pour soutenir cette structure, présidée par Benoit LANCON, frère de Gael, l’association a organisé ce samedi soir le cinquième diner-spectacle qui a réuni dans la salle du dôme de Carcassonne,plus de 300 personnes heureuses de contribuer à aider les actions de cette association.

A cette occasion monsieur Bernard NUYTTEN Directeur du centre hôspitalier Antoine Gayraud a reçu un chèque de 5000 euros des mains du Président LANCON afin d’améliorer l’accueil des jeunes enfants victimes de cette maladie.

Au tour du Président de recevoir des mains de Gérard LARRAT, un don de 3000 euros, représentant le solde des comptes de Campagne de le liste conduite par Gérard Larrat pour les élections municipale.

Isabelle était bien entendu présente en compagnie de ses collègues du conseil municipal Jean Louis BES et Marie-Yvonne DELON

Un spectacle de grande qualité a accompagné les convives au cours de cette soirée agréable et conviviale , spectacle conclu par le talent et le dynamisme de Pascal BRUNNER qui fit il y a quelques années le bonheur des téléspectateurs quand il animait l’emission diffusée sur la 3 « fa si la chanter »

G.A.E.L association Chemin du Plô 11600 Sallèles Cabardes

associationgael@yahoo.fr

NICOLAS SARKOZY A NIMES LE 5 MAI

Le président de la République souhaite terminer son déplacement dans le Gard par une rencontre avec les militants et sympathisants.

Ainsi Nicolas SARKOZY sera à NIMES le mardi 5 mai (présence sur place à 17h30) pour une rencontre militante régionale. La fédération de l’Aude disposera de 300 places (100 par circonscription)

Des cartons d’invitation seront donnés aux personnes qui feront le déplacement et seront impératifs à l’entrée.

Il faut que nous marquions par notre présence effective notre soutien à l’action du Président de la République et de son gouvernement.

Dans les rangs de la gauche tout est prétexte aujourd’hui à contester et à remettre en cause les réformes qui sont menées.

Cela revient à dire qu’ils remettent en cause les victoires des mois de juin 2007 et la volonté du suffrage universel. Cette situation est inadmissible et anti démocratique.

Nous serons au lendemain des manifestations du 1er Mai, aucours desquelles le clan des vaincus (ils l’ont annoncés) ne manqueront pas de faire valoir leurs revendications démagogiques en appelant à la désobéissance civique, alors que leur responsabilité demanderait, en cette période de crise, qu’ils réunissent les Français autour de leur gouvernement et les invitent à se serrer les coudes, comme cela se pratique dans tout les pays démocratiquement organisés.

Autan de raisons qui me font dire qu’il faut être à Nimes Mardi 5 Mai

Les lieux et horaires de départ des bus mis à notre disposition par la Fédération vous seront communiqués ultérieurement.

En l’etat si vous ètes intéressés prenez contact avec vos permanences UMP :

Pour Carcassonne : 04 68 26 46 33

Pour Castelnaudary : 04 68 23 00 47

Pour Narbonne : 04 68 65 20 44

Ou au 06 15 77 05 35

Merci de votre participation

Isabelle

ASC XIII 20 ANS APRES…

Pour la troisième fois cette saison les Carcassonnais et les Limouxins se rencontraient, et aujourd’hui c’était pour la finale de la coupe e France.

Les absents ont eu torts car nous avons vécu à Albi qui accueillait cette finale pour la quatrième fois, une belle après midi de rugby.

En lever de rideau les Juniors de l’UTC ont battu largement leurs homologues de LEZIGNAN. (49-29) Le FCL s’est incliné avec les honneurs devant une vaillante équipe catalane.

Pour la finale qui allait suivre, le derby de la vallée de l’Aude promettait d’être chaud car par deux fois les limouxins se sont inclinés en championnat devant l’ASC cette saison ;

Après une première mi-temps en demi-teinte, les canaris rentraient aux vestiaires avec un score défavorable. Dès la reprise les Limouxins creusaient l’écart et il a fallu toute la vaillance la hargne et la volonté des jaunes et noirs pour revenir dans le Match et finalement l’emporter sur le score de 18 à 16 ;

Il aura fallu attendre 20 ans à l’ASC pour ramener au pied de la cité un nouveau trophée. Le dernier du genre c’était en 1990, l’ASC battait à Albi l’AS St ESTEVE 22 à 8 .

Depuis 1935, les carcassonnais viennent d’inscrire pour la douzième fois le nom de l’ASC sur la base de la coupe.

Et pourquoi pas un doublé coupe-championnat ? Les fidèles supporters des canaris en redemandent.

Félicitations aux joueurs , aux entraineurs, aux dirigeants, aux sponsors, qui voient leurs efforts enfin récompensés ; c’était un plaisir et un honneur d’être à vos cotés

Une belle brochette de suporters dans la tribune d’en face

La fête du rugby allait pouvoir commencer.

Isabelle CHESA fidèle suportrice de l’ASC était bien entourée…

La ibération et la joie des Carcassonnais de pouvoir soulevr le trophée.

MICHELE ALLIOT-MARIE A BEZIERS

Dans le cadre des responsabilités liées à son Ministère Michèle ALLIOT MARIE a répondu à l’invitation de Raymond COUDERC maire de Béziers.

Elle a profité de son déplacement dans le sud pour visiter plusieurs commissariats et gendarmeries du département de l’Hérault, et comme elle le fait d’habitude , elle a tenue à rencontrer et à s’adresser aux militants de l’UMP.

Plus de 700 militants et élus ont attendu patiemment MAM.

Faisons connaissance avec celle qui depuis de nombreuses années exerce des responsabilités importantes dans la vie politique française


Michèle Alliot-Marie est née le 10 septembre 1946 à Villeneuve-le-Roi dans le Val-de-Marne (94).


Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, depuis 2007, elle fut également la première femme à diriger le RPR.

Au sein de l’Union pour un Mouvement Populaire, elle incarne le courant gaulliste.

Elle veut promouvoir une certaine vision de la France et de l’action politique au service des Français. En 2006, elle est classée comme la 57e femme la plus puissante au monde par le magazine international Forbes.

Diplômée d’études supérieures de droit privé, de sciences politiques et d’histoire du droit, Michèle Alliot-Marie est Docteur en droit et Docteur en sciences politiques.

Michèle Alliot-Marie a également participé à plusieurs gouvernements.

A ce titre, elle assure des responsabilités nombreuses et variées et montre des qualités exceptionnelles pour servir la France.

De mars 1986 à mai 1988, on la trouve d’abord comme Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargé de l’enseignement, au sein du Gouvernement Chirac.

Puis, de mars 1993 à mai 1995, elle sera Ministre de la Jeunesse et des Sports, dans le Gouvernement Balladur.

En 2002, elle est la première femme à entrer à l’Hôtel de Brienne comme Ministre de la Défense, poste qu’elle occupera dans les Gouvernements Raffarin I, II, III et qu’elle occupe également au sein de l’équipe de Dominique de Villepin, jusqu’au 16 mai 2007.

Le 18 mai 2007, Michèle Alliot-Marie est nommée Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales.

Dans un discours structuré et argumenté, elle a tenu à rappeler ce qui faisait la grandeur de la France sur l’échiquier Mondial, porteuse de valeurs universelles de paix et de respect des droits de l’homme et du rapprochement entre les peuples ;

Elle a fustigé ceux qui avec une mauvaise foi pathologique voire congénitale, pratiquent la critique systématique, utilisent les angoisses légitimes de nos concitoyens en cette période de crise en occultant volontairement son caractère international au lieu comme cela se pratique dans les autres pays d’inviter l’ensemble des français à se serrer les coudes et à faire corps avec l’action de notre gouvernement .

Il faut « une France en mouvement » qui, face à l’émergence de géants économiques, participe activement à la construction et au renforcement de l’Union Européenne.

Il faut une « France libre » qui fait de notre pays un pays toujours inventif et dynamique.

« Toute décision doit être mesurée à l’aune des libertés individuelles, expression, opinion, culte, liberté d’entreprendre liberté de sa vie privée, sans oublier que la sécurité est la première des libertés et la condition de toutes les autres. »

Ceux qui aujourd’hui comme dans le passé ont pratiqué et prônent d’excuser tous les écarts ou tous les excès portent une atteinte grave et irresponsable à la démocratie et enferment petit à petit notre société dans la violence gratuite et inexcusable (évènements de STRASBOURG.)

Martine Aubry et François Bayrou se sont lancés dans un « hold-up » de la question européenne.

A l’image de l’extrême-gauche et des Verts qui ont toujours utilisé la stratégie d’opposition pure, le PS et le Modem recourent maintenant à l’opposition systématique en essayant de faire de la campagne pour les élections européennes une campagne pour un référendum anti-Sarkozy. « François Hollande et François Bayrou ont franchi une nouvelle étape et ont monté une bande dont la stratégie première est de s’opposer systématiquement au Président de la République »

Elle déplore le fait que les responsables du PS et du Modem aient décidé que la campagne européenne soit l’occasion de se refaire une santé en essayant d’obtenir dans les urnes ce qu’ils n’ont pas réussi à obtenir de la rue.

C’est faire peu cas de l’extraordinaire travail réalisé par Nicolas SARKOZY durant sa présidence de l’Europe, et c’est nié son action dans la tenue du G20, afin que les grandes puissances reconnaissent définitivement l’existence de pays « émergeants » qui vont de plus en plus compter sur le plan mondial par leur démographie d’une part et par leur essor économique d’autre part.

Après avoir longuement été plébiscitée et applaudie Michèle ALLIOT MARIE a regagné la capitale et son Ministère

LA VISITE DE DOMINIQUE BAUDIS EN IMAGE

Accueilli sous une pluie battante samedi à 11h15 par Isabelle CHESA présidente départementale et Gilles ICHER délégué de la première circonscription, Dominique Baudis s’est entretenu dans le bureau du Maire en compagnie de ses deux adjoints en charge de l’UMP départementale et Locale.

Il a reçu ensuite les responsables UMP du département et des jeunes populaires avant de se rendre à « Chérie FM » pour une interview de Michel SAWAS portant sur les sujets politiques et Européens.


Une visite sur le Marché et sous les halles permettait au candidat tête de liste pour les élections européennes de prendre contact malgré un bien mauvais temps avec la population carcassonnaise.

La pause de midi s’est effectuée chez Norbert SERRE au Saint Germain

A 14H30 l’équipe de Dominique Baudis pilotée par Isabelle CHESA allait rejoindre au château de Malves en Minervois les viticulteurs réunis à la demande de la Présidente départementale et par les soins de Jean Philippe RIVES autour de Christian et Jean-Louis BOUSQUET vignerons éleveurs ; parmis lesquels

Monsieur BALMIGERES de la cave Coop de Trèbes

Monsieur Jean PANIS Domaine de Bagnoles

Monsieur BERTRAND Bruno de la Cave Coop de Routier

Monsieur MONIER Henry Val de Dagne Cave Coop et particulier

Monsieur Pierre PASCAREL de Laure Minervois

Après une bonne demi heure de discussion et d’explications précises et argumentées fort appréciées par Dominique BAUDIS, le petit groupe était invité à rejoindre le caveau du château de Malves pour recevoir les journalistes de la presse quotidienne régionale dans un premier temps ,et pour ensuite prendre le temps d’une dégustation ;

Dominique BAUDIS s’est même ,sous l’œil expert et amusé de Christian BOUSQUET , risqué à jouer les chimistes pour fabriquer du rosé en mélangeant Blanc et Rouge. une façon délicate pour lui de dénoncer les aberrations d’une directive Européenne qu’il sera le premier à combattre

Nous avons eu le plaisir de retrouver Pierre ESPLUGASSE en sa qualité de chargé de relation avec la presse pour la campagne de Dominique BAUDIS , que nous avions rencontré et apprécié lors de sa venue à Carcassonne pour une conférence débat sur la réforme des institutions.

C’est au alentours de 16 H 30 , après qu’ Isabelle ait réaffirmé à Dominique BAUDIS la nécessité de la constitution d’une liste équilibrée et représentative des 3 régions du grand sud que celui-ci et son staff ont repris la route pour une nouvelle étape de la Campagne pour les élections Européennes.

A la suite de sa visite nous avons reçu le message suivnt de Dominique BAUDIS qu’il nous a demandé de diffuser

Nicolas Sarkozy et l’UMP m’ont confié la mission de conduire notre liste pour l’élection européenne du 7 juin prochain. C’est un rendez-vous essentiel pour l’avenir de la France et de l’Europe.

La campagne électorale est engagée.

A Bordeaux, à Perpignan, à Agen, à Carcassonne, à Pamiers et d’autres nombreuses villes, j’ai pu mesurer la mobilisation des équipes de notre mouvement et tout particulièrement celle des jeunes. Je les remercie très sincèrement et j’invite chacun à s’engager pleinement.

Aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle étape de la campagne avec l’ouverture de notre site internet (www.ump2009.eu/sud-ouest). Ce site n’aura pas seulement vocation qu’à informer et communiquer sur la campagne dans le Sud-Ouest, il sera aussi un outil de mobilisation et de participation des militants et sympathisants. Vous pourrez le faire vivre, l’enrichir et y trouver tout ce dont vous avez besoin pour expliquer et convaincre autour de vous.


Je compte sur votre engagement et je vous remercie.


Dominique Baudis

PERMANENCE DEPARTEMENTALE D’ISABELLE CHESA

Tout les deuxièmes et quatrièmes Vendredi de chaque mois, Isabelle CHESA Présidente Départementale de notre Mouvement,tient sa permanence rue Coste REBOULH.

La première partie de la soirée est consacrée à la reception du public et ensuite se tient une réunion Débat;

Ce soir ont été abordés les thèmes suivants:

  • Résultats de l’élection de TREBES
  • La venue de Dominique BAUDIS et les dernières informations concernant le lancement de la Campagne pour les Européennes
  • L’agenda d’Isabelle
  • La publication du « livre noir des villes administrées par la Gauche »
  • La tenue du sommet du G 20 et les manifestations et casses de Stasbourg (ci-dessous le texte des portes paroles de l’UMP sur le sujet)

Point Presse Incitation à la violence : carton rouge à l’opposition

Selon Frédéric Lefebvre, « à force de courir derrière Monsieur Besancenot, qui n’est autre que la vitrine légale des casseurs, les responsables du PS et du Modem incitent à la violence dans notre pays ». « On ne peut pas excuser l’inexcusable comme ils le font chaque jour », a-t-il ajouté. La vidéo

« Quand on a une crise de cette ampleur dans notre pays, on travaille à l’unité nationale, on ne travaille pas à la division nationale. Or, aujourd’hui pour des raisons de pure politique politicienne, Mme Aubry, M. Bayrou, Mme Royal passent leurs journées à essayer de surfer sur les angoisses des Français pour essayer de se refaire une santé », a déploré Frédéric Lefebvre.

« A force de voir les partis politiques démocratiques avoir des attitudes non républicaines et tout excuser, on a cette montée de la violence chez un certain nombre d’individus généralement d’extrême gauche ou anarcho-libertaires qui profitent du climat d’excuse que ces partis politiques font régner aujourd’hui dans notre pays », a estimé Frédéric Lefebvre.

« Nous sommes le seul pays où les partis démocratiques, au lieu de condamner cette violence, ces actes de révolte, passent leur temps à les excuser » a-t-il conclu.

  • La France et l’OTAN

La réunion s’est terminée à 20 heures ou un sympathique apéritif a été servi pour fêter l’anniverssaire de d’Isabelle et de Gaby