6 MOIS, 6 ANS, 6 JOURS.

La Présidence Française de l’Europe s’achève sur un bilan que tous les observateurs, tous les experts internationaux, s’accordent à reconnaître comme exceptionnel. Nicolas Sarkozy a fait face à 3 crises majeures, le conflit géorgien ( où il a fait comprendre à la Russie que le temps et les méthodes de l’URSS étaient révolus), la crise financière et la crise économique.

Ayant su convaincre tous nos partenaires européens que sans réactivité, sans union, et sans prises de décisions urgentes, nous courrions à la catastrophe, les réunions du G7 et du G20 ont permis de stabiliser l’évènement planétaire et d’y apporter un début de solution commune.

Enfin, et ce n’est pas le plus mince, en 48h notre Président a fait adopter à l’unanimité le « paquet climat énergie » qui prévoit la réduction de 20% des rejets de CO2 à l’horizon 2020, ce que beaucoup de spécialistes jugeaient irréalisable !

Ces 6 mois de gouvernance « sarkozienne » sont à mille lieues des 6 ans d’errance du PS : défaites de Jospin et de Royal, incapacité totale d’avoir des idées, des réponses aux problèmes français et européens, et surtout absence totale de projets pour l’avenir.

Les 6 jours du congrès de Reims et du feuilleton rocambolesque qui s’est étalé sous les yeux ébahis des Français n’en sont que la triste et pitoyable démonstration.

Trop occupés à se battre comme des chiffonniers pour avoir une place au soleil, les « cadors « du PS n’inspirent plus aucune confiance, ni chez leurs adhérents en chute libre, ( 135000), ni dans la population résignée. Résignés, les Audois le sont, puisqu’ils viennent d’apprendre que le Conseil Général allait augmenter leurs impôts de 5 à 7 %, mais M.Rainaud nous dira que c’est la faute de l’état, ritournelle que nous connaissons par cœur.

Nous pouvons nous féliciter d’avoir en la personne de N.Sarkozy un chef qui tient ferme la barre en ces périodes de tempêtes et qui maintient le cap de la bonne espérance; nous espérons que les Audois comprendront enfin qu’entre celui qui nous gouverne et ceux qui n’ont rien fait en 6 ans,6 mois ou 6 jours, il n’y a pas photo

Article de presse paru dans le journal l’indépendant du 25 décembre 2008