LE COMPLEXE RAYMOND CHESA INAUGURE LE 18 JUIN A LA CAVAYERE

C’est Jeudi 18 juin à 16heures que sera officiellement inauguré le complexe de la Cavayère, qui portera désormais le nom de Raymond CHESA qui fut Maire de CARCASSONNE de 1983 à Janvier 2005.

Cette date du 18 Juin, anniversaire de l’appel du général de Gaulle, est symboliquement le meilleur choix pour le gaulliste convaincu et rigoureux qu’a été Raymond CHESA.

« CARCASSONNE MA VILLE » fut un de ses Slogans, illustration de la passion qu’il a voué à Carcassonne et à ses habitants.

Celui qui disait « Je tutoie la moitié des Carcassonnais, et l’autre moitié m’appelle Raymond » entre définitivement dans l’histoire de sa ville.


Aimé par ses amis parce qu’il était passionné et généreux, respecté et craint par ses collaborateurs parce qu’il était travailleur et intransigeant, salué et respecté par ses opposants pour sa spontanéité et pour la force de ses engagements, il est toujours dans le coeur des Carcassonnaises et des Carcassonnais, l’homme jovial affable et efficace qui a porté sa ville vers la lumière.

Nous communiquerons le déroulement de la cérémonie dès que nous en aurons eu connaissance.

SYNTHESE DE LA RENCONTRE AVEC LES SYNDICATS DES RETRAITES

Ce texte a été envoyé a l’attention de Monsieur le Ministre du travail

RENCONTRE AVEC L’INTERSYNDICALE DES SYNDICATS DE RETRAITES DE L’AUDE, LE 16 MAI 2008

Ont été reçus par Madame Isabelle CHESA Présidente Départementale de l’UMP, et participaient à la réunion :

Monsieur TRILLES (FSU)

Monsieur PIERRU (CFE/CGC)

Monsieur JOULIA (UNSA et FGR-FP)

Madame FAURE (CFDT)

Monsieur MUZAS (FO)

Monsieur ALBEROLA (CFDT)

Monsieur PETIT(CGT)

Monsieur LAGARRIGUE (CFDT)

En préambule le porte parole de la délégation nous a informé que l’UMP n’a pas été le seul mouvement a être sollicité. Le MEDEF et d’autres partis politiques feront l’objet de la même démarche de la part de L’intersyndicale des syndicats de retraités.

Les syndicats représentés demandent à Madame Isabelle CHESA de bien vouloir transmettre au cabinet de Monsieur Xavier Bertrand ministre, les revendications qui vont être évoquées.

Projections démographiques pour l’Aude

En 2005, l’Aude compte 337 000 habitants. À l’horizon 2030, cette population s’élèverait à 415 000 si les comportements récents de migrations, de fécondité et de mortalité se prolongent (scénario tendanciel). Suivant deux autres scénarios, un prudent et un dynamique, la population audoise atteindrait entre 400 000 et 426 000 habitants en 2030. Elle augmenterait de 0,7 à 0,9 % par an, en moyenne, entre 2005 et 2030.


Dans ce département, le nombre de décès est supérieur à celui des naissances depuis plus de trente ans. Ce déficit s’aggraverait jusqu’en 2020 en raison du vieillissement de la population.


En 25 ans, le nombre de personnes de 60 ans et plus augmenterait à un rythme de 2,0 à 2,3 % par an en moyenne. Parallèlement, la population en âge de travailler, les 20-59 ans, augmenterait peu (moins de 0,3 % par an) voire stagnerait suivant le scénario prudent. Les jeunes de moins de 20 ans croîtraient à un rythme de 0,5 à 0,8 % par an en moyenne.

Le vieillissement continu de sa population est accentué par une attractivité déjà constatée, conjugaison de « retour au Pays » et de département attractif tant sur le plan climatique que sur le plan social.

Pouvoir d’achat (Avec l’indice officiel INSEE)

On note entre janvier 2000 et Avril 2008 une inflation égale à 16,58%.

Pendant la même période les pensions et retraites ont augmenté en net de 10,77%.

La perte du pouvoir d’achat s’établit au 04/2008 à 5,81% et, compte tenu d’une reprise d’inflation en décembre 2007, la perte avoisinera les 7,81% en fin d’année 2008.

• sachant que 30% des Audois de plus de 60 ans perçoivent en moyenne 900 Euros de retraite par mois,

• que 56% des retraités sont des femmes dont seulement 40% d’entre elles perçoivent une retraite complète,

Que compte faire le gouvernement pour donner immédiatement du pouvoir d’achat aux retraités et comment rattraper le décalage pouvoir d’achat/ inflation creusé pendant une décennie ?


Autres problèmes évoqués :

Pour ce qui concerne les mesures annoncées sur les petites retraites, où en est-on notamment sur la revalorisation des pensions de réversion dont les taux devraient passer à 56 puis 60%. ?

Pour ce qui concerne le minimum vieillesse, les organisations syndicales demandent de le porter au niveau du Smic.

Pour ce qui concerne le pouvoir d’achat, les organisations syndicales dénoncent toutes les mesures touchant les plus démunis, les personnes âgées.

Parmi ces mesures, celles liées aux franchises médicales et à une prise en charge dérisoire par la SS des frais d’optique et des soins dentaires. Trop de personnes âgées n’ont pas les moyens suffisants pour accéder aux mutuelles dont le coût est devenu plus cher à cause du transfert de charges de la SS sur elles.

Nos interlocuteurs dénoncent également la proposition du sénateur de l’Oise et Maire de Compiègne Philippe MARINI qui consisterait, selon eux, à intégrer le patrimoine des personnes âgées dans les ressources pour le calcul de l’APA . (Nos recherches sur le site du sénat et sur les travaux de Philippe Marini, n’ont donné aucun résultat sur le sujet) Qu’en est-il exactement ?

Enfin, qu’en est-il des mesures liées à la dépendance des personnes âgées, de l’embauche de personnel dans le but de les maintenir le plus longtemps possible à domicile ? En France, en moyenne la moitié des personnes âgées sont maintenues à domicile. Dans l’Aude, en 2005, sur 6502 personnes dépendantes 4152 ont été maintenues à domicile soit 63%.

Au cours de cette rencontre les mesures générales concernant la retraite (loi Fillon, réforme des régimes spéciaux et augmentation de la durée de la cotisation) n’ont été qu’effleurées. Tous s’accordant pour dire qu’il était nécessaire que soit fait quelque chose pour sauver le système par répartition et ne plus faire porter sur les épaules de nos enfants les déficits.

TEXTE DE L’ARTICLE DE L’UMP COMMUNIQUE A LA PRESSE

Eh bien, dites donc !!


Co fondateur du nouveau Parti socialiste avec F.Mitterrand, encarté au PS depuis 46 ans, le sénateur socialiste Michel Charasse a gratifié les médias nationaux de quelques déclarations, auxquelles l’UMP ne peut que souscrire à 100%.

Morceaux choisis:  » Le niveau du PS ne dépasse pas celui des trottoirs municipaux, sujet sur lequel il faut reconnaître que les socialistes sont très bons! » (Nous l’avons constaté durant les municipales à Carcassonne..)

« Nous ne parlons plus aux Français pour leur dire la vérité, mais pour distraire les médias sur des sujets secondaires. »

« Au moment de la loi Fillon, sur les retraites, nous ne savons dire que non, avec parfois des propositions d’une démagogie effrénée! »

Parlant de S.Royale:  » Les Français n’ont jamais su ce qu’elle ferait sur les retraites…..il faut dire qu’un sujet de cette importance est difficile à aborder dans des réunions participatives Tupperware! »

Concernant le PS: » Je suis frappé par son silence sur l’avenir des finances publiques, sécurité sociale et budget de l’Etat » et encore: » Que propose le PS pour compenser la montée du prix de l’essence, si ce n’est laisser le pauvre Sarkozy ramer tout seul?

« Enfin citons cette dernière phrase (il y en a tellement, qu’il nous faut faire un choix dans ces délicieuses déclarations): « F.Mitterrand disait que pour gouverner la France, il faut aimer les Français. Le nombrilisme quotidien ne me paraît pas être la forme d’amour que nos concitoyens attendent des socialistes! »

Nous, nous attendons les réactions à ces propos des sénateurs Raynaud et Courteau (qui sont en campagne pour se faire réélire en s’appuyant sur une « démagogie effrénée »?) et des députés Bascou, Perez et Dupré. Mais peut-être qu’ils ne lisent pas la presse?…