LES REPUBLICAINS : REUNION DES INSTANCES DE LA FEDERATION DU 11

Présidente secrétaire départemental et délégués jeunes et de circo à la tribune
Présidente secrétaire départemental et délégués jeunes et de circo à la tribune

Ce Vendredi soir , ce sont réunis, d’abord à 17 heures pour le bureau départemental et la commission départementale pour les primaires, puis à 18h30 pour le comité Départemental, avec à

l’ordre du jour:

Le point sur la trésorerie du mouvement

Le point sur les adhésions et les actions à mener pour le dernier trimestre

Le point sur l’organisation des primaires de la Droite et du centre

Dans quelques jours les Présidents des 48 bureaux de vote répartis à parts égales sur les trois circonscriptions seront réunis pour recevoir la formation sur les procédures et les modalités des votes.

La réunion s’est achevée à 20 heures autour du pot de l’amitié.

Les membres du comité Départemental
Les membres du comité Départemental

 

 

OBJECTIF : 2017

2015-07-14 2015-07-14 002 114

Mes chers ami(e)s j’espère que pour chacune et chacun d’entre vous cet été et vos vacances se sont bien passés.

Ce dernier quadrimestre qui se profile va être pour notre famille politique une période intense et riche en évènements;

Notre fête départementale dont vous avez certainement reçu l’invitation pour le 24 septembre va en quelque sorte débuter les primaires de la droite et du centre;

Viendront ensuite les commissions d’investiture qui désigneront les candidats de notre parti pour les futures législatives.

A la veille de ces étapes je souhaiterai vous dire quelques mots :

La campagne des primaires s’intensifie et, à ce stade, je voudrais rappeler aux militants de l’Aude quelques points qui me semblent importants :

En premier lieu, je rappelle qu’en ma qualité de Présidente départementale, je me suis engagée à ne pas prendre de positionnement en faveur d’un candidat en particulier et à veiller au bon fonctionnement de la démocratie participative au sein de notre mouvement.

Défendez vos idées, votre vision de l’avenir, le leader qui vous semble le plus répondre précisément à vos attentes.

Vous serez libres, les 20 et 27 novembre 2016 de vous exprimer. Je suis là pour vous le garantir et pour assurer aux candidats une élection en totale transparence.

En second lieu, et parce que je vois dans certains commentaires, une tendance à quitter le champ des idées et à publier des attaques féroces, je vous invite à vous souvenir que même si nous ne sommes pas d’accord pour l’instant sur le « qui » portera notre projet, nous devrons demain nous rassembler autour de celle ou de celui qui sortira des urnes.

N’oubliez pas que le véritable objectif, c’est 2017. Gardez à l’esprit que si De Gaulle avait écrit les mémoires d’espoir, il nous reste la très rude tâche de ne pas, par des divisions irréversibles, écrire en 2017 les mémoires de désespoir.

Aussi, comme nos paroles, nos attitudes vont être scrutées, analysées et surtout déformées par certains, restez dans la mesure lorsque vous vous exprimez publiquement notamment sur les réseaux.

En dernier lieu, souvenez vous que nous nous opposons à la gauche parce qu’elle ne représente pas une option de gouvernance fiable.

Pour ceux qui ont analysé notre histoire récente, il apparaît clairement que la gauche n’a jamais gagné une seule élection. En effet, relisez bien les événements passés. C’est toujours la droite, parce qu’elle était divisée, mal préparée ou peu inspirée, qui a perdu.

Mitterrand a pris le pouvoir parce Giscard et Chirac ne s’entendaient pas et il l’a conservé parce que la droite était incapable de se rassembler.

En 2012, faute d’avoir un rassemblement massif derrière un programme, c’est lou ravi de la crèche qui l’a emporté.

En 2017, il est hors de question que, parce que nous n’aimons pas telle ou telle autre personne, nous laissions encore le pouvoir à des gens dont la seule idéologie est désormais de rester aux commandes ou que nous donnions les clefs de la République à cet autre mouvement qui se nourrit de nos peurs et nous entrainerait vers une négation de nous-mêmes.

Chers amis, je suis navrée d’adopter ce ton un peu directif.

Mais mon devoir est de vous rappeler que notre parti est là pour redonner de l’espoir aux Français et pour leur montrer qu’un mouvement comme le nôtre est une option fiable pour l’avenir. La seule option d’ailleurs.

Enfin, je vous rappelle que sur l’Aude, l’objectif 2017 est double. Il faut gagner les élections présidentielles mais aussi faire tomber les seigneuries roses lors des législatives.

Et tout doit rester possible même après un débat d’idée en interne, car n’oublions pas que Les primaires se sont ceux la même qui y sont candidats qui en ont collectivement accepté le principe.

Merci de votre bienveillante attention

Isabelle CHESA

NOUS SOMMES EN GUERRE !

DSC_6737

Nos dirigeants excellent pour honorer les victimes, se pencher sur leurs cercueils, et pleurer avec leur familles.

Passés maitres dans l’art de ne prendre aucune, décision et de parler pour ne rien dire, ils ont vidés notre culture en contestant les traditions de notre civilisation, et ainsi  laissé la part belle aux extrémistes

Ma colère comme celle de nombre de nos compatriote est devenue  difficilement maitrisable.

Le contenu de l’éditorial D’Alexis Brezet l’exprime sous tous ses aspects. Je vous livre son contenu « in extenso »

L’ÉDITORIAL D’ALEXIS BRÉZET

Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, et maintenant Nice… Combien de temps avant que nos yeux se dessillent? Combien d’attentats sauvages, de massacres aveugles avant que nos dirigeants se résignent à admettre que le fanatisme islamiste a engagé une lutte à mort contre notre pays et notre civilisation? Combien de victimes innocentes – hommes, femmes et enfants – avant que nos gouvernants se décident enfin à prendre contre ces fous d’Allah les mesures sans pitié qu’appelle leur barbarie?

Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, et maintenant Nice… Plus de deux cents noms gravés dans la mémoire de notre pays, et toujours les mêmes coups de menton, les mêmes déclarations solennelles, les mêmes trémolos dans la voix. Et ensuite? Quelques soldats supplémentaires dans les rues, quelques rustines législatives, quelques bombardements lointains, et puis, plus rien…

«Nous sommes en guerre!» Désormais, c’est dit. Après bien des atermoiements, l’expression est désormais sur toutes les lèvres. Mais, au fond, qui le croit vraiment? «Aux armes, citoyens!», crions-nous à pleins poumons, mais nos armes sont celles de la paix: des bougies, des hashtags, des cortèges et les subtilités de notre Code de procédure pénale.

Drôle de guerre, en vérité! Nous laissons nos frontières (nos lignes, diraient les soldats) ouvertes à nos ennemis. Les agents recruteurs du djihad prêchent impunément leur idéologie de haine dans des mosquées financées par l’ennemi. Les «traîtres» partis combattre en Syrie sont soumis à un simple stage de «déradicalisation». Quant aux «fichés S», susceptibles de se constituer en «cinquième colonne», ils gambadent dans la nature au motif qu’ils «n’ont encore commis aucun crime»…

La guerre, quelle guerre? Mais nous vivons comme si nous étions en paix! L’état d’urgence n’empêche ni les manifestations syndicales ni les rassemblements festifs, dont certains prétendent sans rire qu’ils sont «la meilleure réponse à l’État islamique»… Le président de la République lui-même semble ne pas y croire: il a tranquillement annoncé, le 14 Juillet, la fin de l’état d’urgence et l’allégement du dispositif «Sentinelle», avant de faire machine arrière toute dans la nuit, quand la tragique réalité l’a rattrapé…

Car les soldats du califat, eux, ne font pas la guerre à moitié. Ils viennent jusque dans nos bras «égorger nos fils et nos compagnes», et nous offrons la protection de nos lois à ceux-là mêmes qui veulent nous détruire! Jamais dans l’Histoire un ennemi n’a bénéficié d’autant de complaisance de la part de celui qu’il combat.

Cet aveuglement volontaire n’a que trop duré. Pour gagner la guerre, il faut la mener sans demi-mesure ni pusillanimité. Et pour donner à ceux dont c’est la mission quelque chance de l’emporter, il nous faut réarmer. Réarmement militaire et policier, bien sûr. Réarmement législatif, partout où cela est nécessaire. Réarmement moral, surtout, pour surmonter collectivement ce syllogisme pervers drapé dans les oripeaux du «vivre ensemble» qui prétend disqualifier, en France, toute action un peu énergique contre les racines de l’islamisme radical au motif que «ce serait faire le jeu des terroristes». Comme si nous les combattions mieux en tendant notre cou à leur couteau! Comme si le plus sûr chemin vers des affrontements intercommunautaires n’était pas précisément la démission de l’État, seul détenteur de la force légitime, et seul garant de la paix civile…

Évidemment, pour venir à bout de l’hydre islamiste il n’existe aucune arme miracle. Nous n’écarterons jamais tout risque d’attentat. Est-ce une raison pour ne pas tout tenter? Bien sûr, cette guerre qui nous a été déclarée sera longue et difficile. Nous essuierons sans doute d’autres défaites. Raison de plus pour ne pas perdre davantage de temps. Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, Nice… C’est maintenant qu’il faut agir si nous voulons un jour interrompre la sinistre litanie.

LA PREMIERE CIRCO REUNIE A LA CAVAYERE

Les Républicains renouent avec la tradition.
En réunissant ce samedi midi plus de cent militants au centre de loisirs « Raymond Chesa » la première circonscription de la fédération des républicains de l’Aude prouve s’il en est besoin que rassembler et animer sont deux parmi les objectifs fixés par le Secrétaire et la présidente départementale.

DSC_6692

L’Ambiance était détendue et conviviale autour de Jean Luc ROUX délégué de la première circonscription pour accueillir et entendre Isabelle CHESA présidente de la Fédération de l’Aude.

DSC_6703

Jean Luc qui dans son intervention a tenu à excuser le secrétaire départemental Michel PY qui participait à  Paris au  conseil National de même que Florian TRALLERO nouveau responsable des jeunes pour le département, Yves PICAREL délégué de la deux, Thierry SAUZE trésorier de la Fédération, et  C  POUECH conseiller national de la troisième circo.

En revanche il accueillait Pierre CASTEL son homologue de la troisième et Maire de Quillan ainsi que Pierre DESTREM  maire de Rieux Minervois.

Dans son intervention Jean Luc a chaleureusement remercié tous ceux qui au sein du comité de circo œuvrent pour l’organisation des primaires  ainsi que qui travaillent à la réorganisation de la circonscription.

Vous trouverez ci-dessous l’intégralité de l’intervention de la Présidente départementale

DSC_6734

Chers Amis , bonjour , je suis très heureuse d’être parmi vous aujourd’hui en ces lieux , centre de loisirs,  Raymond Chesa. vous le comprenez.

J’avais le choix de monter à Paris au conseil National ou de participer à notre rencontre. Je n’ai pas hésité longtemps. Ici  parmi vous , je suis dans ma famille.

En préambule, je voudrais remercier Jean Luc et son équipe pour nous avoir permis de nous retrouver, ici aujourd’hui et de les féliciter pour le travail ingrat de reconstruction et de réorganisation qu’ils ont entamé.

Je voudrais rebondir quelques instant sur son propos concernant les primaires pour dire qu’avec Michel PY qui préside la commission départementale d’organisation de ces élections , nous avons souhaité deux choses.

D’abord, c’est de ne pas prendre parti pour quelque candidat que ce soit pour ne pas semer le trouble parmi les militants , considérant aussi que ce choix est un choix intime et personnel pour chacun et chacune d’entre nous et que nos qualités de responsable dans le mouvement imposait pour nous la discrétion et le respect de ce que seront vos choix.

DSC_6746

Ensuite et c’est une conséquence, c’est de faciliter et de recevoir tous les candidats de la primaire qui désirerait venir dans le département de l’Aude, afin que les uns et les autres puisions nous faire une opinion.

Les invitations ont été lancées il y a quelques mois  au dernier conseil national, deux y ont répondu, Copé et Lemaire d’autre le feront nous l’espérons et nous réitérerons nos invitations des la rentrée.

Il paraitrait qu’Alain Juppé serait en visite dans l’aude Jeudi 7 juillet;

Pour ce qui concerne les républicains, ni le Secrétaire Départemental, ni la Présidente ne sont informés de cette venue.

Mes chers amis,

Jamais la cinquième république et celles qui l’ont précédé n’ont vécu des situations de décadence et de dégénérescence telle que  celles que l’on connait aujourd’hui.

La colère des paysans, la révolte de la gauche, l’exaspération des français qui se traduit par ces manifestations qui déchainent une violence jamais atteinte à ce jour , en sont l’illustration.

Aujourd’hui ce sont les syndicats et le PC qui gouvernent la France.

Sur le devant de la scène Mélenchon et Martinez  de la CGT, ce dernier sabre au clair et moustache dans le vent, sont réunis  contre la loi El Khomri qui est de loin la chose la plus intelligente que la gauche ait entamée depuis le début du septennat de « moi Président ».

Il y a quelques jours à Limoux je lançais le pari de savoir si Hollande, grand spécialiste de la méthode Coué, grand manitou de l’esbroufe et de la reculade, tiendrait le coup face à la rue ou lâcherait -il Manuel Vals?

Eh bien chers amis, c’est VALS qui  a lâché pour satisfaire aux revendications de la SNCF, et qui devant le jusqu’au « boutisme » de la rue craque petit à petit et finira à terme par donner raison à l’extrême gauche.

Les  hollandistes n’en  sont pas à leur premier rever et il n’y a aucune raison en cette année électorale que les choses s’arrêtent.

Chaque jour nous le prouve puisqu’il est question, dixit Hollande de réduire les impôts des classes moyennes, assassinées par le même François en début de quinquennat.

Sur le Plan international la situation est catastrophique elle est humiliante et très préoccupante.

Il y a quelques semaines, La France s’est fait ridiculiser aux états unis;

Quelques jours plus tard ,hollande tient la main de Merkel  à Verdun après que Vals l’ait descendu en flèche au sujet de la politique migratoire de la chancelière.

Il y a huit jours les anglais ont marqué leur volonté de sortir de l’Europe alors qu’ils n’y ont jamais vraiment été, entrainant une panique boursière ce qui est compréhensible, mais également politique ce qui est plus surprenant.

Surprenant car gouverner c’est prévoir et visiblement coté Français Allemand Italien et même Anglais on n’a pas prévu de plan B.

Si vous suivez l’actualité vous constaterez que devant cette situation tous nos dirigeants, tous nos hommes politiques en général sont unanimes pour déclarer qu’il faut absolument profiter de cet évènement pour faire fonctionner l’Europe autrement.

Il en sera grand temps car dans cette Europe  il y a longtemps que nous, Français y avons perdu toute crédibilité .

Les paysans et l’agriculture Française en général se trouvent abandonné malgré les promesses fallacieuses du Dandy, ministre de l’agriculture, qui préfére assurément d’autres croupes à celles des vaches, car depuis Chirac quel est le ministre qui a aimé les agriculteurs et depuis Barnier plus aucun commissaire européen compétent français ne siègent à Bruxelles.

Vous me pardonnerez volontiers j’espère cette incursion dans la politique nationale insupportable que nous subissons et que nous n’avons pas fini de subir puisqu’il reste encore un an avant l’échéance de la présidentielle.

Cette longue parenthèse m’a paru nécessaire pour plusieurs raisons

Elle m’a paru nécessaire pour dire qu’il ne faudra pas se contenter de paroles ou d’incantations pour gagner les élections de 2017, et qu’il nous faudra une personnalité de droite fière de l’être ,et prête à rebâtir la maison France des fondations jusqu’au toit.

Pour l’heure les candidatures ne font pas défaut,(13 ou 14 à ce jour,)

En revanche il est encore bien difficile de trouver celle ou celui qui saura galvaniser convaincre et rendre l’espoir aux Français.

Il faudra bien reformer une fois pour toute cette France irréformable ,

Il faudra ne pas se contenter de dire qu’on en a marre des syndicats et de leur effet destructeur sur l’économie du pays, eux qui ne représentent plus que 7% des salariés Français.

Il faudra ne plus se contenter de dénoncer leur dérive financière, eux qui sont devenus dans leurs instances dirigeantes le creuset de l’arrivisme et des privilèges exorbitants, eux qui ont depuis bien longtemps rompus le dialogue social puisqu’ ils ne s’expriment que par des actions de grèves et d’occupations illicites

Il faudra bien traiter au fond le déséquilibre budgétaire, la réduction du nombre de fonctionnaires, pallier à l’échec flagrant du système éducatif, limiter les dépenses de l’Etat, gouverner avec la tête et non pas en fonction des sondages ou des médias, tordre le cou à tout les profiteurs de la république et mettre un terme à leurs privilèges payés avec nos impôts;

Il est absolument nécessaire de redonner à la fonction politique ses lettres de noblesse, car les Français et les militants que nous sommes sont las des promesses non tenues, des  affaires, des chamailleries  ou des malversations qui  découragent et qui éloignent le citoyen des partis politiques.

Le discours devra  être clair et sans démagogie sur les sujets tels que l’éducation, la sécurité, l’immigration, l’identité nationale, et l’organisation et l’avenir de l’Europe

Il devra être d’autant plus clair qu’entre la droite et la gauche demeurent des visions différentes que nous n’avons aucun intérêt à nier. La liberté, la société, la nation, la morale collective, et bien d’autres.

Nous ne souhaitons plus voir notre politique et nos politiques grenouiller  dans les compromis , les marchés de dupe avec la gauche ,et le fameux front républicain .

Si l’on veut espérer avoir la moindre chance de triompher du combat de la gauche dubitative, il nous faudra douter un peu moins de nous et un peu plus de l ‘autre.

Chez nous , mes chers Amis , l’ensemble de l’oligarchie socialo communiste de l’Aude soutient sans réserve la politique de Hollande et de son gouvernement;

Quoi de plus étonnant quand on voit fonctionner leur  système fait de pression, d’intimidation, de suffisance et d’incompétence.

Le Président du conseil général pleure auprès du gouvernement sur la charge que représente pour son institution le RSA en terme financier, alors que c’est grâce à lui en partie, c ‘est à dire grâce aux deniers publics qu’il maintient sous assistanat une partie de la population audoise qui assure sa réélection.

Comment ne pas s’émouvoir que,  Carcassonne agglo passée, sans préparation de 23 à 73 communes,   bardées  de quelques 1800 salariés, envisage de grandir encore.

Ne sachant comment boucler son budget elle  décide  sans avoir essayé de faire des économies l’augmentation de la fiscalité.

Sur ce plan , la région n’est pas en reste puisqu’elle vient d’augmenter de 29% les taxes sur les cartes grises (ancienne région midi Pyrénées)

« Christophe Colomb était le premier socialiste disait Winston Churchill; il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait et faisait tout ça aux frais des autres »

Dans ce département, ils n’hésitent pas à baptiser des salles du nom d’illustres serviteurs de la cause.

Ils érigent pour eux des stèles en marbre de Caunes et créent même des cuvées spéciales en leur nom et de leur vivants.

Pour ce qui est du nom et du marbre les intéressés pourront en profiter, pour ce qui est de la cuvée c’est maladroit, car il n’y a que des liquides que l’on met en bouteille.

L’actualité locale récentes fait état de divergence de dissonance et de brouille intense dans le microcosme de la rue  Fedou.

Cet état de fait peut inciter à bâtir des stratégies électorales qui reposeraient sur les divisions des socialistes et qui pourraient nous faire croire qu’il suffira d’être présent au bon moment pour remporter le cocotier;

Que l’on ne s’y trompe pas sans travail on aura rien, sans unité on ne sera rien.

Que l’on ne s’y trompe pas les socialistes et la gauche se retrouve toujours, on en a fait d’amères expérience pour les départementales.

De la même manière, Mes chers amis  ceux qui parient déjà sur la mort de François hollande caracolant au niveau des sondages au  plus bas qu’ un  Président de la République ait connus ( 15% de satisfaits ), ceux la  se trompent lourdement ;

Lui même a déclare que « parfois les mous peuvent atteindre la perfection la subtilité l’élégance et la surprise »

Mais au delà de çà, ce type a une baraka insolente, 3% de vote favorable pour les primaires de la gauche en 2012, il est parvenu à se faire élire Président de la République

Comme nos idylles socialistes audoises, il évolue en virtuose dans le clientélisme politicard et concentre sa matière grise sur le seul sujet qui vaille pour lui  se faire réélire.

La mise en route des primaires à gauche peut être considéré comme le début d’une manœuvre politique dont le machiavélisme se révèlera dans quelques mois

Peu importe l’Aude et les Audois, peu importe La France et les Français allons à l’essentiel : « La  réélection »

Les socialistes préparent avec habileté 2017, tous les médias ou presque sont dans la main du pouvoir, et font preuve à son égard d’une servitude inimaginable et la liberté d’expression est à géométrie variable;

Hollande arrosent consciencieusement avec l’argent que la France n’a pas, les enseignants, les entreprises publiques (Sncf) les syndicats par le biais des fonds débloqués pour la formation;

Les socialistes n’inverseront  pas la courbe du chômage, mais comme la reprise s’annonce en Europe, ce pourrait être tapis rouge pour eux en 2017.

Quand aux déchirements politiques des socialistes entre eux, du divorce entre ps et écolos, de la rupture profonde avec communistes et front de gauche, ne nous y trompons pas, en France comme dans l’Aude ils arrivent toujours à se rabibocher sur notre dos avec la complicité et pour le bonheur du  FN.

Je le dis avec force, comptons sur nous même, sur notre travail sur notre engagement et notre attachement à nos valeurs, sur notre volonté de convaincre , sur notre présence sur le terrain, sur notre solidarité et sur une union sans faille

Il faudra respecter in fine l’homme que choisira le suffrage universel au terme des primaires de novembre car, quel qu’il soit, se sera derrière lui que nous pourrons espérer bâtir notre victoire.

Restons vigilants, travaillons et travaillons encore, ne lâchons rien et ne spéculons surtout pas sur les déboires  des autres, car nous serons nous même les responsables de notre bonheur ou de nos malheurs.